Leçon 250 - Equilibrer les pratiques et les expériences avancées
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Samedi 15 janvier 2005

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: J'ai pratiqué le Yoga Intégral, plus ou moins, pendant 35 ans et vos enseignements m'ont aidé à comprendre comment les différentes pratiques se conjuguent pour aider à la montée de la conscience de félicité. En particulier, comment relier le Pranayama et la Kundalini à la méditation profonde. La respiration spinale est un exercice puissant. J'ai 51 ans et je suis handicapé avec des lésions neurologiques et j'ai pris en main ma thérapie. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai recommencé à pratiquer le yoga. J'ai donné leur chance aux docteurs occidentaux et ils ne m'ont pas pris au sérieux. Physiquement, je vais bien. Mais je n'ai plus la résistance et la mémoire que j'avais avant. Ce qui veut également dire que j'ai autant de temps à consacrer à ma pratique que je peux le supporter.

Je fais une heure et demie de Hatha, suivie par environ une demi-heure de Kundalini/Pranayama et 30 minutes de méditation sur le samadhi. Dans la soirée je fais seulement un échauffement de Kundalini et ensuite mes pratiques assises. Je mets en pratique ma philosophie dans la vie, le Karma Yoga, je fais des méditations en marchant, je suis attentif aux gens et je lis des écritures qui élèvent l'âme.

Il y a environ deux semaines je décidais de prolonger ma méditation assise au-delà de la demi-heure car mon corps sortait spontanément de son absorption après environ 20 minutes et je voulais briser cette routine. J'aimais ma méditation et j'ai commencé à méditer pendant une heure et plus à la fois. Le silence est devenu totalement profond et mon cerveau a renoncé à essayer de m'interrompre. J'étais tellement dans le moment présent que je ne saurais dire combien de temps je suis resté assis une fois passé le cap des 30 minutes. Ensuite j'ai eu cette expérience: ma conscience toute entière, pas seulement ma concentration, est descendue le long de ma colonne vertébrale pour émerger au fond de mon chakra racine. J'essayais de ne pas mettre de mots sur l'expérience mais j'ai eu une vision de personnages dansant entrecroisés se déployant vers moi de façon kaléidoscopique. J'étais dans le domaine de Shiva dansant frénétiquement, ensuite j'ai pris une certaine distance et j'ai vu tout mon chakra racine illuminé et couvert comme de cils ondulants. (Je suppose qu'il s'agissait de nerfs rayonnant à partir du chakra racine). Je remontais le système sympathique et la racine toute entière était éclairée d'une lumière jaune avec une aura bleue tout autour. Lentement je dérivais vers le haut de ma colonne et comme j'entrais dans le cerveau j'ai pu voir tout mon cortex cérébral éclairé par la même lumière. C'était vraiment impressionnant. De toute la nuit je n'ai pas pu dormir mais je n'en ai pas ressenti de fatigue.

J'ai l'impression de bien progresser, et j'ai du revenir un peu en arrière en raison de quelques problèmes. Ma façon de dormir est devenue complètement erratique, mon mental est tellement excité que je ne dors pas plus d'une heure à la fois. Je pars dans l'état sans rêve et il semble que je me réveille dès que je me mets à rêver. Mais si je me lève et commence à m'activer je me sens encore fatigué. C'est comme si une partie de mon mental est active et qu'une autre partie veut dormir. Briser des habitudes bien enracinées contrarie le corps physique. Je me lève pendant une heure et ensuite retourne dormir une heure.

J'étais sur le point d'accepter le changement dans ma façon de dormir quand mon chakra couronne a commencé à s'ouvrir. Il s'était déjà ouvert dans le passé de sorte que je sais que je suis en train d'en faire trop quand je commence à avoir la tête qui tourne toute la journée et à avoir des frissons. J'ai lu votre explication sur le chakra couronne et j'ai déjà eu dans le passé ces explosions Révélatrices. J'ai également été engagé dans ce que l'on pourrait appeler des pratiques chamaniques extatiques, et mon système nerveux s'est avéré être très sensible à ce processus.

Ma question concerne principalement comment gérer sa pratique et les effets de la méditation sur les modalités du sommeil. J'ai des amis qui ont des sommeils lucides et sont conscients d'eux-mêmes en train de dormir et de rêver. Leur conscience est témoin d'eux en train de dormir. Comment et quand peut-on allonger le temps passé en samadhi? Est-il trop dérangeant pour le système nerveux de méditer une fois une heure et la fois suivante une demi-heure? J'ai l'impression que la régularité est préférable et je suis revenu à une demi-heure pour les pratiques assises. Peut-on s'attendre à développer ce sommeil lucide?

Je sais que je suis sur le bon chemin. J'ai toujours senti que le meilleur chemin était d'équilibrer l'extase et l'ascèse. Ce système fonctionne très bien pour moi et je peux sentir l'extase qui s'élève. Une part de moi voudrais simplement s'asseoir jusqu'à atteindre le nirvana, mais 95%, la partie restante, me dit, « tu vas encore en faire trop »

Merci pour votre enseignement et vos conseils. Vous êtes réellement une bénédiction pour nous tous. Ahimsa Om.

R: Merci de votre aimable appréciation et de partager vos magnifiques expériences d'illumination grandissante. Je suis très heureux que les leçons aient pu vous aider.

Aussi avancé que nous soyons sur le chemin du yoga nous devons respecter les principes d'une bonne gestion de notre pratique (self-pacing). J'ai toujours su que c'était vrai pour moi. Depuis que les leçons d'AYP et les échanges ont commencé, il est apparu clairement que cela s'applique à chacun. La pratique du Yoga cherche à équilibrer le désir/la bhakti qui nous pousse à faire toujours plus de pratiques et la capacité de notre système nerveux à purifier et à intégrer des niveaux d'énergie en continuelle augmentation. Depuis que ces leçons ont été mises en route, des pratiquants de tous les niveaux l'ont confirmé encore et encore. Une gestion prudente des pratiques est une nécessité pour tous.

Je ne vous blâme certainement pas de vouloir foncer. Des circonstances éprouvantes ont une façon bien à elles de nous stimuler vers de nouvelles hauteurs. Si nous en avions le temps, nous aimerions pratiquer toute la journée. Mais, contrairement au stéréotype du yogi qui médite sans fin dans sa grotte des mois et des années, cela ne fonctionne pas comme ca. Le système nerveux a besoin de passer par différents cycles entre les pratiques, l'activité et le sommeil pour arriver à la transformation la plus efficace pour un fonctionnement plus élevé. C'est assez comparable à l'entraînement d'un athlète. Si nous sommes un coureur, nous ne pouvons pas espérer améliorer notre capacité à courir en courant 24 heures par jour, sans prévoir des périodes de repos et de renouvellement, permettant d'absorber d'une façon stable l'effet de l' entraînement sur notre corps. Il en est de même avec le yoga. Si nous pratiquons tout le temps, ou même un peu trop, le système nerveux peut être déséquilibré. Il en résultera trop d'énergie tournoyant à l'intérieur, ce qui peut handicaper notre sommeil et d'autres aspects de notre vie. Notre félicité extatique peut être mise à mal. Il sera temps de ralentir comme vous l'avez fait.

Pourtant, si nous en ressentons l'appel intérieur, nous pouvons et devons augmenter notre pratique, si nous avons le temps dans notre vie de le faire sans compromettre nos responsabilités.

La meilleure façon d'augmenter les pratiques est à petits pas, des pas de bébé. Après chaque nouveau pas nous essayons d'établir une plateforme stable de pratique que nous pourrons garder au long cours. Sauter en avant et en arrière entre des pratiques longues et courtes n'est généralement pas favorable à des progrès à long terme. Le système nerveux aime être nourri d'une façon stable et il peut s'habituer à un vaste régime de pratiques pour autant que nous l'entraînions graduellement. L'analogie avec un athlète s'applique également dans ce cas.

Si vous voulez augmenter votre temps de méditation, essayez d'ajouter cinq minutes à la fois, et attendez une semaine ou davantage avant de faire le pas suivant. Le même principe vaut pour les autres pratiques. Après chaque pas le meilleur critère est comment nous nous sentons dans notre activité quotidienne. Si l'activité est aisée et rayonnante, c'est que tout va bien. Donnez vous une semaine ou deux pour être sûr d'être bien stable et ensuite envisagez d'augmenter la pratique d'un cran. Si vous allez trop loin ce n'est pas la fin du monde. Vous pouvez revenir en arrière d'un pas ou deux et attendre que les choses se calment. De cette façon, graduellement, vous pourrez trouver le maximum de confort dans votre routine.

J'ajouterai que pendant une période de « retraite » il est possible d'augmenter les pratiques au-delà de notre routine habituelle pour des jours, des semaines et des mois, et de les ramener au niveau habituel quand nous sortons de notre retraite. En retraite nous n'augmentons pas notre temps de pratique à chaque assise. Nous préférons faire davantage de pratiques assises pendant la journée avec une légère activité entre. Reportez vous à la leçon #193 pour plus de détails.

Nous cultivons le Samadhi progressivement pour en faire une expérience à plein temps. Il est favorisé premièrement par la méditation et le samyama et deuxièmement par le pranayama et d'autres méthodes. A mesure que le silence intérieur (le samadhi) s'élève, nous devenons toujours plus le témoin silencieux des trois autres états de conscience, l'état éveillé, de sommeil avec rêves et de sommeil profond. Cela se produit à mesure que notre système nerveux se purifie et nous découvrons que notre « Soi »est le silence intérieur présent à tout moment. Alors, le « sommeil lucide » dont vous parlez devient une part normale de la vie. On l'appelle également « yoga nidra ».Dans les premières étapes, être témoin pendant le sommeil peut être ressenti comme une insomnie, car à l'intérieur nous sommes toujours éveillés (conscients).Trop d'énergie tournoyant dans la tête après trop de pratiques, ou faire les pratiques trop près du moment d'aller dormir, peut aussi être ressenti comme un sommeil lucide. La différence entre être le témoin pendant son sommeil et avoir trop d'énergie pendant le sommeil sera sentie dans l'activité journalière. Si c'est l'état de témoin nous nous sentirons frais et dispos pendant le jour. Si c'est trop d'énergie qui tournoie, nous nous sentirons un peu fatigué et épuisé, même si l'énergie continue à aller son chemin; dans ce cas il est temps de lever le pieds de l'accélérateur. Bien sûr, il est possible d'avoir pendant son sommeil un mélange de silence intérieur et d'énergie excessive. Quelle que soit la raison, si, à cause du yoga, nous n'arrivons pas à avoir un repos suffisant, il est temps d'appliquer les principes d'une bonne gestion des pratiques (self pacing).

Avec le temps, l'état de témoin viendra naturellement avec les pratiques journalières, et dans l'approche d'AYP il n'y a pas grand-chose de plus à faire. Certaines traditions cherchent à développer le sommeil lucide (être témoin dans le sommeil). Dans AYP nous le laissons venir naturellement avec le temps comme un résultat de l'émergence du silence intérieur. Alors il est là tout le temps et ce n'est pas un problème. C'est le premier stade de l'illumination. Reportez-vous aux leçons #35 et #85 pour revoir les jalons de l'illumination.

Ce sont quelques uns des points essentiels quand il s'agit des expériences avancées de silence intérieur et de félicité extatique. Quand on en vient à optimiser nos pratiques il tombe sous le sens qu'une bonne gestion est indispensable qu'on en soit au « jour 1 » de notre pratique ou au jour « 10'001 ».C'est ainsi que nous pourrons continuer à avancer sur la route de l'illumination. Notre système nerveux est la voiture, les méthodes de yoga les contrôles faciles à utiliser et c'est nous le conducteur.

Un critère incontestable de notre illumination naissante est le moment ou nous sortons de nos pratiques en oubliant complètement nos expériences intérieures lumineuses car nous sommes trop occupés à aider les autres. A ce moment l'énergie jaillit de nous sous la forme d'un pur amour divin. Alors, pour nous, le monde entier est illuminé de félicité extatique et nous savons que nous-mêmes et tous les autres sommes Cela. Alors notre voyage est devenu identique au voyage de l'humanité, et il ne s'agit plus que d'amour, amour, amour! Nous allons vers l'unité, le troisième stade de l'illumination.

C'est un grand honneur de vous avoir avec nous. Je vous souhaite un succès continu sur le chemin spirituel que vous avez choisi. Bon courage!

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers