Leçon 301 - La prière et les principes du samyama
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Vendredi 22 janvier 2009

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

La prière est la pratique spirituelle la plus utilisée par toutes les traditions religieuses autour du monde. Elle nous arrive enveloppée de toutes sortes de formes culturelles et de rituels. Et pourtant, il s'agit partout de la même pratique. Une pratique qui implique de mettre son attention sur un objet ou sur une série d'objets, la répétition et l'abandon de l'objet/des objets au divin.

Cela vous paraît-il familier? Cela devrait. C'est l'application des principes du samyama, cela n'a rien de surprenant. Les principes du samyama sont universels et sont déjà en nous. Ils sont appliqués dans la prière par toutes les traditions religieuses. Les principes du samyama nous sont inhérents et c'est bien la raison pour laquelle la prière fonctionne, plus ou moins bien, depuis des milliers d'années.

« La prière fonctionne plus ou moins bien », que voulons-nous dire par là?

Il est certain que toutes les prières ne sont pas exaucées à notre entière satisfaction.

Plus nous nous recherchons dans la prière un résultat spécifique moins il est probable que le résultat désiré soit au rendez-vous. La véritable prière (ou le samyama) ne recherche pas un résultat particulier. Nos attentes ne sont que l'extériorisation de projections mentales qui n'ont pas grand-chose à voir avec la prière. Nos désirs personnels court-circuiteront le courant divin.

Par contre, ce sera une tout autre histoire, si nous offrons un objet spécifique dans nos prières et l'abandonnons au silence intérieur (le divin) sans nous accrocher à nos désirs. Cela amènera toujours un résultat qui ne sera pas forcement exactement ce que nous attendions, mais qui sera de toute façon positif. Ce qui vient de la prière dépend de notre abandon, non de nos attentes. C'est le facteur clé de toute prière.

L'abandon du résultat au Divin est le principe essentiel opérant dans la prière.

C'est magnifiquement exprimé dans la parole biblique: « que ta volonté soit faite ».

Ce n'est pas une invitation à mener une vie passive sans participation active. L'abandon véritable n'est pas passif. Il est extraordinairement dynamique. C'est l'émergence du témoin actif. C'est la naissance de la tranquillité en action. Toutes sortes d'événements miraculeux découleront de cet éveil, de cet abandon actif.

Une prière efficace est une relation efficace avec le divin en nous. C'est une relation dynamique. Dans ce genre de relation, l'attention se porte sur nombre d'objets, quelques fois au cours des pratiques structurées, quelques fois spontanément. Avec l'émergence de la tranquillité en action, le flot naturel des désirs s'affine régulièrement de même que les objets choisis pour être lâchés dans la tranquillité. Le flot divin venu de l'intérieur les emporte, s'augmentant de son propre mouvement telle une boule de neige dévalant la colline. Un abandon actif!

Notre propre activité dans la vie de tous les jours fait partie de ce processus. Nous pouvons être très actifs en poursuivant nos buts dans la vie et en même temps nous abandonner. Bien sûr, plus nous serons actifs en cherchant à réaliser nos objectifs, plus nos pratiques spirituelles et nos prières seront efficaces. Un proverbe dit: « aide-toi, le ciel t'aidera ». C'est vrai. Il s'applique tout particulièrement à ceux qui s'engagent dans des pratiques spirituelles quotidiennes, car la tranquillité devient très active et l'action se manifeste sous la forme d'un débordement d'énergie divine.

En priant, nous pouvons utiliser notre connaissance des principes du samyama en nous inspirant du concept du sutra. Rappelez-vous que le sutra est un mot ou une phrase code qui contient un sens emmagasiné profondément dans notre conscience dans les germes de notre langue. Si nous avons compris un sutra avant de pratiquer le samyama, nous n'aurons pas à le comprendre pendant la pratique proprement dite. Nous le prenons simplement et le laissons aller. Le mot ou la phrase contiendra le sens. C'est une façon très efficace de lâcher le contenu dans la tranquillité y compris quand il s'agit d'une prière. Nous réduisons le chameau du proverbe pour qu'il puisse passer aisément à travers le chas de l'aiguille dans la tranquillité. A partir de là, le silence intérieur s'en occupera.

Prenons un exemple pratique. Nous avons un parent ou un ami qui nous sont chers et qui sont malades, nous aimerions offrir une prière pour eux. Nous connaissons leurs noms, nous savons qu'ils sont malades. Au fond de nous nous avons l'essence de ce qu'ils sont. C'est là, inscrit profondément dans notre conscience.

Quel est le meilleur moyen d'offrir une prière pour ces personnes? A-t-elle besoin d'être longue et détaillée? Si tel est le cas, comment ferons-nous pour abandonner dans la tranquillité une telle supplique longue et circonstanciée? Si notre prière est trop riche en paroles, comment ferons-nous pour faire passer toute cette richesse dans la tranquillité, à travers le chas de l'aiguille? La tranquillité n'a pas besoin de paroles compliquées. Dans ce cas, en faire moins reviendra à en faire plus.

Il vaut beaucoup mieux faire une simple répétition du nom de la personne, le prenant légèrement pour ensuite le laisser aller dans la tranquillité pendant environ quinze secondes, le touchant à nouveau très légèrement à la frontière de la tranquillité, pour ensuite le laisser aller à nouveau. Et ainsi de suite, pour autant de fois que nous le sentons approprié, mais pas au point que cela ne devienne excessif ou n'amène une tension. Tout ce que nous savons de la personne et tout ce qui est nécessaire pour activer l'énergie divine de guérison est contenu dans cette procédure simple qui consiste à laisser aller son nom dans la tranquillité divine. Nous pouvons être certains que l'énergie divine de guérison sera activée par notre prière. C'est très simple.

Quand elle est pratiquée avec le samyama, 5 à 10 minutes représentent une bonne période pour la prière. Elle sera très puissante, particulièrement si, au préalable, nous avons cultivé le silence intérieur par la méditation profonde. En conséquence, le bon moment pour s'engager dans une telle prière se situe tout de suite après nos pratiques assises. En dehors des pratiques, faire 5 à 10 minutes de méditation profonde juste avant de commencer à prier aidera à stabiliser dès le début une bonne condition de silence intérieur. De cette manière notre prière sera plus puissante.

La qualité de l'aide qu'une personne qui en a besoin peut recevoir dépend aussi de sa réceptivité, il est donc préférable qu'elle soit au courant des prières faites pour elle. La réceptivité est une partie importante de l'équation. Ce qui explique que souvent des prières sincères n'aient pas l'effet attendu. Si la personne qui reçoit est ouverte et réceptive, l'univers entier se précipitera pour l'aider. Il a été dit: « ta foi t'a sauvée » 1.

C'est une bonne chose de prendre un repos supplémentaire après la pratique de la prière avec le samyama. Gardez à l'esprit qu'en aidant les autres nous faisons également progresser notre propre purification intérieure et notre ouverture, un peu de repos est donc conseillé pour éviter d'être irritable quand nous nous lèverons pour reprendre nos activités quotidiennes.

Le même genre de procédure peut être utilisé avec des prières traditionnelles: d'abord méditer 5 à 10 minutes, prendre ensuite légèrement chaque phrase ou verset de notre prière traditionnelle pour la laisser ensuite aller dans la tranquillité pendant environ 15 secondes avant de prendre la phrase ou le verset suivants. Cela peut tout à fait se pratiquer avec un rosaire ou un mala.

Dans bien des traditions, la prière en groupe est pratiquée pour multiplier les effets de la prière individuelle. Quand nous raffinons notre prière en utilisant les principes du samyama et quand nous pratiquons en groupe, les effets de la prière peuvent être grandement amplifiés. Il n'est pas obligatoire que le groupe de prière se trouve physiquement au même endroit. On a constaté qu'une prière coordonnée offerte par de nombreuses personnes situées dans beaucoup d'endroits différents, synchronisée dans le temps, est très puissante dans ses effets positifs. Avec l'arrivée d'internet et des communications instantanées dans le monde entier, il s'ouvre bien des possibilités pour des groupes de travailler ensemble de cette façon pour le bien de leurs familles, de leurs amis et de l'humanité tout entière2.

Le gourou est en vous


N.d.T.:
  • 1. Luc 8-48
  • 2. Le site de Yogani propose un groupe de prière pour les pratiquants à travers le monde:
    AYP Global Group Samyama Healing
    http://www.aypsite.org/forum/topic.asp?TOPIC_ID=5233
    (je rappelle que pour avoir la traduction en français de la page il suffit d'aller sur le traducteur automatique de Google tout en bas de la page, à gauche)

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers