Leçon 129 - Nauli, faire monter la kundalini avec vos muscles abdominaux
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Dimanche 29 février 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Dans la leçon sur yoni mudra kumbhaka, nous avons introduit une pratique qui s'appelle uddiyana, qui consiste à faire monter l'abdomen en utilisant le diaphragme. Parfois, uddiyana est surnommé "l'ascenseur abdominal". Vous vous rappelez sans doute que uddiyana signifie "s'envoler, prendre son essor". Uddiyana n'est pas si facile lorsque nous faisons la rétention du souffle, parce que notre diaphragme ne peut monter bien haut du fait que nos poumons sont pleins. Donc, nous avions aussi suggéré de faire uddiyana en dehors de yoni mudra kumbhaka. Pour le pratiquer, nous nous tenons debout, les pieds écartés un peu plus largement que les épaules, les genoux pliés, et nous nous penchons en avant pour pouvoir poser nos mains sur nos genoux. Dans cette position nous ressemblons à un joueur de baseball en position d'arrêt court (short stop), qui se penche en avant, les mains sur ses genoux écartés, et qui attend que le batteur frappe la balle. Peut être retrouve-t-on la même position parfois au cricket?

En yoga (et non au baseball!), une fois que l'on est dans cette position d'arrêt court, nous vidons tout l'air de nos poumons, et ensuite, nous remontons notre diaphragme. Si nous le faisons alors que nous avons le ventre à l'air, nous pourrons voir notre abdomen se rentrer en même temps que le diaphragme remonte dans la cavité thoracique. La plupart des écoles de yoga enseignent cet uddiyana debout comme faisant partie de la pratique habituelle des postures, et c'est effectivement là qu'il doit être pratiqué, pendant les asanas et avant le pranayama et la méditation. Uddiyana a des effets positifs sur la santé. Il fait aussi monter l'énergie de la région du bassin, et c'est pourquoi il fait partie de yoni mudra kumbhaka, ainsi que les autres mudras et bandhas que nous faisons, tous ayant pour objectif de réveiller et de faire monter la kundalini dans le système nerveux.

Avec uddiyana, nous utilisons l'abdomen de manière plutôt statique, rien de dynamique n'est fait avec les muscles abdominaux. Nous nous contentons de faire rentrer l'abdomen en remontant le diaphragme. Nous pouvons rendre uddiyana dynamique en remontant et en relâchant le diaphragme alternativement. Nous aimerions améliorer encore un peu plus les choses de façon à stimuler davantage l'énergie de la kundalini dans la région du bassin. En agissant ainsi, nous préparerons aussi la mise en place de tout un réseau intégré de micro-mouvements du corps tout entier qui se produisent lorsque la conductivité extatique s'élève et vient à maturité dans notre système nerveux. Une partie de cette intégration sera la création automatique d'un lien entre les mouvements dans le ventre et les mouvements dans la région du bassin, pour aboutir à des micro- mouvements extatiques qui partent de la racine et montent jusque dans la poitrine.

Bien sûr, rien de tout cela ne commence comme des "micro- mouvements". Il nous faut commencer par des "macro-mouvements", ce que sont les mudras et les bandhas lorsque nous les apprenons au départ. Si nous apprenons à jouer du violon, nous devons maîtriser les mouvements longs et monotones de l'archet sur les cordes avant de pouvoir passer aux mouvements vifs, courts et multi-tons complexes. De la même façon, les mudras et les bandhas commencent habituellement de manière prononcée et visible, puis se raffinent naturellement avec le temps pour devenir des manipulations automatiques, subtiles et invisibles, en profondeur dans notre système nerveux de plus en plus extatique. Ensuite, c'est le mouvement de la kundalini extatique dans notre système nerveux qui accomplit les micro-mouvements dans tout notre corps, et nous devenons le témoin du déploiement, merveilleux et sans fin, de la neurologie lumineuse qui se produit en nous.

La technique dynamique qui nous mène au-delà de uddiyana s'appelle "nauli", ce qui signifie "baratter" ou encore "faire tourner". Nous commençons dans la position debout "d'arrêt court" (short stop) décrite précédemment. Ensuite nous faisons uddiyana, nous vidons complètement l'air des poumons, nous tirons le diaphragme vers le haut, ce qui tire notre ventre vers l'intérieur. Donc nous voilà en uddiyana. Maintenant nous allons faire d'autres choses pour arriver à prendre nauli. Pas à pas.

Une fois en uddiyana, la première chose que nous faisons est de contracter nos muscles abdominaux en appuyant sur nos genoux avec nos deux bras en même temps. C'est comme si on était allongé sur le dos et que l'on passait en position assise en utilisant uniquement la force des abdominaux (exercice abdominal appelé sit-up), mais on le fait en étant debout. Le mouvement qui consiste à s'asseoir ne se fait pas vraiment puisque nos bras bloquent le mouvement de notre corps en prenant appui sur les genoux. Nous sommes en uddiyana en faisant ça, donc notre ventre est toujours rentré, tiré vers le haut et l'intérieur par le diaphragme. Et alors quelque chose de nouveau se passe. Bien que notre ventre soit rentré, tiré par le diaphragme, nous pouvons remarquer que nos muscles abdominaux ressortent en formant une ligne de bas en haut de notre ventre, au milieu. Ceci accroît considérablement l'effet de succion dans la région du bassin. Essayez de contracter vos muscles abdominaux quelques fois en uddiyana bandha et voyez comment ils apparaissent le long de la ligne centrale de votre ventre.

En résumé: Tenez vous dans la positon de l'arrêt court (short stop), les mains sur les genoux. Videz les poumons complètement. Remontez le diaphragme. Voyez comme votre ventre est tiré vers l'intérieur. Ensuite, tirez votre buste (soutenu par vos bras) en direction de vos genoux au moyen de vos muscles abdominaux (comme pour passer de la position allongée à la position assise, exercice abdominal de sit-up). Voyez la ligne verticale des muscles abdominaux qui ressort dans le milieu de votre ventre.

Voyez comme c'est facile? Ressentez-vous la succion qui s'exerce sur la région du bassin? Formidable! Maintenant vous y êtes. Maintenant contractez ces muscles abdominaux plusieurs fois de suite. Trouvez un rythme, faites les contractions à quelques secondes d'intervalle, trouvez un rythme qui vous convient. En faisant cela encore quelques fois de plus, vous remarquerez que la contraction abdominale peut se faire avec mulabandha ou asvini mudra, quel que soit le niveau de familiarité que vous ayez atteint dans cette pratique. Faites les ensemble si vous le voulez. Avec le temps ils seront intégrés ensemble à un niveau neurologique subtil et vous ne pourrez pas faire l'un sans avoir envie de faire l'autre. Ce genre d'intégration naturelle se produira avec tous les mudras et bandhas dans le corps. Mais nous en reparlerons plus tard.

Donc vous y voilà, en train de contracter vos muscles. Peut-être ressentez vous une énergie agréable qui monte dans votre ventre, et peut-être même plus haut dans votre poitrine, peut-être même tout en haut jusqu'à votre tête. Les abdominaux sont très puissants pour faire monter la kundalini comme ça.

Mais vous savez, ce n'est pas encore nauli. Nous n'avons pas encore commencé à "faire tourner" ces muscles. La clé pour les faire tourner, c'est de séparer la contraction de nos abdominaux de gauches de ceux de droite, et ensuite de coordonner les deux contractions en un mouvement tournant. Nous avons deux muscles abdominaux longs, l'un se situe dans la partie droite du ventre, de haut en bas, et l'autre se situe de la même façon du côté gauche. Comment faisons nous pour les séparer? Ce n'est pas très difficile à apprendre maintenant, grâce à notre position en "arrêt court".

Donc, nous nous mettons dans la position "arrêt court" pour uddiyana et nauli, comme nous venons de le voir. Cette fois, au lieu de contracter les muscles abdominaux vers le bas en exerçant une pression égale sur les deux bras qui s'appuient sur les genoux, nous faisons passer la contraction par un bras seulement, en appui sur un genou. Choisissez celui que vous voulez. Une fois en uddiyana, simplement contractez le ventre en utilisant un bras sur un genou. Que se passe-t-il? Avez-vous vu un côté de vos muscles abdominaux se contracter et l'autre rester rentré? Si c'est le cas, c'est que vous faites comme il faut. Maintenant passez de l'autre côté. Contractez votre ventre avec toute la pression qui s'exerce sur l'autre genou en passant par l'autre bras. Est-ce que l'autre côté de vos muscles abdominaux s'est contracté en ressortant? Bien. Maintenant essayez d'aller et venir, en utilisant le même rythme que vous avez utilisé lorsque vous faisiez les deux côtés en même temps. Sauf que cette fois se sera côté gauche, côté droit, côté gauche, côté droit et ainsi de suite.

Maintenant vous tirez sur la région du bassin alternativement d'un côté et de l'autre. Ce sera plus stimulant pour l'énergie de la kundalini. Etes-vous prêt pour la technique complète? Voyons si vous pouvez faire tourner ces muscles.

En admettant que vous arrivez facilement à passer de la contraction à droite à la contraction à gauche des muscles abdominaux, il ne reste plus qu'une étape à franchir pour arriver à la pratique complète de nauli. Au lieu de faire rentrer et ressortir les muscles à gauche puis à droite, un à la fois, essayez de faire un "balayage" qui traverse le ventre de gauche à droite. Cela veut dire que lorsque votre muscle abdominal gauche est contracté et sorti, vous faites sortir le droit avant que le gauche ne soit relâché, de sorte que les deux sont contractés dans le milieu pendant un instant. Ensuite lorsque vous accentuez la contraction à droite, le gauche se relâche. L'effet en est que vous voyez un mouvement continu de vos muscles abdominaux qui traverse votre ventre de gauche à droite, un balayage. Ensuite, lorsque votre muscle droit se détend pour rentrer à nouveau, le gauche ressort. Et à nouveau vous passez du côté gauche contracté vers le côté droit qui se contracte à son tour. Et vous continuez à faire tourner encore et encore, à tourner de gauche à droite, de gauche à droite et ainsi de suite. Vous pouvez ressentir et réguler le mouvement tournant en agissant sur le changement de pression qui passe par vos bras du genou gauche au genou droit quand la contraction de vos muscles abdominaux passe du côté gauche au côté droit et retour.

C'est un entraînement pour développer une habitude que nous faisons à ce niveau de début de nauli. On aura l'impression d'être un peu "maladroit" au début, cela ne fait aucun doute. Mais n'abandonnez pas. Vous trouverez comment faire. Apprenez d'abord à le faire dans un sens. Nous avons commencé en faisant tourner les muscles de gauche à droite. Une fois que vous y arriverez facilement faites tourner dans l'autre sens, de droite à gauche. Une fois que vous arriverez à faire tourner dans un sens ou dans l'autre vous serez en bonne voie de devenir un expert en nauli.

Avec de la pratique, vous serez capable de faire tourner vos muscles abdominaux comme une corde à sauter, avec des effets délicieux sur l'énergie dans la région de votre bassin. La kundalini ne pourra pas résister avec toute cette stimulation qui la caresse.

Nous ne faisons pas ce macro-mouvement de nauli dans nos pratiques assises. Nous le faisons avant de nous asseoir pour le pranayama et la méditation. Cela peut faire partie de nos asanas, et placé là où nous faisions uddiyana dans notre routine. Ou, si nous n'avons pas l'habitude de faire des asanas, nous pouvons faire nauli seul avant de nous asseoir pour pratiquer. Faire nauli avant nos pratiques assises éveille notre système nerveux de manière très favorable au pranayama, à yoni mudra kumbhaka et à la méditation.

Essayez de faire au moins vingt rotations de nauli dans chaque sens avant chaque séance de pranayama et de méditation. Si vous vous trouvez essoufflé en faisant nauli, ne forcez pas. Marquez une pause, prenez une ou deux respirations profondes, expirez à nouveau, et continuez. Lorsque vous serez familiarisé avec nauli, vous pourrez aussi le faire de façon moins formelle dans des situations qui n'impliquent pas de prendre la posture de l'arrêt court. Par exemple, une fois que vous serez habitué au contrôle séparé des deux muscles abdominaux, il vous deviendra facile de le faire en étant allongé sur le dos détendu, et finalement, en vous asseyant. Avec le temps, nauli se raffinera au point que vous pourrez le faire subtilement sans mouvement visible à peu près n'importe où, avec des effets extatiques merveilleux. Ce genre de nauli s'accorde à la perfection avec les mouvements subtils de mulabandha/asvini mudra, tout en étant en kechari. Ces exercices extatiques peuvent être pratiqués en public sans que personne ne sache que vous les faites, si ce n'est en percevant votre rayonnement bien sûr.

Nous utiliserons une version subtile de nauli lorsque nous passerons au jalandhara dynamique ("chin pump, la pompe du cou") qui implique le haut du corps de manière beaucoup plus importante dans la stimulation de l'énergie de la kundalini entre le cœur et la tête.

Nauli est une pratique puissante aux effets considérables. Nous n'avons pas inclus les précautions normales au début de cette leçon parce que nauli n'est pas en général une pratique qui puisse nous faire avoir des problèmes avec l'énergie de la kundalini. Il va sans dire que si vous avez des problèmes de santé qui risquent d'être aggravés par nauli, alors il faut s'abstenir de le pratiquer. Egalement, si nauli est pratiqué pendant une certaine durée sans y adjoindre les pratiques de purification globale que sont la méditation et la respiration de la colonne vertébrale, cela peut conduire à des déséquilibres d'énergie dans le corps. Il vaut mieux que les pratiques de purification générale soient bien établies avant de faire des pratiques qui visent telle ou telle partie du corps pour la stimulation de la kundalini. C'est la raison pour laquelle nous avons commencé ces leçons par la méditation et la respiration de la colonne vertébrale, et que nous continuons à dire qu'elles forment le cœur des pratiques avancées de yoga, le prérequis pour tout ce que nous entreprenons d'autre.

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire nauli avant d'apprendre les autres pratiques de yoga avancées, mises à part la méditation et la respiration de la colonne vertébrale. Ces dernières sont le minimum requis fortement recommandé pour faire nauli.

Veillez toujours à ce que vos pratiques soient bien établies et faciles avant d'en adopter de nouvelles. Il est très important d'établir une plateforme de pratiques stable que vous pouvez maintenir sur le long terme. Lorsque vous saurez que vous êtes prêt, vous pourrez ajouter méthodiquement de nouvelles pratiques quand votre bhakti vous y incitera.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers