Leçon 85 - Q&R - Un retour sur les étapes du voyage
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Jeudi 15 janvier 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Tout d'abord, je voudrais vous remercier pour les leçons que je trouve très bénéfiques et le programme que vous proposez semble être bon car il couvre tout. Je suis les enseignements d'un autre yogi dont je suis très content, mais j'ai oublié sa méditation sur la kundalini que je suis censé faire toutes les semaines, donc vos enseignements inestimables comblent vraiment très bien cette lacune dans mon programme spirituel. (Je travaillais sur mon coeur et le sommet de la tête d'une façon qui éveille la kundalini, mais sans me focaliser sur ma kundalini directement). J'adopte vos exercices, mais très lentement (je ne fais que les deux premiers, et seulement une fois par jour, car j'ai eu un petit problème de kundalini qui a failli me tuer il y a quelques années, en aggravant un rythme cardiaque irrégulier, des problèmes respiratoires, manquait de me faire perdre connaissance avec chaque montée et me paralysait aussi pendant les montées qui duraient presque une heure, avec l'énergie qui s'accroissait davantage à chaque fois. C'était comme un torrent qui m'entourait de toute part... et curieusement sortait également de mon corps... et traversait mon corps tout droit en montant au niveau de la colonne vertébrale. Un maître m'a aidé, a sauvé ma vie dans cet incident en tirant en quelque sorte l'énergie de mon corps pendant et entre les montées (peut être transformait il l'énergie de la kundalini en une énergie différente), puis a essayé de faire une sorte de drainage complet de l'énergie en dernier recours, ce qui, par chance, a immédiatement arrêté les montées d'énergie. Je pense que je serais morte s'il n'avait pas été là pour m'aider rapidement, j'avais vraiment de gros problèmes). Donc inutile de dire que je suis beaucoup plus prudente que je ne l'étais auparavant. Ma question porte sur un rêve que j'ai eu cette nuit, et je me demande si c'était un avertissement pour me dire de ralentir dans mes pratiques. Est-ce que je dois l'ignorer (je me demande s'il n'a pas été peut-être engendré par la kundalini?) j'ai rêvé que j'avais une montée de kundalini dans ma colonne vertébrale, mais la kundalini se précipitait contre l'intérieur du sommet de ma tête, elle se heurtait à cet endroit à chaque fois qu'elle montait. Dans mon rêve cet endroit devenait plus tendre à cause de ça. Pensez vous que je doive m'inquiéter et en faire un peu moins?

R: Merci de partager généreusement votre expérience. Oui, étant donné tout ce que vous avez traversé, je suis d'accord que vous devriez être très prudente et mesurée dans vos pratiques. Tout sentiment de prémonition doit être pris au sérieux. Non pas que vous devriez « mourir de peur » en ce qui concerne votre processus d'illumination, ce qui n'est clairement pas le cas. Pour chacun d'entre nous il s'agit de se connaître, de connaître nos limites, les opportunités qui nous sont offertes pour un progrès stable, et évaluer notre approche. « Basé sur notre expérience » est le maître mot que nous utilisons ici. Nous aurons des outils à profusion, et la façon dont nous les utiliserons fera toute la différence. Chacun doit voyager à son rythme, selon ses capacités. C'est une grosse responsabilité.

Le but de ces leçons est de donner à chaque personne l'opportunité de se mettre au volant de son propre véhicule pour son voyage spirituel. Qui d'autre pourrait s'y mettre? C'est une approche non orthodoxe de la transmission de la connaissance spirituelle. C'est dans l'esprit d'une expansion rapide des applications de la connaissance scientifique au cours des quelques siècles passés. Tant de bien a découlé des applications pratiques de la connaissance scientifique, comme nous pouvons le voir autour de nous. Est-ce pour autant absolument sûr pour tout le monde? Non. Il y aura toujours quelqu'un qui sera mis en danger en raison de la disponibilité de cette connaissance puissante. Cela veut il dire que nous ne devrions pas avoir de voiture, d'avion, d'électricité ou d'internet? Est-ce que les risques occasionnels impliqués par la connaissance des pratiques avancées de yoga signifient que celles-ci ne devraient pas être disponibles pour tous? J'espère que non. Comment toute l'humanité peut elle apprendre à voyager sur les routes intérieures vers la conscience de pure félicité et l'extase divine autrement qu'en faisant ainsi? C'est le défi qu'il faut relever. Les astronautes finiront par aller sur Mars et même plus loin. Chacun d'entre nous rejoindra finalement l'infini qui se trouve en nous, et amènera cette expérience dans la vie de tous les jours. C'est le voyage de l'esprit humain pour aller vers plus ; toujours vers plus. Nous savons intuitivement que nous sommes infinis. Il n'y a pas de limite à ce que nous pouvons expérimenter.

Maintenant, qu'en est il de ces expériences de kundalini sur lesquelles nous nous sommes penchés récemment? Certaines sont plutôt extrêmes. Sont-elles nécessaires pour atteindre l'illumination? Pouvons-nous y parvenir sans avoir à endurer de pareils extrêmes? Prenons un peu de recul quelques minutes pour essayer de mettre en perspective les expériences de kundalini, pourquoi elles se produisent, et comment elles se situent dans la totalité du voyage qui nous conduit à l'illumination. Pour cela nous pouvons revenir en arrière à la leçon qui s'appelle « les points de repère de nos progrès vers l'illumination » (leçon 35).

Dans cette leçon, nous avons parlé de trois niveaux d'illumination, qui parfois se chevauchent dans notre expérience, chacun avec ses caractéristiques particulières.

Le premier stade est la montée du silence dans notre système nerveux. Le silence profond est la nature essentielle de la conscience de pure félicité. C'est la stabilité absolue. Rien ne l'ébranle. Elle est solide comme un roc, c'est la fondation qui soutient tout ce que nous sommes et tout ce que nous faisons. C'est l'essence de ce que nous sommes. Elle provient principalement de la méditation, et elle est la source de la paix intérieure et du sentiment inébranlable de sécurité dont nous faisons l'expérience en avançant sur le chemin spirituel. C'est notre être immortel, et sa montée dans notre système nerveux sert de fondation à tout notre développement spirituel.

Le second stade est la montée de l'extase. C'est le prana qui entre dans un mode de fonctionnement en grande expansion dans notre système nerveux. C'est l'énergie sexuelle qui s'élève. C'est la kundalini. C'est aussi la pure conscience de félicité, le silence profond, en mouvement à l'intérieur de nous. C'est l'expansion de l'expérience sensorielle dans des domaines extatiques. Ce changement est mis en route grâce au pranayama et aux autres techniques dont le but est de stimuler l'éveil de la kundalini. Il est en général agréable. Mais parfois les expériences peuvent être extrêmes, c'est- à-dire des problèmes de kundalini. Pourquoi? Nous allons en parler dans une minute.

Le troisième stade est la montée de l'expérience d'unité, où nous voyons tout en tant qu'expression du Un que nous sommes devenus. C'est l'union de l'ego individuel, de la conscience de pure félicité, d'extase divine et de tout ce qui existe dans l'existence temporelle. Cela se produit quand notre centre situé dans la conscience de pure félicité est encouragé systématiquement à aller au-delà du corps. C'est l'illumination, la réalisation, le fruit du yoga. Nous vivons la réalité d'« aimer notre prochain autant que nous même ». Il devient évident, par l'expérience que notre prochain est aussi nous même. Cela a un effet important sur notre comportement, bien sûr, un effet positif extrêmement bénéfique.

Il y a des pratiques avancées de yoga associées à chacun de ces trois stades. Et il y a une séquence logique dans l'évolution de ces trois stades. En tout cas dans ces leçons, il en est ainsi. Premier stade, deuxième stade, troisième stade. De cette façon là.

Tout est une question de purification. Si notre système nerveux était entièrement pur, en quelque sorte débarrassé de toutes les « graines de karma » accumulées dans nos innombrables vies passées, nous serions illuminés de naissance. Alors nous serions comme Krishnamurti, nous pourrions rester assis à dire « Il n'y a rien à faire. Il suffit d'être conscient ». Pas de méditation, pas de kundalini à faire se dresser les cheveux sur la tête, pas de voyage du tout. Juste la béatitude, la béatitude, la béatitude!

Mais la plupart d'entre nous a encore beaucoup de ménage à faire. Et cela ne se fait pas en une nuit. Ce n'est pas comme de louer une femme de ménage qui viendrait quelques heures, et le travail serait fait. Même avec les meilleures techniques spirituelles, il faut des années et des années. Peut-être plusieurs vies. Aucun effort de nettoyage n'est jamais perdu, comme nous l'avons vu auparavant. C'est la seule chose que nous emmenons avec nous quand nous quittons cette terre.

Donc, c'est le processus de nettoyage de la maison qui détermine notre voyage spirituel, notre expérience. La façon dont nous nous y prenons fait toute la différence. Il y a des approches qui semblent commencer au milieu du processus d'illumination. Elles commencent avec des méthodes pour éveiller directement la kundalini. Que se passe t-il alors? Quelques fois la kundalini bouge. Quelques fois non. Si elle s'éveille, cela peut se produire dans un système nerveux qui n'est pas prêt, pas assez purifié. L'éveil est prématuré et peut être cause d'expériences de kundalini extrêmes. C'est une chose très délicate, parce que quelqu'un peut ne pas avoir fait d'exercice qui stimule la kundalini dans cette vie, et pourtant être sujet à éveiller la kundalini prématurément. Leur système nerveux semble avoir été fabriqué pour ça. Peut-être avaient ils fait ce genre de pratique dans une vie passée et ils doivent maintenant la stabiliser. Qui le sait? Mais il ne fait aucun doute que certains sont prédisposés à un éveil prématuré de la kundalini. Vous saurez bien assez tôt si c'est votre cas. Si ça l'est, il vous faudra être prudent. D'autres franchiront toutes les étapes sans la moindre anicroche. Nous devrions tous être ainsi bénis. Pour la plupart des gens, c'est un déploiement progressif, et les pratiques avancées de yoga sont faites pour ça, pas pour un miracle en une nuit. Juste un progrès régulier.

L'approche ici est de faire d'abord un nettoyage « global » et en douceur de la maison. C'est-à-dire la méditation, établir le silence, la conscience de pure félicité. Baigner tout le système nerveux dans cette conscience. C'est une méthode très efficace pour nettoyer tout le système nerveux, et habituellement très douce. Elle agit au niveau du premier stade d'illumination, vous savez. Même ainsi, si certains sont susceptibles d'avoir des problèmes de kundalini, une méditation toute douce peut éveiller le processus. Alors la pratique doit être modérée, la durée de la pratique doit être moindre, avec davantage d'activité physique, et plus de pratiques d'ancrage. Pour certaines personnes, la méditation toute seule est déjà beaucoup. L'expérience est le meilleur guide.

Si la méditation est bonne et amène le silence et la paix, alors on peut y ajouter la respiration de la colonne vertébrale. Cela concentre la purification davantage dans le nerf spinal, la sushumna, et on peut doucement s'acheminer vers l'accroissement de la conductivité extatique. C'est une façon très douce de stimuler la kundalini, en la maintenant dans le bon canal, en la mettant en contact avec sa polarité opposée, l'énergie masculine qui descend d'en haut à chaque expiration.

Ensuite, si la méditation et la respiration de la colonne vertébrale se passent bien, en douceur, on peut y ajouter encore autre chose. Ce processus d'ajouts successifs peut prendre de nombreux mois, des années ou des dizaines d'années, cela dépend de la personne. L'expérience sera le facteur déterminant, et non pas un rythme de progression arbitraire. Et celui-ci ne doit surtout pas être dirigé par une ambition téméraire de trouver un raccourci super rapide vers l'illumination. Ce serait comme de prendre la route avec une voiture pour la toute première fois et foncer à cent cinquante kilomètres à l'heure. Ce qui résulte de ce genre d'approche est bien connu de chacun d'entre nous.

Quel qu'ait été le passé en matière de pratiques, c'est le passé. Pour le meilleur ou pour le pire, nous devons vivre avec les résultats qui en découlent. Aujourd'hui, nous pouvons repartir du bon pied, en nous assurant que nous avons pris soin de commencer par le début avant d'essayer de nous précipiter sur la fin. Si nous cultivons le silence de la conscience de pure félicité, en nous, jusqu'à ce qu'il soit stable, nous aurons les meilleures chances d'un éveil en douceur de la kundalini. C'est-à-dire d'un éveil extatique au lieu d'un éveil horrifique. L'éveil de la kundalini n'est qu'une étape sur la voie, quelque part vers le milieu. L'éveil de la kundalini n'est pas le chemin tout entier. C'est juste la partie du milieu. Etablir le silence de la conscience de pure félicité est le chemin tout entier, le début, le milieu et la fin. Tout le reste dépend de ça. C'est pourquoi nous avons dit au début de ces leçons que la méditation sera suffisante si c'est tout ce que l'on a envie de faire, et qu'elle devrait toujours rester au centre de nos pratiques. Pour ceux qui sont ambitieux, qui ont envie de faire tout le travail en une seule vie, les autres moyens sont offerts en plus. Mais il n'est pas recommandé de sauter la méditation, jamais. Cela peut rendre le voyage très difficile d'essayer de faire les autres choses sans une solide fondation dans le silence profond, dans la conscience de pure félicité.

Combien de temps doit-on nettoyer la maison avec la méditation avant de stimuler directement la kundalini? Cela dépend de chacun. Si le silence intérieur et la stabilité sont bons, alors cela peut être bientôt. Pour les autres, méditer sans effort chaque jour pendant des années ou des dizaines d'années sera la bonne route. C'est une combinaison de votre capacité et de votre désir (bhakti) qui déterminera votre parcours. Certains seront plus prudents. D'autres seront plus agressifs. Rappelez-vous simplement que Rome n'a pas été construite en un jour. Trouvez votre rythme, connaissez vos capacités, puis avancez, un jour à la fois. C'est un long voyage. Inutile d'arracher les roues de la voiture au premier tour de piste, ni même au centième d'ailleurs.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers