Leçon 256 - Le Yoga pour nos enfants
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mercredi 16 février 2005

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: J'ai besoin d'éclaircissements sur la possibilité de partager des exercices de méditation avec les membres plus jeunes de ma famille. Pouvez-vous me dire s'il y a un âge minimum pour commencer ces exercices? Même si les enfants ne peuvent pas réellement en comprendre la finalité, il me semble que cela pourrait les aider à apprendre à mieux réagir aux situations variées de la vie. Il y a-t-il certains exercices que nous pourrions leur apprendre et d'autres au contraire à éviter, ou bien devrions-nous attendre qu'ils grandissent (jusqu'à environ 20 ans) avant de leur suggérer l'une ou l'autre de ces pratiques?

R: C'est merveilleux que vous vouliez partager la méditation avec vos enfants. Ils peuvent en retirer de grands bénéfices. Ci-dessous une vue d'ensemble de l'éventail des pratiques de yoga en relation avec l'âge:

La méditation facile avec « I AM » peut être pratiquée à partir de 12-13 ans. Il est préférable au début de ne pas dépasser 10 minutes, deux fois par jour. Si un résultat indésirable se produit, trop de purification, alors il faut diminuer le temps ou arrêter la pratique pendant un an ou deux pour réessayer ensuite. Une purification trop forte se traduit d'habitude par de l'irritabilité et/ou de l'apathie dans l'activité journalière. Bien sûr, avec des adolescents et l'afflux de nouvelles hormones cela peut de toute façon se produire. La méditation journalière bien dosée peut être une aide.

Note: Une purification excessive peut se produire si le système nerveux est très sensible à la méditation, ce qui indique un niveau élevé de sensibilité à la spiritualité, ce qui est une bonne chose, mais doit être géré avec soin en utilisant les principes d'une gestion prudente, principes développés dans les leçons. Une sensibilité aussi extrême est rare, mais peut arriver, l'avertissement est là pour ca. Reportez-vous aux leçons #160 et #200 pour des exemples de sensibilité extrême et comment y faire face.

Une fois l'âge de 18 ans atteint, le temps de la méditation peut être augmenté par paliers de cinq minutes sur une période de plusieurs mois jusqu'à 20 minutes, pour autant que cela reste confortable. A ce moment-là, le jeune pratiquant aura ou non un intérêt établi en fonction de son karma personnel et de son désir. Ne le forcez pas. Ce sera sa condition intérieure qui déterminera son chemin tout autant que ce que les parents peuvent offrir. Nombre de jeunes laisseront tomber la méditation pour toutes sortes de raisons. Mais la graine est plantée. Le reste dépendra du désir individuel, fonction des mouvements de la nature et du karma. N'est-ce pas le cas pour nous tous? La bonne nouvelle est que la marée spirituelle monte de toutes parts. Nous sommes tous de plus en plus réceptifs à notre transformation intérieure. Chaque graine plantée aujourd'hui est certaine de germer et de croître jusqu'à sa pleine floraison, si ce n'est pas ici et maintenant, alors quelque part sur la route scintillante de cette vie, ou peut-être de la prochaine. Notre cadeau ne sera pas perdu.

Les adolescents peuvent pratiquer un pranayama facile avec nadi shodana (respiration alternée par le nez) pendant environ 5 minutes avant la méditation. C'est une pratique bien connue qui peut être apprise quasiment partout, elle est également décrite dans le livre AYP. Nadi shodana peut aussi être pratiqué par les préadolescents pendant de courtes sessions (sans méditation) si les émotions ont besoin d'être apaisées. Une respiration alternée de 5 à 10 minutes plusieurs fois par jour est indiquée dans ce cas.

A l'âge de 18 ans, nadi shodana peut être remplacé par la respiration spinale en augmentant le temps de façon appropriée ainsi qu'expliquée dans les leçons. Les méthodes avancées liées au pranayama (respiration spinale, kumbhaka, mudras, bandhas, pompe cervicale, bastrika spinal, etc.) ont pour but de faire monter la fonction sexuelle dans le système nerveux, et c'est bien la raison pour laquelle les techniques allant au-delà d'une méditation facile et d'un léger nadi shodana ne devraient pas être utilisées jusqu'à ce que la puberté soit passée. La transformation spirituelle du système nerveux, augmentant le fonctionnement neurobiologique pour exprimer l'extase divine, est à bien des égards comme une seconde puberté. Une seule puberté à la fois est bien assez! Pour certains, il vaut mieux aborder toutes les pratiques bien plus tard que 18 ans. Pour d'autres plus tôt peut-être indiqué. Chacun est différent, et vous devez faire preuve de jugement en faisant des suggestions à ce sujet. Une fois que la respiration spinale et la méditation sont stables et progressent bien on peut commencer à ajouter pas à pas la totalité des pratiques en fonction de son désir (bhakti) et de ses capacités (self-pacing). Bien sûr, c'est l'étape adulte.

On peut commencer des asanas faciles, avec bon sens, à n'importe quel âge. Une fois commencée la pratique assise de la méditation les asanas peuvent être faites juste avant. De nos jours, il est possible d'apprendre les asanas à peu près partout et les classes pour enfants deviennent tout à fait courantes. Une série d'asanas est également décrite dans le livre AYP.

Partager notre propre silence intérieur qui s'élève sous la forme d'un service aimant débordant est le yoga idéal pour nos enfants les plus jeunes. Ils en bénéficieront grandement et seront prêts le moment venu à pratiquer suivant leurs penchants naturels. Il est évident que nous ne pouvons pas dicter ce que seront les penchants d'une autre personne, même à nos propres enfants. Chacun a son propre voyage à faire. Nous pouvons faire beaucoup pour aider, mais nous ne pouvons pas tout faire pour eux. Soyons attentifs à ne pas bloquer nos enfants dans une routine de pratiques qui ne leur serait pas naturelle. Rappelez-vous qu'en définitive c'est leur propre silence intérieur qui déterminera leur chemin plus qu'aucune autre chose.

Une chose est sure. Plus nous progressons dans nos propres pratiques le meilleur ce sera pour nos bien-aimés. C'est ainsi que nous pourrons éveiller le silence intérieur en chacun.

Je vous souhaite à vous et à votre famille un plein succès sur les chemins que vous avez choisis.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers