Leçon T9 - Brahmacharya, sexe tantrique et célibat
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Dimanche 8 Février 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Il est aussi recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Maintenant nous allons aborder un sujet vraiment tabou, et le relier à la discussion du tantra. De nos jours, c'est un sujet plus tabou que le sexe, le « célibat ».

Ne vous précipitez pas en hurlant vers la sortie. Le célibat n'est pas une pratique recommandée dans ces leçons. Elle ne va non plus être décriée. Nous voulons simplement comprendre comment elle s'insère dans la pratique, puisque certains y sont naturellement attirés. D'autres, y sont peut être forcés soit par leur propre volonté soit par celle des autres.

Mais avant de parler du célibat, nous devons discuter du « brahmacharya » car il est la clé pour comprendre les implications spirituelles du sexe tantrique, d'une part, du célibat, d'autre part, et ce qu'ils ont en commun. Ils ont davantage en commun qu'on ne le croit.

Brahmacharya veut dire marcher ou demeurer dans la force créatrice de Dieu, l'énergie sexuelle en chacun d'entre nous. Que voulons-nous dire par marcher ou demeurer dans l'énergie sexuelle? Deux choses: premièrement, conserver cette énergie, deuxièmement la cultiver. Telle est l'essence du brahmacharya, conserver et cultiver l'énergie sexuelle.

Jusqu'ici dans ces leçons sur le tantra nous avons introduites les méthodes de base pour engager un processus de transformation des relations sexuelles pour faire justement cela: préserver et cultiver l'énergie sexuelle. Nous avons parlé de la bhakti prérequise (le désir de quelque chose de plus) pour s'engager dans ce processus, des différents défis et des conséquences divines d'entreprendre le voyage de relations sexuelles tantriques. Tout cela va plutôt loin.

Nous avons mentionné le lien entre les relations sexuelles tantriques et les pratiques de yoga avancées discutées en détail dans les leçons principales, comment les deux sortes de pratique ont le même but, et comment le sexe tantrique complète la méditation, le pranayama et les autres pratiques journalières de yoga.

Quelle est la place du célibat? C'est une question de choix, d'inclination, de style de vie. Peut-être nous abandonnons nous à un gourou ou à une organisation qui ont choisi pour nous. Peut-être est ce notre choix. Peut-être, n'avons-nous jamais été attirés par le célibat. Tout cela est très bien. Il appartient à chacun d'entre nous de suivre son propre sentiment.

Qu'est ce que le célibat? Techniquement, c'est l'abstention du mariage et des relations sexuelles, masturbation comprise. Ipso facto, la préservation de l'énergie sexuelle est là, quoique la préservation ne soit pas forcement ce que le célibataire a en tête. Il peut y avoir d'autres raisons au célibat, comme de fuir les aspects négatifs du sexe (obsession, excès, blessure) plutôt que d'aller vers les aspects positifs (expansion intérieure, extase divine, illumination).

Le célibat est la première moitié du brahmacharya, mais ce n'est pas suffisant, car sans la purification préalable du système nerveux et ensuite l'encouragement de l'énergie sexuelle à se manifester sur un plan plus élevé, il n'y a pas la culture de l'énergie qui constitue la seconde moitié du brahmacharya. Cette notion du célibat comme une moitié du bramhacharya est importante. Sans la deuxième moitié, le célibat peut mener à la stagnation et à l'émergence de conduites déséquilibrées et obsessionnelles, particulièrement s'il s'agit d'un célibat « forcé ».

Alors que le célibat (préservation) va dans la direction du bramhacharya, il est incomplet comme pratique spirituelle sans l'activation (cultiver) de l'énergie sexuelle vers un but plus élevé. Ce qui, bien sûr, est l'objectif du sexe tantrique. Ironiquement, ceux qui sont assidus dans leurs pratiques sexuelles tantriques peuvent avoir de meilleures perspectives spirituelles que des célibataires qui ne seraient pas assidus dans leurs pratiques assises de yoga et dans le service plein d'amour pour les autres afin de cultiver l'énergie sexuelle vers une manifestation plus élevé dans leur système nerveux.

Le célibat est-il une meilleure voie vers l'illumination que les pratiques sexuelles tantriques? Qui peut le dire? Cela dépend de la motivation du pratiquant dans l'un ou l'autre style de vie. C'est le degré de bhakti du pratiquant qui détermine le résultat de telle ou telle approche. Si la bhakti est abondante, le système nerveux s'ouvrira, d'une façon ou d'une autre.

Qu'il s'agisse de l'amant tantrique ou du célibataire, les pratiques de base de la méditation et du pranayama auront la plus grande influence sur le degré de la bhakti s'élevant dans le système nerveux. C'est la purification globale se manifestant journellement dans le système nerveux qui détermine la quantité de silence intérieur disponible. C'est la conscience de pure félicité, notre source, notre qualité divine fondamentale s'élevant en nous. Si nous avons cela, que nous soyons un amant tantrique ou un célibataire, nous aurons constamment faim de la même destination, l'union divine. Quel que soit notre style de vie, nous incorporerons naturellement les éléments du brahmacharya, préservation et culture de l'énergie sexuelle à mesure que nous avançons vers le ciel sur notre propre autoroute intérieure.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers