Leçon T30 - Q&R - Vajroli mudra
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: jeudi 3 juin 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Il est aussi recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Q: J'ai une question concernant un mudra: vajroli mudra et la maîtrise de l'éjaculation rétrograde. Pouvez fournir quelques lumières sur la façon dont ce mudra peut être pratiqué?

R: Vajroli mudra, l'aspiration des fluides sexuels, est une de ces pratiques qui s'établit naturellement à travers la connexion des différentes parties du yoga à mesure que l'on progresse en siddhasana et dans les pratiques sexuelles tantriques. Ce qui ne veut pas dire que vous ne puissiez pas travailler à le développer à quelque moment que ce soit. Cependant, il n'est utile qu'une fois le silence intérieur et la conductivité extatique établis en permanence dans notre système nerveux. C'est alors que l'énergie sexuelle a son effet spirituel le plus grand dans le corps. La méthode pour bloquer exposée dans ces leçons est la version « du pauvre » de vajroli, étant beaucoup plus facile à faire dès le premier jour. A mesure que le système nerveux se purifie et s'ouvre, bloquer conduit naturellement au vajroli complet.

Q: Vous mentionnez qu'avec la pratique continue de siddhasana, vajroli s'établit naturellement. Est-ce que tel a été le cas dans votre expérience?

D'autre part, avec vajroli l'effort est de tirer les fluides sexuels dans la vessie; d'où ils sont rapidement évacués quand on urine. En conséquence, quel est l'intérêt de vajroli si les fluides sexuels ne sont pas sublimés vers le cerveau (cette question concerne également le vajroli du pauvre que vous avez mentionné).

J'ai obtenu quelques succès avec vajroli, je n'ai pas besoin de bloquer en pressant le périnée; quand asvini, mulabandha et uddiyana sont pratiqués simultanément avec une respiration lente, cela a le même effet que d'appuyer sur le périnée; mais dans ces deux cas le fluide séminal passe rapidement dans la vessie. Dès que cela se produit je peux sentir la perte d'ojas. En définitive, comment pouvons-nous vraiment sublimer l'énergie sexuelle plutôt que de la laisser s'épuiser.

R: Le vrai vajroli ne concerne pas seulement le fait de retenir le sperme au moment de l'éjaculation, quoique ce soit ce qui intéresse les médias. Avec le silence intérieur et l'éveil de la conductivité extatique (la kundalini) montant dans le système nerveux, il y a un dégagement continu de sperme à la racine, et une absorption continue à travers la vessie, et au-delà. Alors l'acte d'amour intérieur ne s'arrête jamais. La vessie a une fonction plus haute, qui est de transformer l'énergie en la faisant monter dans la neurobiologie supérieure. La biologie spirituelle se produit également dans le circuit GI (gastro-intestinal) et se remarque très bien une fois que la kundalini bouge de façon significative, un mélange d'air, de nourriture et d'essences sexuelles. Cela peut être suivi depuis le système GI jusqu'à l'intérieur de la tête avec ensuite le retour à nouveau dans le système GI sous la forme de nectar.

Oui, cette sorte de vajroli fonctionne chez moi naturellement, de même qu'à un large degré dans l'éjaculation, quoique j'utilise encore le blocage pour aider quand c'est nécessaire. Le plus important est que le flot d'énergie sexuelle monte continuellement, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et cela est produit par la pratique sur le long terme de toute la gamme des pratiques de yoga avancées.

De même que nous continuons à vider les intestins quand la biologie spirituelle est active dans le système GI, de même nous continuons à uriner quand la biologie spirituelle est active dans la vessie. Une fois la biologie spirituelle plus élevée établie et stable, ces fonctions deviennent très fortes et inébranlables. Alors il n'est plus nécessaire de se faire beaucoup de souci pour des performances du genre de vajroli. De même que pour siddhasana, les mécanismes de la pratique de vajroli s'effacent avec le développement de notre biologie spirituelle, et nous n'y pensons plus beaucoup une fois ce stade atteint. Alors, nous sommes partis dans une béatitude extatique et un amour divin bouillonnant. C'est ainsi que nous sommes illuminés par l'énergie sexuelle qui monte à l'intérieur.

Il n'y a pas de doute qu'il vaut mieux être nourri de façon permanente et stable par les essences sexuelles montant dans la biologie supérieure, peu affectée par le fait d'uriner, que d'avoir un grand apport d'énergie avec une éjaculation rétrograde, soit en bloquant soit avec vajroli, pour ensuite en perdre la plus grande partie dans la miction suivante. D'où la raison pour développer la continence et/ou les pratiques tantriques permettant de se retenir afin de cultiver sur le long terme la montée de l'énergie sexuelle.

Tout ce qui précède est également valable pour les femmes, les mécanismes étant quasiment les mêmes.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers