Leçon 171 - Le pranayama du bastrika spinal- nettoyer votre karma au karcher
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 20 avril 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Maintenant, nous allons présenter un pranayama puissant qui s'appelle le bastrika spinal. "Bastrika" signifie "soufflet". C'est une respiration rapide, comme celle d'un chien qui halète, faite avec le diaphragme seulement (respiration abdominale), de préférence par le nez. Si c'est trop difficile par le nez, on peut, si besoin est, la faire par la bouche.

Dans ces leçons, le bastrika se fait en suivant rapidement le trajet du nerf spinal, entre le périnée (racine) et le point entre les sourcils (troisième œil), tout comme on le fait dans la respiration de la colonne vertébrale normale, mais beaucoup plus rapidement. Le fait de respirer dans le nerf spinal accroît considérablement la puissance du pranayama bastrika et en même temps équilibre les polarités internes divines dans le corps. Le bastrika spinal charge le système nerveux tout entier de quantités énormes de prana ce qui le nettoie d'une façon équilibrée.

Cette pratique est excellente pour nettoyer les blocages karmiques obstinés dans tout le système nerveux en envoyant des impulsions praniques puissantes de haut en bas du nerf spinal, impulsions qui se répandent dans chaque nerf du corps.

Comme pour toute pratique, il y a des préalables et des précautions à prendre. Tout d'abord, le bastrika spinal n'est pas la panacée qui guérit tout, ce n'est pas non plus une pratique à faire indépendamment des autres. Il ne marchera bien que si suffisamment de pratiques préalables ont été établies de façon stable pendant un certain temps. Celles-ci incluent la respiration de la colonne vertébrale et la méditation profonde. Le bastrika spinal se place entre les deux pendant la pratique assise. Ses effets les plus profonds se font sentir lorsque qu'il est utilisé en conjonction avec les pratiques fondamentales de la respiration de la colonne vertébrale et de la méditation.

Deuxièmement, si vous avez des problèmes de santé qui puissent être aggravés par cette respiration haletante, alors ne la faites pas. Si vous avez des doutes, vérifiez d'abord avec votre médecin. Troisièmement, dans certaines circonstances, le bastrika spinal peut aggraver un blocage interne, et devrait dans ce cas, de toute évidence être modéré. Le plus souvent il éliminera les blocages sans aggravation, et peut alors être utilisé plus agressivement. Vous ne pourrez savoir comment votre système nerveux réagit au bastrika spinal qu'en l'essayant, c'est pourquoi il vaut mieux démarrer doucement et être attentif à réguler la pratique. Gardez à l'esprit qu'il peut y avoir une réaction à retardement avec le bastrika spinal, vous n'en ressentirez pas tout de suite tous les effets.

Le bastrika spinal trouve toute son utilité lorsque le terrain a déjà été nettoyé en profondeur et à travers le système nerveux avec la méditation profonde et la respiration de la colonne vertébrale. Alors il peut aider à terminer le travail en délogeant les blocages karmiques obstinés. De ce point de vue, il est comme un jet d'eau sous pression que l'on utilise pour briser et nettoyer toutes ces obstructions qui résistent mais qui ont déjà été partiellement détachées par la méditation et la respiration de la colonne vertébrale.

Comme nous l'avons dit, bastrika signifie "soufflet". Je l'appelle "le chien qui halète", ce qui désigne une approche plus douce, et qui peut être maintenue, de la respiration rapide, plutôt que de respirer avec autant de force qu'un "soufflet de forge", bien que la respiration d'un chien qui halète puisse elle aussi être assez vigoureuse. Parfois elle devient vigoureuse d'elle-même. C'est une longue série de respirations peu profondes et rapides, qui mettent seulement en œuvre le diaphragme, et que l'on poursuit pendant le temps requis, tout en parcourant le nerf spinal de haut en bas et de bas en haut avec l'attention associée au souffle, entre la racine et le troisième œil. Cela demande un certain temps pour s'y habituer. Comme pour toutes les pratiques, on se sentira un peu maladroit au départ avec le bastrika spinal. Vous constaterez que cela demande de l'entraînement pour arriver à ce que l'attention monte et descende rapidement avec le souffle. Egalement, les poumons auront peut être tendance à se vider progressivement, ou à se remplir de plus en plus, pendant une longue série de respirations haletantes. Cette "dérive" est normale, et on peut avoir besoin de vider complètement ou de remplir les poumons plusieurs fois pendant une séance de bastrika pour compenser cette dérive. Et s'il n'y a pas de dérive, c'est très bien aussi. Continuez simplement à faire le bastrika spinal pendant le temps requis.

Il est recommandé de commencer avec deux minutes de bastrika spinal juste avant la méditation, après la respiration de la colonne vertébrale et tout autre pranayama que vous faites (le yoni mudra kumbaka ou la pompe cervicale). Continuez siddhasana, sambhavi, mulabandha, kechari etc. Un léger uddiyana, consistant à rentrer légèrement le ventre, peut aussi être pratiqué pendant le bastrika spinal. Lorsque vous ressentirez l'énergie bouger pendant le bastrika spinal, votre corps saura instinctivement ce qu'il doit faire, et toutes ces techniques se raffineront d'elles-mêmes. Une fois bien établi, le bastrika spinal avec tous les composants du yoga qui lui sont associés devient tout à fait naturel. La pratique devient très agréable, avec des résultats extatiques qui persistent dans l'activité, et elle apporte une contribution permanente à l'illumination. Lorsque ces obstructions karmiques sont éliminées, elles le sont pour de bon et la lumière brille de l'intérieur.

Lorsque deux minutes de pratiques sont devenues confortables, après une semaine ou deux, la durée du bastrika spinal peut passer à trois minutes pour finalement aller jusqu'à cinq minutes si on le désire. Le bastrika spinal est très puissant lorsqu'on le pratique plus longtemps, donc ne perdez pas ça de vue, et le fait que les effets se font sentir avec un décalage à mesure que votre expérience progresse.

Vous vous rendrez compte que le bastrika spinal est d'une grande aide pour approfondir votre méditation. En libérant autant de blocages pendant les pranayamas que l'on fait avant la méditation, on rend le processus de méditation profonde vers le silence intérieur et la purification globale du système nerveux beaucoup plus rapide et confortable.

Le bastrika spinal fait passer le processus général de purification à la vitesse supérieure, relâche les nerfs et cultive considérablement tout le système nerveux. Veillez bien à réguler votre rythme de progression avec le bastrika spinal comme avec toutes vos pratiques. Adaptez toujours vos pratiques de façon à ne pas dépasser la limite de purification confortable pour votre système nerveux. Prenez votre temps et trouvez votre équilibre avec le bastrika spinal dans votre routine de pratiques quotidiennes.

Dans quelques semaines, nous verrons des variantes du bastrika spinal que l'on peut utiliser pour un nettoyage karmique plus ciblé.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers