Leçon 299 - Le samyama cosmique - Le yoga nidra avancé
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 23 décembre 2008

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

A ce jour, notre discussion du samyama, commencée avec les leçons 149 et 150, s'est concentrée sur l'application de ses principes essentiels dans nos pratiques assises journalières afin d'avoir une large purification et ouverture dans notre système nerveux permettant d'avancer dans notre progression vers l'illumination. L'incorporation du samyama dans notre routine journalière de pratiques assises juste après la méditation profonde et la sélection de sutras que nous utilisons sont conçues pour couvrir un large territoire à la fois en nous et autour de nous. Nous pouvons dire que cette approche est qualitative, voulant dire par là qu'elle a pour but d'enrichir notre qualité de vie de la façon la plus large possible. Cette approche ouvre la porte à l'amélioration de notre expérience dans la vie quotidienne, souvent d'une façon que nous n'aurions jamais soupçonnée. En éveillant régulièrement les qualités du Divin en nous, toute notre vie est exaltée à mesure que nous devenons un canal pour son expression.

Une fois mises en place la méditation profonde journalière et la pratique du samyama de base, le tout bien stabilisé dans l'ensemble de notre routine de pratiques depuis quelque temps, nous pouvons envisager d'autres applications du samyama. Bien sûr, il est naturel d'en vouloir davantage, en construisant sur la routine de pratique que nous avons mise en place avec prudence. Heureusement, nous pouvons le faire de manière à ne pas surcharger l'emploi du temps de notre vie déjà bien occupée. Nous cherchons un bon équilibre entre nos pratiques et notre vie de tous les jours. Nous avons besoin des deux pour garantir notre progrès spirituel.

Dans cette leçon et les suivantes, nous explorerons des applications élargies du samyama apportant des bénéfices pratiques accrus à notre vie quotidienne et à ceux que nous servons, sans pour autant augmenter vraiment le temps que nous consacrons chaque jour à nos pratiques.

Les applications du samyama que nous allons discuter sont nettement plus quantitatives, conçues pour augmenter le flot de la pure conscience de félicité à travers nous sur le plan physique. Aucune de ces applications n'est censée remplacer la pratique de base du samyama, telle qu'expliquée dans la leçon 150 et les leçons suivantes. Elles sont, en fait, des développements logiques de la pratique apportant de nombreux bénéfices additionnels.

Tôt ou tard, nous arriverons naturellement dans les domaines que nous allons maintenant décrire. Peut-être, y êtes-vous déjà. Tout le yoga filtrera à travers nous à mesure que nous continuerons d'avancer sur la route de notre pratique journalière.

LE SAMYAMA COSMIQUE ET LE YOGA NIDRA

Il a été dit que le cosmos tout entier était contenu en chacun d'entre nous. Peut-être est-ce le sens de la phrase, « l'humanité est créée à l'image de Dieu ».

Indépendamment de ce qui a pu être postulé par les mystiques, les théologiens et les philosophes, c'est un fait que presque tout le monde à un moment ou à un autre de sa vie s'est senti en harmonie avec la création tout entière. A mesure que nous pratiquons la méditation profonde, la respiration spinale, le pranayama, le samyama et les autres pratiques de yoga, cette sensation d'unité augmente graduellement, devenant avec le temps une expérience permanente.

Quelque part sur la route, nous pouvons demander: « Est-il possible d'accélérer la montée de cette sensation d'unité? »

Si nous continuons nos pratiques, cela va très certainement continuer de grandir, car en fait c'est nous-mêmes que nous découvrons. Quoi que Cela puisse être, c'est par l'expérience directe que nous le connaîtrons. Tout ce qui est dit n'est pas parole d'évangile. L'expérience directe sera la pierre de touche. Avançons donc à partir de là.

Il existe une procédure additionnelle au samyama que nous pouvons utiliser pour améliorer notre épanouissement de deux façons.

Premièrement, en aidant à la perception de nos dimensions cosmiques. Cela revient à appliquer le samayama d'une façon quantitative, voulant dire par là que nous prenons en compte et intégrons les frontières les plus lointaines de nos dimensions physiques avec la pratique du samyama.

Deuxièmement, en améliorant notre expérience du yoga nidra, c'est-à-dire du sommeil yogique. En fait, le yoga nidra ne concerne pas essentiellement le sommeil. Il a d'abord pour but de stabiliser notre silence intérieur, le témoin, qui coexiste avec nos autres états de conscience, l'état de veille, de sommeil avec rêve et de sommeil profond sans rêves. Quand nous sommes réveillés, nous nommons le silence intérieur, le témoin, entre autres dénominations. Dans le sommeil, le silence intérieur est aussi appelé yoga nidra, ou sommeil yogique. C'est la même chose.

Le silence intérieur est aussi appelé turiya, ce qui signifie le quatrième état, qui peut être présent pendant n'importe lequel des trois autres états, veille, sommeil avec rêves ou sommeil profond. Plus nous avançons sur le chemin du yoga, plus le silence intérieur sera présent tout le temps, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept (24/7).

La nouvelle procédure de samyama que nous introduisons maintenant a quelques ressemblances avec les méthodes de méditations guidées utilisées pour promouvoir le yoga nidra. Certains pourront dire « Oh, c'est une pratique de yoga nidra. En définitive, AYP propose une pratique de yoga nidra! »

Mais, ce n'est pas vraiment le cas, car ce n'est pas une pratique de méditation guidée de l'extérieur. C'est une pratique que l'on dirige soi-même et qui peut être faite n'importe où sans aucune assistance extérieure, qu'il s'agisse d'enregistrements ou d'autres supports. Vous avez seulement besoin de votre système nerveux. La pratique implique l'usage systématique du samyama ce qui représente une autre différence de taille avec la multitude de méditations guidées de l'extérieur que l'on peut trouver ici et là.

Nous l'appelons le samyama cosmique. C'est une forme avancée de yoga nidra.

Le samyama cosmique développe notre sensation de présence physique à l'intérieur et au-delà de notre corps. En cultivant l'effet du yoga nidra, la tranquillité, notre conscience s'étend jusqu'à transcender le plan physique. A mesure que notre approche s'étend jusqu'au cosmos, nous devenons toujours davantage des consciences infinies, non enchaînées par les dimensions physiques. Quand nous étendons notre conscience pour englober tout ce qui est physique, le physique s'évapore dans l'immensité de notre espace intérieur. C'est un de ces paradoxes que nous trouvons dans le yoga. Le paradoxe est résolu par l'expérience directe, c'est donc le moment de s'y mettre.

Tout d'abord, il est recommandé de ne pas entreprendre le samyama cosmique tant que notre pratique régulière du samyama dans les pratiques assises (voir la leçon 150) n'est pas bien établie et stable depuis au moins plusieurs mois, de préférence plus longtemps. Chaque nouvelle pratique que nous ajoutons apporte de nouvelles strates de purification et d'ouverture dans notre système nerveux. C'est une bonne chose. Mais si nous ne stabilisons pas chaque pratique avant d'attaquer la suivante, il peut y avoir un flot d'énergie excessive, de l'inconfort et la nécessité de stopper, pour un temps, tout ou partie de nos pratiques. Il est évident que cela ne favorise pas nos progrès. La meilleure façon de faire en prenant une nouvelle pratique est d'user de modération. Gardez à l'esprit que tous les effets de chaque nouvelle pratique sous forme de purification et d'ouverture prendront des mois voire des années à se réaliser. S'il vous plait, avancez avec prudence et rappelez-vous toujours de bien gérer vos pratiques. Plus nous avançons, plus une gestion prudente (self-pacing) devient importante.

Le samyama cosmique est une pratique à faire couché sur le dos, détendu avec les yeux fermés. La position est similaire à savasana, la posture du cadavre, utilisée à la fin de notre routine d'asanas, excepté que nous élevons notre tête avec un ou deux oreillers et posons nos mains, à l'aise, sur le plexus solaire, la zone entre le nombril et le bas de la cage thoracique. Les jambes reposent à plat et détendues. Si on le souhaite, on peut pratiquer sur son lit. Si nous nous trouvons à un endroit où nous ne pouvons pas nous étendre, nous appuyons simplement notre dos quelque soit l'endroit où nous sommes assis. L'essentiel est d'être confortable.

Le samyama cosmique peut se pratiquer à la fin de nos pratiques assises en utilisant une série prédéterminée de sutras. Il constitue alors la première partie de notre période de repos, une fois terminées toutes nos pratiques assises. Nous avons également l'option de pratiquer juste avant d'aller dormir.

La pratique est similaire à notre routine régulière du samyama, avec un élément additionnel, la location physique de notre attention avec les sutras. Nous utilisons une suite déterminée de sutras pour le samyama cosmique et nous les utilisons de la même façon chaque fois que nous pratiquons. Nous les utilisons une fois, avec une seule répétition de chaque sutra. Quand nous prenons un sutra nous laissons notre attention se porter naturellement sur l'emplacement qui lui est associé. Ensuite, nous lâchons le sutra pendant l'intervalle habituel de 15 secondes, nous le faisons à partir de l'emplacement où est localisé le sutra, permettant ainsi à notre attention de quitter cet endroit. Le résultat sera une expansion de notre conscience à partir de cet emplacement.

Par exemple, le premier sutra que nous utilisons avec le samyama cosmique est les pieds. Quand nous sommes couchés à la fin de nos pratiques assises, nous nous relaxons une minute ou deux, puis nous prenons le premier sutra, les pieds. En même temps, nous portons notre attention sur l'emplacement de nos pieds. Dès que nous avons pris le sutra à son emplacement, nous le laissons aller. De même qu'avec le samyama dans les pratiques assises, prendre le sutra (avec son emplacement dans cette dernière pratique) est faible et flou. Nous le laissons aller à l'emplacement de notre conscience, aux pieds. A partir de là, c'est l'affaire de notre silence intérieur. Nous pouvons sentir quelque expansion se produire dans la zone de nos pieds. Ou peut-être rien du tout. Quoi qu'il arrive, notre silence intérieur en prendra soin. Une fois quinze secondes passées, nous passons au sutra suivant et ainsi de suite, répétant chaque sutra à l'endroit désigné pour ensuite le laisser aller.

Avec le samyama cosmique, nous avons 16 sutras. Une fois la série terminée, ce qui prend environ cinq minutes, nous nous reposons au minimum cinq autres minutes, avant de nous lever, pour permettre aux effets du samyama de se stabiliser. Si, quelque temps après la fin des pratiques, nous ressentons de l'irritabilité, c'est un signe possible de ne pas avoir pris suffisamment de repos avant de nous lever.

Nous allons maintenant donner la liste des sutras en indiquant l'emplacement correspondant quand c'est possible. Pour ceux dont la langue maternelle n'est pas l'anglais, ces sutras peuvent être traduits si on le désire pour être reconnus plus facilement. Les sutras sont les suivants:

  • Les pieds (Feet) - les deux pieds
  • Les genoux (Knees) - les deux genoux
  • La racine (Root) - le périnée/l'anus
  • Le sexe (Sex) - le centre de la région pelvienne
  • Le nombril (Navel) - le nombril/ la région du plexus solaire
  • Le cœur (Heart) - Le centre de la poitrine derrière le sternum
  • La gorge (Throat) - le creux de la gorge
  • L'œil (Eye) - le centre du front, s'étendant vers l'arrière jusqu'au centre de la tête et vers le bas dans le tronc cérébral
  • La couronne (Crown) - un point à la largeur d'une main (les cinq doigts) au-dessus du sommet de la tête
  • La terre (Earth)
  • La lune (Moon)
  • Le soleil (Sun)
  • Le système solaire (Solar System)
  • La galaxie (Galaxy)
  • Le cosmos (Cosmos)
  • La conscience sans limites (Unbounded Awareness)

Quand nous utilisons ces sutras, nous ne répétons pas mentalement la description de l'emplacement, seulement le sutra proprement dit. En prenant les mots les pieds, nous ne pensons pas « les deux pieds ». Nous laissons simplement notre attention embrasser les deux pieds et ensuite nous lâchons prise à la fois du sutra et de l'attention portée à l'emplacement physique. Tout cela très vague et flou. De même en prenant les genoux nous ne pensons pas « les deux genoux ». Nous prenons le mantra à l'emplacement des deux genoux et le laissons partir. Et ainsi de suite...

Vous avez certainement remarqué qu'à partir de la terre la localisation des sutras n'est plus mentionnée. Où est la terre? S'agit-il de la terre où nous sommes, grouillante de vie, ou de la magnifique boule bleue vue à distance dans le vide immense de l'espace à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de nous. Elle est tout cela et c'est bien la raison pour laquelle nous ne donnons pas d'emplacement. La terre est la terre et nous utilisons seulement le sutra. Le mot contient tout ce que la terre représente, y compris son emplacement. Il en va de même pour la lune, le soleil, le système solaire, la galaxie et le cosmos. Où sont-ils tous? Ils sont en nous et autour de nous dans l'immensité de l'espace infini intérieur et extérieur. Nous utilisons donc seulement les mots des sutras. Tout au fond, dans le silence intérieur, nous les connaissons intimement.

Où se trouve la conscience sans limites? Il en va de même qu'avec le cosmos, n'est-ce pas? Partout, en nous et autour de nous. Nous prenons donc les sutras de l'espace intérieur/extérieur pour ce qu'ils sont, nous utilisons notre technique habituelle du samyama et nous aurons le résultat.

Alors qu'il faut des millions d'années à la lumière pour traverser l'univers physique, nous pouvons instantanément, par la simple technique du samyama cosmique, inclure et manifester toute chose depuis notre conscience de pure félicité. Notre mental dissous dans la tranquillité peut voyager infiniment plus vite que la vitesse de la lumière. Avec le temps, cela conduira à une redéfinition des lois de la physique telles que nous les comprenons maintenant. Mais ceci est une autre histoire.

Rappelez-vous que le samyama cosmique sert à rendre conscientes nos dimensions physiques internes et externes. L'intérieur et l'extérieur sont identiques. Bien que nous soyons infinis à la fois à l'intérieur et à l'extérieur, il n'y a ni distance ni temps. Notre conscience contient la totalité de l'espace et du temps. Au niveau de notre pratique du samyama, le maintenant de la pure conscience de félicité est toute chose et toute chose découle de Cela.

En utilisant les sutras du samyama cosmique, notre conscience s'étend jusqu'à l'infini, à la fois en nous et en dehors de nous. Notre merveilleuse Terre n'est qu'une poussière dans notre système solaire. Notre soleil est un parmi les milliards de notre galaxie. Et notre galaxie est infiniment petite comparée au vaste cosmos. Et pourtant, tout cela est contenu en nous, dans notre conscience sans limites. Le cosmos est nous et nous sommes le cosmos.

En nous engageant dans le samyma cosmique, nous dissolvons le paradoxe yogique en découvrant que le cosmos tout entier et tout ce qui est de toute éternité sont contenus à l'intérieur de cette minuscule forme humaine, de cet être humain. Nous en venons à savoir que notre conscience est synonyme du cosmos. Le samyama cosmique sert à progresser vers l'expérience directe de Cela.

Un effet notable de cette fusion cosmique de l'intérieur et de l'extérieur est la stabilisation de la conscience sans limites. A un point tel que nous pouvons nous absorber dans cette conscience pendant la pratique et en être également conscients en dehors des pratiques dans notre vie quotidienne. C'est normal. C'est la qualité du yoga nidra. Une fois sortis de notre samyama cosmique et notre période de repos terminée, le silence profond et le sens d'universalité cosmique obtenus se poursuivront dans notre activité journalière et influenceront nos actions. Il est important de poursuivre une activité normale pour stabiliser l'expérience. Le samyama cosmique et le yoga nidra ne sont pas une évasion hors de ce monde. Au contraire, grâce au samyama cosmique et à l'effet du yoga nidra, l'infini est amené dans ce monde à travers nous et dans toutes nos actions. Notre vie devient un débordement continuel d'amour divin, que nous appelons également la « tranquillité en action ».

Si nous nous surprenons à vagabonder pendant notre pratique du samyama cosmique, nous reprenons sans effort là où nous en étions restés. Si nous errons, cela peut se produire dans un état de conscience sans limites. Nous pouvons avoir la sensation d'être endormis, mais, en même temps, pleinement éveillés. C'est le yoga nidra, le sommeil yogique. C'est une expérience courante avec le samyama cosmique. Après tout, nous sommes la conscience infinie de pure félicité derrière tout cela. Si nous avons vagabondé et que le temps s'est écoulé quand nous réalisons que nous n'avons pas terminé nos sutras, il est correct de s'arrêter, de prendre un peu de repos et ensuite de nous lever. Ou bien, si nous avons encore du temps devant nous, nous pouvons aller jusqu'à la fin des sutras peu importe le temps que cela prendra.

Il est aussi courant de rester absorbés quelque temps dans le yoga nidra pendant la période de repos qui suit notre pratique du samyama cosmique. Si nous nous assoupissons dans le yoga nidra après notre pratique du matin ou de l'après-midi, nous nous relèverons en ayant l'impression d'être frais et dispos. Si nous avons pratiqué au coucher, ce peut être un bon moyen de s'endormir. Nous pouvons nous observer dormant paisiblement toute la nuit. C'est une bonne chose. Cependant, il n'est pas recommandé d'utiliser le samyama cosmique en combinaison avec les soi-disant pratiques de rêves lucides. Cela peut conduire à des déséquilibres dans notre système nerveux conduisant à un manque de sommeil, préjudiciable à notre santé et à notre bien-être. Si les insomnies sont provoquées par le samyama cosmique il faut réguler notre pratique, par exemple en le pratiquant seulement après les pratiques assises et non pas le soir avant d'aller dormir jusqu'à ce que nous puissions le faire sans perturber notre sommeil. Nous avons besoin de notre sommeil!

Le samyama cosmique permet une amélioration graduelle des fondements du silence intérieur pendant nos activités quotidiennes et un beaucoup plus grand sens d'unité dans tout ce que nous entreprenons. C'est également un bon coup de fouet pour nos autres pratiques de yoga y compris notre pratique assise du samyama de base.

Si, en raison de notre samyama cosmique nous ressentons des courants énergétiques excessifs, nous rééquilibrons notre pratique comme nous avons l'habitude de le faire avec toutes nos autres pratiques. Du fait que nous utilisons une seule répétition de chaque sutra et de son emplacement, rééquilibrer le samyama cosmique consistera à diminuer le nombre de sessions par jour. Si nous utilisons le samyama cosmique après chacune de nos pratiques assises et à nouveau à l'heure du coucher et que nous constatons trop de purification durant la journée (habituellement sous forme d'irritabilité) ou la nuit (sous forme d'insomnie), nous pouvons réduire le nombre de nos sessions pendant quelque temps jusqu'à ce que tout se stabilise.

Nous pouvons aussi constater que le samyama cosmique procure un équilibre additionnel, réduisant les déséquilibres énergétiques dans le corps dûs à des excès dans d'autres pratiques de yoga. Le samyama cosmique dilate et équilibre le flux de nos énergies entre leurs manifestations intérieures et extérieures, réduisant la congestion qui peut se produire dans le système nerveux. Cet effet équilibrant est délicat et dépend largement du degré de purification que nous avons obtenu précédemment à la couronne avec nos autres pratiques. C'est bien la raison pour laquelle il est préférable d'avoir une routine stable de pratiques assises bien établie avant de commencer le samyama cosmique. A partir de là, nous pouvons poursuivre avec notre ouverture élargie, allant loin à l'intérieur et au-delà du corps physique. Alors nous pourrons découvrir que le samyama cosmique est un facteur d'équilibre pour tout ce qui se passe en nous.

Les sutras que nous utilisons dans le samyama cosmique sont des points universels de conscience qui dévoilent nos dimensions infinies, à l'intérieur et à l'extérieur de notre corps. A mesure que nous avançons, nous découvrirons que ce sont deux aspects de la même réalité, se manifestant à partir de la même mer infinie de notre conscience silencieuse sans limites, telles des vagues sur le grand océan. Nous sommes cet océan.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers