Leçon 391 - Changements dans la bhakti en passant de la dualité à la non-dualité
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 22 mars 2010

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Qu'arrive-t-il à la bhakti dans l'illumination? Comment peut-on être un chercheur ou un dévot dans la non-dualité? L'illumination est-elle la fin de la bhakti, comme elle est la fin de la recherche? Je pose la question car, après un certain nombre d'années de pratique, j'ai l'impression d'être de moins en moins celui qui agit, et je me demande ce que peut signifier la disparition de cette sensation d'être celui qui fait et qui cherche, quant aux choix qui se font encore dans l'expérience journalière. Si je ne suis pas celui qui fait ces choix, tout en aidant de plus en plus les autres dans ce processus, qui est-ce?

R: Le désir spirituel est la manifestation de la force de l'attraction divine, qui inévitablement nous attire vers le Un, que nous appelons illumination. On l'a également appelé le pouvoir de l'amour universel.

La bhakti, ou le désir durable de quelque chose de plus, est l'émotion sous-jacente à tout ce que nous faisons, que son expression semble ou non être divine. A mesure que notre désir s'intensifie et se concentre de plus en plus sur notre idéal choisi, une fusion se produit. Le principe de la méditation entre en jeu, là où nous devenons notre idéal et le transcendons dans la pure conscience de félicité. Alors les deux sont devenus un, dans la tranquillité, dans une condition non duelle, temporairement au début, et, plus tard, comme une expérience de tous les jours.

Que deviennent alors nos désirs? Tout d'abord, ils gravitent vers une expression plus large de l'Unité dans notre environnement, ce qui veut dire une tendance naturelle à faire pour les autres comme nous ferions pour nous-mêmes. C'est le flot de l'effusion de l'amour divin. Dans cette situation, les désirs ne disparaissent pas, non plus que leur aspiration au divin, que nous avons appelée bhakti. De même que notre perspective s'élargit, notre bhakti élargit également son champ d'action, s'étendant d'elle-même sans qu'il soit vraiment nécessaire d'en avoir l'intention. Paradoxalement, l'effusion de l'amour divin, l'expérience la plus personnelle que nous puissions avoir, est entièrement impersonnelle. Cette effusion est à elle-même son propre mouvement et son propre accomplissement. Elle n'a besoin de rien en retour. Elle s'écoule simplement, et nous suivons le courant avec elle dans la tranquillité. C'est "la tranquillité en action".

Qui fait tout cela? Qui pompe notre sang en ce moment et prend soin des innombrables tâches qui se font dans la nature, en nous et autour de nous? Qui fait fleurir la fleur? C'est le mécanisme de la vie qui fonctionne avec une intelligence infinie. C'est la nature de la vie. Elle n'a pas besoin de notre direction personnelle. A mesure que nous devenons le silence intérieur immuable et que nous nous abandonnons à cela, à notre réalité sous-jacente, tout va continuer à fonctionner comme auparavant, mais avec une bien plus grande pureté d'intention, et nous allons accompagner le mouvement en étant conscients de n'être séparés de rien ni de personne. Il y aura également plus d'efficacité dans la vie. L'amour divin n'est pas faible. Ce qui doit être fait sera fait.

La transition du désir est très naturelle. La bhakti est un jeu dans la dualité, et la non-dualité se contente d'être. Quand nous allons d'une perception duelle à une perception non duelle, la bhakti ne prend pas fin. Elle passe seulement d'une recherche personnelle à une attention profonde (amour) mise au service de tous. C'est une expansion. C'est une évolution. La bhakti est toujours présente quand nous rendons service, quand spontanément nous allons vers l'Unité de tout ce qui est. Le miracle du flot divin est ordinaire et ne fait pas parler de lui, sans aucune affirmation du mental, comme dans l'exemple du moine zen qui coupe le bois et charrie l'eau. Nous faisons simplement ce qui doit être fait dans une joie intérieure sans fin, qui est notre nature essentielle.

De bonnes choses arrivent.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers