Leçon 347 - Le rôle du service
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 26 juin 2009

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

On a dit que la voie du service était une voie royale vers l'illumination. Et même si ce n'était pas le cas, cela fait beaucoup de bien au monde, aider ceux qui sont dans le besoin en vaudra toujours la peine. Mais le service seul est-il vraiment une route vers l'illumination? Quel rôle joue-t-il dans l'accomplissement de nos aspirations spirituelles ultimes?

Des personnes célèbres, après une vie entière consacrée au service des autres, engagées dans une action juste, se sont demandé si cela les rendaient plus proches de Dieu ou de la Vérité dans un sens absolu. Pourtant, elles ont servi jusqu'au bout.

Pourquoi?

Probablement parce que le service véritable ne concerne jamais ce que nous pouvons en espérer, même si nous en espérons quelque chose comme un progrès spirituel. Nous rendons service car nous en ressentons intérieurement le besoin. Il en va un peu comme de la poule et de l'œuf. Qui vient en premier, le progrès spirituel, le service? Cela fonctionne dans les deux sens.

Une chose est sûre. Rendre service aux autres avec sincérité vient de l'intérieur et ne peut pas se commander de l'extérieur, en tout cas pas entièrement. C'est la différence entre rendre service et être esclave. Dans le premier cas, nous choisissons librement, le second nous est imposé, peut-être même par notre propre tyrannie mentale. Ironiquement, le danger à vivre selon des règles de conduite rigides est que cela peut être spirituellement contreproductif. Il est clair qu'il vaut mieux choisir librement. Le cœur ne peut pas s'ouvrir si on le tient serré, le seul moyen est de laisser aller. Alors, nous pouvons voir que ce dont les autres ont besoin est tout aussi important pour nous que nos propres besoins et nous avons envie de rendre service. C'est la Règle d'Or: "faites aux autres comme vous voudriez qu'ils fassent pour vous", c'est l'essence de l'action juste.

Sur notre chemin spirituel, l'action juste est-elle cause ou effet? La question se pose: qu'est-ce qui nous amène à un moment donné de notre vie à choisir librement de faire moins de mal et de servir les autres davantage que ce n'était le cas jusqu'alors? Est-ce notre bhakti qui grandit? D'autres qui nous encouragent par leur propre exemple? Notre méditation profonde et le silence intérieur qui en résulte?

C'est tout cela.

Une fois que nous avons choisi d'en faire plus pour les autres, cela peut devenir une habitude, qui au début ne sera pas forcément idéale, car nous aurons des retours, des encouragements. Nous serons complimentés pour notre dévouement. Nous serons admirés et vénérés. On peut même nous donner de l'argent pour nous permettre de servir sur une échelle toujours plus grande. Nous pouvons être tentés de continuer pour ces seules raisons. Que devient alors notre bhakti, l'idéal que nous avions choisi et la relation de notre activité avec la méditation profonde et les autres pratiques de yoga? Pour ceux qui ont fait du service leur profession, cela peut devenir un peu embrouillé.

Cela veut-il dire que nous ne devons pas rendre service? Non, pas du tout. Mais nous serons sages de servir à proportion de notre appel intérieur, particulièrement pour ce qui concerne notre bhakti et nos pratiques spirituelles.

Pour ceux qui veulent changer le monde, le conseil est simple: défendez ce en quoi vous croyez, tout en cultivant chaque jour le silence intérieur dans la méditation profonde. Pensez à la vie et aux œuvres de grands êtres comme Gandhi, Martin Luther King et Mère Térésa de Calcutta. Que ce soit la tranquillité qui vous pousse à l'action et non l'avidité ou la peur.

Servir n'est pas seulement faire de grandes choses qui puissent attirer l'attention du monde. Peu sont appelés à de tels accomplissements. Servir concerne en fait ce que nous faisons maintenant, nos relations actuelles et les opportunités ordinaires que nous avons d'aider et d'avancer d'un pas pour aider quelqu'un, n'importe qui. Nous avons la chance d'avoir des responsabilités et de connaître des personnes qui sont dans le besoin ici et maintenant. Etre capables de dire "Oui" à cela est un pas sur notre chemin spirituel, tout en continuant à maintenir un équilibre et une bonne gestion entre notre bhakti, nos pratiques et nos activités journalières habituelles. En nous ouvrant nous-mêmes ici et maintenant, c'est le monde entier que nous ouvrons.

Vivre une vie de famille peut nous attirer plus profondément dans les pratiques et le service, conduisant à beaucoup de bonheur et d'accomplissement. Sur le chemin spirituel, le plus grand défi de la vie de famille est d'arriver à s'occuper de chacun en conservant du temps pour les pratiques. Cela demande un engagement fort, beaucoup de bhakti. Il y a bien des récompenses si l'on maintient l'équilibre. Reportez-vous à la leçon 209 pour des conseils permettant de concilier pratiques journalières et vie occupée.

Certains préfèreront se focaliser uniquement sur leur vie spirituelle en évitant les responsabilités externes. Ce n'est pas non plus si simple. Sans un engagement adéquat dans le monde, les renonçants peuvent se replier sur eux-mêmes, devenir étroits d'esprit avec peu de considération pour les autres et rester bloqués dans leurs progrès spirituels même en faisant beaucoup de pratiques de yoga.

Servir son "prochain" est nécessaire si l'on veut que le cœur et le progrès spirituel continuent à grandir. Le prochain peut être notre voisin qui a besoin d'aide, notre femme et nos enfants, notre communauté ou toute l'humanité. Un lien qui nous connecte aux autres par le service est important, peu importe qui nous sommes. C'est une part essentielle du chemin de chacun, particulièrement dans les dernières étapes de l'ouverture spirituelle quand il s'agit de favoriser le courant divin dans la vie de tous les jours, amenant la réalité intérieure dans la manifestation extérieure.

Si notre chemin est dans le mariage et la vie de famille, c'est très bien. Que nous soyons mariés ou non, nous irons sans doute vers un rôle dans la vie qui nous permettra d'avoir des responsabilités pour aider d'autres que nous. En aidant les autres, c'est nous que nous aidons. C'est la plus ancienne sagesse des écritures. Cela viendra naturellement quand la tranquillité commencera à émaner de nous en vagues d'amour et de félicité extatique.

Le service véritable est fonction du silence intérieur immuable, le témoin, et ne dépend pas des circonstances extérieures ou des sirènes de la gloire ou des récompenses matérielles, qu'elles viennent ou non. Le silence intérieur est la première condition d'un service qui soit favorable à notre propre développement spirituel de même qu'à ceux à qui nous pouvons être utiles. En ce sens, la bhakti qui nous appelle d'abord à la méditation est plus essentielle à notre progrès spirituel que la bhakti qui nous appelle à rendre service. Si la méditation vient en premier, alors nous serons attirés sûrement vers un service qui, au lieu d'attacher, ira dans le sens de l'évolution.

Même si nous nous occupons de ceux qui en ont besoin, l'importance réelle de notre service pour eux et pour nous-mêmes est dans l'amour qui imprègne notre relation grâce à notre silence intérieur. Si le silence intérieur vibre, le cœur fond et c'est bien la dynamique essentielle du service. Une fois ce processus enclenché, c'est le service lui-même qui va faire fondre et augmenter le flot de l'amour divin qui vient de l'intérieur. Avant que le silence intérieur ne s'établisse, il peut y avoir des doutes et l'on peut se forcer à servir. Nous le saurons quand nous le sentirons et nous devrons gérer notre service, si nécessaire, comme toutes les autres pratiques de yoga.

Il y bien des façons de rendre service. Cela commence à la maison peu importe où elle se trouve et avec la personne avec laquelle nous sommes en relation tous les jours, peu importe qui elle est. Quand nous sommes prêts, servir par de petits actes apporte de grandes ouvertures.

Si nous avons faim de croissance intérieure (si nous cultivons notre bhakti) et faisons notre méditation profonde journalière, nous serons amenés naturellement à rendre service. Inutile d'en faire toute une histoire. Nous pouvons commencer par faire un peu plus de tâches ménagères qui peut-être ne nous faisaient pas très envie auparavant. Nous pouvons faire face avec plus de gentillesse à notre propre négativité et à celle de ceux qui nous entourent. Nous pouvons pardonner ce qui est le service le plus grand à rendre aux autres et à nous-mêmes. Un cœur qui pardonne sans relâche aux maux de ce monde, proches et lointains, est un cœur qui sert en permanence.

Les saints et les sages ont autant de joie à de petits actes de service qu'à des grands. Pour celui qui devient la tranquillité en action, il n'y a plus aucune différence.

La transformation ne se fait pas en un jour. En continuant notre chemin, aspirant à une connexion plus étroite avec le divin et nous engageant dans la méditation profonde et les autres pratiques spirituelles, nous voyons monter peu à peu notre empathie pour ceux qui nous entourent. Un peu plus chaque mois, un peu plus chaque année, nous serons capables de nous pardonner et de pardonner aux autres et nos actions s'élèveront graduellement pour devenir un flot naturel. A mesure que cela arrive, nous nous préoccuperons moins de savoir si nos actions positives ont ou non les conséquences attendues. Ce que l'on appelle les fruits de l'action auront de moins en moins d'importance.

En même temps, nous remarquerons avec beaucoup plus d'acuité tous les effets négatifs de nos actions et nous aurons envie de faire le nécessaire pour en réduire les conséquences négatives pour nous et les autres. Nos actions seront de plus en plus intuitives et se conformeront spontanément à la morale. Nous sentirons les conséquences de nos actions avant même de nous y engager et nous agirons en conséquence en vue du résultat le plus positif, sans pour autant nous attacher au résultat. Comme une grande pianiste de concert qui, tout en jouant, entend toutes les notes de la première à la dernière, de même toutes nos actions portées par le flot divin obtiendront naturellement les résultats les meilleurs.

S'il est vrai qu'en définitive le karma yoga est l'action sans attachement aux fruits de l'action, le karma yoga est aussi l'action qui donne le résultat le plus conforme au sens de l'évolution. C'est un processus naturel qui naît de la tranquillité. Avec le temps, il devient automatique.

Ce genre de service commence dans notre vie ordinaire. S'il va plus loin, en influençant beaucoup d'autres, ce sera selon nos propres inclinations. Ce que nous pouvons faire à la maison, nous pouvons le faire partout. Si nous construisons une grande réputation en rendant service très ostensiblement sans agir de même à la maison, notre chemin sera imparfait. On dit que la véritable profondeur spirituelle d'un sage se reconnaît non par sa vie publique mais par sa vie privée.

Le karma influence également le champ de nos actions. Chacun de nous a des tendances particulières et nous pouvons en tirer le meilleur. Il n'y a pas vraiment de "bon" ou de "mauvais" karma. Le karma se manifeste aujourd'hui dans nos inclinations dont la finalité va s'élever à mesure que nous avançons sur notre chemin spirituel et va s'exprimer dans les actions spécifiques que nous faisons pour manifester ces inclinations dans le présent.

Autrement dit notre condition spirituelle actuelle détermine la façon dont notre karma va se manifester. Si nous avons une tendance karmique à être passionné et impatient dans nos actions, cette tendance pourra s'exprimer comme une passion et une impatience d'accélérer le rythme de notre propre progrès et de celui de ceux qui nous entourent. Bien sûr, à certains moments nous en ferons trop et c'est bien la raison pour laquelle nous conseillons une gestion prudente des pratiques (self-pacing). L'énergie karmique qui autrement aurait pu créer des frictions désagréables dans la vie, va servir à faire avancer le progrès spirituel pour autant que les éléments de la bhakti et les pratiques spirituelles figurent dans le tableau. Dans bien des cas, des expériences négatives ont donné à des personnes l'inspiration pour de grandes réalisations positives.

Le karma est de l'énergie qui, comme l'énergie émotionnelle, peut être dirigée par le pratiquant de façon automatique pour qu'elle se manifeste sur le plan le plus élevé. Ce faisant, les conséquences des actions s'élèvent. C'est la technique essentielle de la bhakti, transformer toutes nos énergies pour les mettre au service de l'idéal que nous avons choisi.

Cela arrivera dans notre vie quotidienne, notre travail, notre famille et nos relations avec tous ceux que nous rencontrons. Cela peut être aussi simple que d'être là pour une personne qui en a besoin ou aussi complexe que d'organiser et de gérer un programme d'aide massif à un niveau institutionnel. Quel que soit l'appel et quel que soit notre choix dans ce contexte, le silence intérieur élèvera les résultats d'une manière qui dépasse de loin la compréhension humaine. Ainsi, dans les stades avancés du karma yoga, nous devenons de purs canaux du divin.

Vu dans cette perspective, chaque événement que nous rencontrons dans la vie devient une ouverture à la pure conscience de félicité. Même quand nous pleurerons les tragédies qui inévitablement feront partie de la vie, nous saurons que les deuils et l'adversité peuvent nous conduire à de nouvelles opportunités d'amour divin et de réalisation spirituelle. La meilleure façon de faire honneur au passé est d'honorer pleinement le présent en nous souciant du bien-être de ceux qui sont avec nous aujourd'hui. C'est la bhakti et le karma yoga en action.

Dans la vie spirituelle, servir est à la fois cause et effet. Un effet de la montée du silence intérieur et une cause de la transformation de tout le karma pour qu'il influence le plus positivement possible l'évolution de l'humanité et de toute l'existence manifestée. C'est le seul but du karma et son accomplissement est dans notre propre accomplissement. Notre évolution est identique à celle du cosmos tout entier. En purifiant et en ouvrant notre système nerveux, nous sommes en accord avec cette évolution. Favoriser gentiment la tranquillité dans toutes nos actions ressemble beaucoup à la façon dont nous favorisons sans effort le mantra dans la technique simple de la méditation profonde.

A partir de là, tout ce que nous avons à faire est de nous engager dans notre activité quotidienne habituelle, en suivant le désir de notre cœur, en direction de l'idéal que nous avons choisi. La tranquillité prendra soin du reste.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers