Leçon 132 - Q&R - Qu'est-ce que le péché?
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Vendredi 5 mars 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Qu'est-ce que le péché? Est-ce une condition que nous n'avons aucune chance de surmonter sans l'intervention en notre faveur de quelqu'un qui a été ordonné? Sommes nous pécheurs ou sommes- nous divins? Je suis dans la confusion.

R: Jésus a dit "on récolte ce que l'on a semé". En Orient, la même chose est exprimée par un mot, le "karma", qui désigne l'action et ses conséquences, y compris les impressions latentes accumulées profondément en nous au cours de vies multiples.

Avec le yoga nous stimulons les capacités naturelles du système nerveux à dissoudre les nombreuses impressions latentes du karma stockées profondément en nous. Nous faisons l'expérience de ces impressions sous forme de limitations et de tendances de nos pensées, de nos sentiments et de nos actions. Ces impressions sont des obstructions qui nous empêchent de faire l'expérience de la vérité en nous. Lorsque nous les nettoyons, nous prenons connaissance de la vérité divine en nous et nous sommes libéré des influences de nos actions passées qui nous lient. Alors nous sommes enclins naturellement à nous conduire de manière à ne pas créer des obstructions qui nous limiteront dans le futur, à agir de plus en plus comme un canal d'amour divin. Donc le yoga a un impact direct sur ce processus entier de semer et récolter, et sur les impressions latentes du karma.

Rien de tout cela ne répond directement à vos questions sur le péché. Je voulais d'abord exposer les aspects pratiques du yoga. L'action, les résultats de l'action, et les moyens de dissoudre les résultats de l'action qui nous lient. C'est ainsi que le yoga agit.

Qu'est-ce que le péché? Si vous cherchez dans un dictionnaire, vous verrez qu'il se focalise sur les aspects négatifs du "on récolte ce que l'on sème" et du "karma".

Le péché est défini comme "une offense à l'encontre des lois religieuses et morales, une offense contre Dieu."

Semer et récolter est une chose, un processus de la nature. Cela arrive simplement selon que nous agissons ou non d'une manière qui aille dans le sens de la purification de notre système nerveux et de l'expression de l'amour divin. Nous récoltons ce que nous investissons. Si nous faisons des pratiques de yoga et si nous favorisons l'ouverture plutôt que la fermeture, nous bénéficions d'un avantage important dans le processus.

Le péché est légèrement à côté de ce processus naturel du "on récolte ce que l'on sème" et du karma. C'est une "offense".Une offense envers qui? L'idée de péché est colorée par le jugement humain. Si tu fais ceci et cela, tu commets un péché. Ce que tu fais est mal. Tu offenses Dieu. Qui en décide ainsi? La plupart du temps, c'est nous qui en décidons selon notre culpabilité et notre honte en ce qui concerne nos actions. Peut-être avons-nous été conditionné par les autres depuis notre enfance à ressentir cela à propos de nous- même. Dans notre état de conscience encore limité nous avons tendance à faire des actions qui nous lient, et dans notre conscience (la moralité divine en nous), nous en éprouvons du remords. Si nous ne nous jugeons pas nous-mêmes, d'autres s'en chargeront certainement pour nous. En agissant ainsi ils se placent dans une position intermédiaire entre nous et notre salut. Et nous y voilà, ainsi se trouve mise en place la structure psychologique qui permet à la plupart des religions organisées du monde d'exister.

Le concept de péché est une coloration humaine de la loi naturelle. Le péché est un détournement d'un processus naturel. Il provient de notre culpabilité et/ou du jugement de quelqu'un d'autre. Trop se complaire dans le concept de péché peut conduire à un sentiment d'impuissance et à une dépendance malsaine envers d'autres pour notre salut, alors que, en réalité, il n'y a qu'un seul endroit où nous pouvons trouver notre salut, c'est en nous-mêmes.

Attendre de quelqu'un d'autre, qu'il soit ordonné ou pas, qu'il nous délivre de nos péchés est la formule de l'échec. La vraie religion n'est pas une transaction d'affaires dans laquelle nous donnons ceci pour obtenir cela. Ca ne marche pas comme ça.

S'abandonner à un idéal élevé est quelque chose de différent. C'est une affaire privée qui se passe dans notre cœur, ce n'est pas un sujet d'examen ou de jugement pour quelqu'un d'autre. Tant que nous nous laissons aller à un idéal plus élevé dans notre cœur, notre bhakti aura un effet purificateur puissant, et nous tirera vers les pratiques spirituelles.

Si nous avons été conditionné à nous considérer comme des pécheurs, il serait sage de reconsidérer cela soigneusement. Parce que si nous ne croyons pas à notre propre divinité, ce sera difficile de trouver le désir nécessaire de faire le voyage qui nous ramène dans notre demeure. Se considérer comme pécheur c'est se mettre une étiquette, tandis que se considérer comme un être divin est une condition humaine démontrable que nous pouvons affirmer comme nôtre.

Les saints et les sauveurs, pendant des milliers d'années, ont démontré, encore et encore, la capacité que nous avons tous de nous transformer spirituellement.

S'asseoir pour méditer pour la première fois peut réduire à néant l'emprise illusoire du péché. Cela ne nous libèrera pas complètement de toutes les obstructions qui sont en nous dès le premier jour, mais c'est le début d'un chemin que nous pouvons suivre et qui nous révélera une lumière divine grandissante au fur et à mesure que nous nous purifierons et que nous ouvrirons davantage notre système nerveux chaque jour.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers