Leçon 131 - Q&R - Coordonner sambhavi et la respiration de la colonne
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 2 mars 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Je rencontre un problème pour faire sambhavi et la respiration de la colonne vertébrale simultanément. Je crois que lorsque je me concentre sur la respiration de la colonne vertébrale, mes yeux ne restent pas fixés entre les sourcils. Mes yeux vont là où mon attention se porte. Si je fais sambhavi à part, je n'ai aucun problème. Mais lorsque je commence la respiration de la colonne vertébrale, du fait que mon attention se porte sur elle, mes yeux ont tendance à suivre le déplacement dans la colonne vertébrale. Est- ce que je peux visualiser l'image de la colonne vertébrale entre les sourcils pour résoudre ce problème? Si je me concentre sur la sushumna dans le corps, mes yeux ne veulent pas rester fixés entre les sourcils. Avez-vous un moyen à proposer pour synchroniser ces deux pratiques?

R: C'est une bonne question, et elle est importante. Je pense que nombreux sont ceux qui se trouvent plus ou moins confrontés au même défi. La coordination entre sambhavi et la respiration de la colonne vertébrale est quelque chose qui évolue avec le temps. Il s'agit de former une habitude au départ, et par la suite cela devient très facile en raison du développement des expériences sensorielles internes qui installent de manière naturelle les yeux physiques et l'attention dans leur fonctionnement optimal pour que l'extase puisse s'accroître.

Toute notre vie, notre attention est passée par nos yeux physiques. Pour pouvoir étendre nos horizons à notre vie spirituelle intérieure, il est nécessaire que nous développions une qualité supplémentaire qui consiste à placer nos yeux en un endroit et à faire aller l'attention à d'autres endroits. Imaginer la colonne vertébrale au point entre les sourcils ne répond pas à cette nécessité, bien que ce soit une idée astucieuse.

Pour qu'elle joue pleinement son rôle dans la respiration de la colonne vertébrale, l'attention doit parcourir le nerf spinal (sushumna) sur toute sa longueur physique, de la racine qui se trouve au périnée jusqu'au point entre les sourcils, et cela de manière répétée. Lorsque cela est fait avec des cycles de respiration longue et lente, et avec les autres aspects de la pratique de la respiration de la colonne vertébrale, cela induit le mouvement équilibré du prana dans le nerf spinal, et cela cultive le système nerveux tout entier. En même temps, les yeux physiques stimulent de manière physique les processus neurologiques et biologiques qui partent du cerveau et vont jusqu'en bas, à la racine, en passant par le nerf spinal. Donc, pendant que l'attention suit le souffle dans le nerf spinal, les yeux stimulent physiquement le cerveau, ce qui stimule également le nerf spinal jusqu'en bas. Il y a aussi le froncement des sourcils (le léger rapprochement l'un de l'autre des sourcils) qui est impliqué dans la stimulation physique du cerveau. C'est l'autre moitié de sambhavi. Le seul moment ou sambhavi est concerné par l'attention, mis à part lors du positionnement physique, c'est lorsque celle-ci arrive au point entre les sourcils (ou passe à travers). Mais même cela n'implique pas que l'attention passe par les yeux. Les yeux se trouvent placés là aussi, mais nous ne regardons pas à travers les yeux. Nous regardons à travers le nerf spinal, qui est la même chose que le troisième œil à cet endroit là.

Durant la respiration de la colonne vertébrale, ainsi que les fois où nous fixons notre regard intérieur au point entre les sourcils (comme en yoni mudra), nous ne portons pas notre attention aux yeux physiques. Nous sommes engagés dans un regard intérieur. Les yeux physiques ne sont pas du tout utilisés pour le regard intérieur. Les yeux, ainsi que les sourcils, ont une fonction physique qui consiste à compresser l'intérieur du cerveau d'une certaine façon, c'est tout.

Cette séparation de l'attention et des yeux physiques est très importante pour le développement des expériences spirituelles intérieures.

Lorsque Jésus a dit "si votre œil devient unique, votre corps sera empli de lumière", il parlait de deux choses: le centrage physique des yeux, et l'attention dans le nerf spinal fonctionnant à travers le troisième œil. Les deux se font de concert et remplissent le corps de lumière une fois que la conductivité extatique s'élève dans le nerf spinal et se répand à travers tout le reste du système nerveux.

Donc, comment pouvons-nous accomplir cette séparation de l'attention et des yeux physiques? Le feedback sensoriel est un facteur important de ce processus. Les sensations extatiques à l'intérieur du corps sont le meilleur feedback sensoriel. Mais si nous ne ressentons pas encore la conductivité extatique? Alors, comment séparons-nous l'attention et les yeux? Nous pouvons quand même utiliser le feedback sensoriel pour développer cette habitude, et le développement de cette habitude aidera à faire venir la conductivité extatique intérieure.

Choisissez un objet de l'autre côté de la pièce où vous vous trouvez et regardez le. Ne l'examinez pas en détail, n'essayez pas non plus de le "voir". Posez simplement votre regard dessus et laissez les yeux posés sur lui. Tout en faisant cela, laissez votre attention se porter sur le périnée. Ce n'est pas difficile à faire, n'est-ce pas? Maintenant, tout en laissant les yeux fixés sur cet objet, faites monter votre attention au centre de la colonne vertébrale jusqu'au point entre les sourcils. Ne vous occupez pas de la respiration. Contentez vous de regarder l'objet et de déplacer votre attention. Lorsque vos yeux s'écartent de l'objet et que vous le remarquez, ramenez-les sans effort sur l'objet. Utilisez l'objet qui se trouve devant vous comme un feedback visuel. Parcourez la colonne vertébrale en montant et en descendant un certain nombre de fois avec votre attention sans quitter l'objet des yeux. Pratiquez ceci pendant un certain temps, jusqu'à ce que vous soyez capable de parcourir votre colonne vertébrale vers le haut et vers le bas avec votre attention sans que vos yeux ne s'éloignent beaucoup de l'objet. Si les yeux ou l'attention dévient, ramenez-les sans effort sur l'exercice en cours. C'est une habitude que vous développez, tout comme d'apprendre à tapoter le sommet de la tête avec une main pendant que l'autre décrit des cercles sur votre ventre.

Continuez de pratiquer cet exercice jusqu'à ce que vous puissiez déplacer votre attention dans la colonne vertébrale, vers le haut et vers le bas, tout en conservant votre regard qui ne voit pas sur l'objet. L'objet est le feedback sensoriel qui vous permet de laisser les yeux à un endroit tandis que l'attention se déplace ailleurs.

Une fois que vous réussirez bien cet exercice, alors essayez le dans la respiration de la colonne vertébrale. Le froncement des sourcils produit une sensation qui peut être aussi utilisée comme feedback sensoriel pour les yeux. Voyez si vous pouvez l'utiliser pour garder les yeux levés et centrés tandis que votre attention monte et descend dans la colonne vertébrale. Ce n'est pas un feedback sensoriel visuel, il se peut donc que ce ne soit pas aussi facile qu'au début lorsque nous utilisions un objet à l'autre bout de la pièce. Mais essayez. Si le pas à franchir est trop grand par rapport à l'utilisation d'un objet, alors il y a toujours le bout du nez, ou bien vous pouvez regarder vers le haut avec les yeux partiellement ouverts de façon à avoir un feedback visuel pour sambhavi pendant la respiration de la colonne vertébrale. Ce n'est pas l'idéal, mais si vous avez besoin d'un feedback visuel, alors utilisez-le jusqu'à ce que vous soyez prêt à passer à l'utilisation de la sensation des sourcils légèrement froncés.

Ce dont nous avons besoin dans sambhavi, c'est quelque chose qui donne à nos yeux un feedback sensoriel, quelque chose sur quoi nous pouvons sans effort ramener nos yeux lorsque nous nous rendons compte qu'ils se sont éloignés de leur position. Comme nous l'avons déjà dit, par la suite, ce sera le plaisir extatique dans notre corps qui nous fera lever et centrer les yeux. Pour l'instant nous utilisons un autre feedback sensoriel pour nous permettre d'entraîner les yeux et pour les séparer de l'attention qui monte et descend dans la colonne vertébrale.

Si l'attention revient sans arrêt aux yeux lorsque nous faisons tout ça, ce n'est pas très difficile à résoudre. Nous savons comment faire avec l'attention qui s'égare grâce à notre entraînement à la méditation. Lorsque nous faisons la respiration de la colonne vertébrale, l'attention peut se retrouver n'importe où, dans les yeux, dans des pensées ou dans des émotions, à l'épicerie du coin ou même à l'autre bout de notre galaxie. N'importe où. Lorsque cela se produit pendant la méditation, que faisons-nous? Nous revenons sans effort au mantra. Dans la respiration de la colonne vertébrale, c'est exactement la même chose. Lorsque notre attention va dans nos yeux ou n'importe où ailleurs, et que nous le remarquons, nous revenons simplement sans effort à la respiration de la colonne vertébrale. Si nous ne savons plus où nous en étions dans la colonne vertébrale, ça n'a pas d'importance. Cela n'a pas besoin d'être exact. Nous reprenons simplement avec le souffle. Si nous sommes sur une inspiration, nous montons dans la colonne vertébrale. Si nous sommes sur une expiration, nous descendons. Et nous continuons ainsi. Lorsque l'attention s'égare encore quelque part, nous reprenons simplement la respiration de la colonne vertébrale. Cela se produira de nombreuses fois. C'est normal. Les yeux, aussi ,s'égarerons souvent. C'est normal. Nous ne luttons pas, nous ne forçons jamais pour obtenir la perfection. Cela n'existe pas. La pratique marche mieux lorsque nous ne faisons pas d'effort, et que nous favorisons la procédure lorsque nous nous rendons compte que nous nous en sommes éloignés.

Donc, le feedback sensoriel pour les yeux et favoriser sans effort l'attention qui monte et qui descend dans la colonne vertébrale sont les clés qui permettent de développer les deux fonctions séparées. Cela évoluera doucement. Rome ne s'est pas faite en un jour. A la fin nous saurons faire de nombreuses choses en même temps que la respiration de la colonne vertébrale. Ce sont des habitudes que nous développons une à une et qui deviennent automatiques.

A un moment donné, nous ressentirons du plaisir monter dans notre colonne vertébrale depuis la racine. Ensuite nous remarquerons que sambhavi à un rapport avec ce plaisir. Nous remarquerons aussi que la respiration de la colonne le fait monter et descendre et le répand partout en nous. Alors ces pratiques auront un feedback sensoriel très agréable en nous. L'extase sera la récompense de notre pratique. Nous serons conditionnés à répondre très facilement à l'extase, et alors tous les éléments de la pratique deviennent extrêmement faciles. Nous avons tous cette capacité en nous. Donc, nous commençons au début avec le feedback sensoriel que nous avons, tout en sachant qu'un nouveau monde nous attend intérieurement. Avant même que nous ne nous en rendions compte, notre corps sera rempli de lumière et nous baignerons en permanence, jour et nuit, dans la félicité extatique de Dieu.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers