Leçon T70 - Kundalini et organes génitaux
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 2 octobre 2009

Il est recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Q: Même si pour moi il est clair que le sexe a un rôle à jouer dans mon expérience spirituelle, j'ai du mal à le comprendre. Le sexe est-il identique à la kundalini? Le sperme est-il la kundalini? Les organes génitaux sont-ils la source de la kundalini?

R: La kundalini n'est pas physique. Elle est énergie à bien des niveaux, à la fin elle est transcendante (quand elle se marie à la tranquillité), et en même temps elle a d'innombrables corrélations physiques à la fois dans les pratiques et les expériences.

Le sperme n'est pas la kundalini. En revanche, il soutient la neurologie de la kundalini (de même que, pour la femme, son équivalent provenant du point G), ce qui grâce aux pratiques peut être expérimenté de façon claire. Ces essences ne remontent pas à travers le corps sans subir de changements. Au contraire, elles sont la matière première de toute la neurobiologie de l'illumination.

De même, les organes génitaux ne sont pas la source de la kundalini. La source de la kundalini est l'immense entrepôt de prana de la région pelvienne. Les organes génitaux en sont un côté, le reste de la neurobiologie l'autre. Il y a donc une connexion: le sexe reproductif, tout comme l'évolution spirituelle, tire sur ce magasin de prana. On peut expérimenter que la dynamique de l'énergie fait tout le parcours d'une extrémité à l'autre. Une excitation sexuelle occasionnelle est donc possible pendant des pratiques spirituelles qui n'ont pas de rapport avec la sexualité, comme la méditation profonde, de même que l'on peut avoir des expériences spirituelles en faisant l'amour (d'où, les pratiques sexuelles tantriques).

En fin de compte, l'expérience spirituelle est indépendante de la sensualité érotique et dans certains cas c'est vrai depuis le début. Ce qui ne veut pas dire que cela doive être tout ou rien. Chacun va vers son éveil avec toute une variété de facteurs dont l'ensemble est unique pour chaque pratiquant. Pour cette raison, nous décrivons un large éventail de pratiques que l'aspirant peut intégrer de la façon qui lui convient le mieux.

Quand on sent l'énergie bouger dans le sexe, elle est érotique. Quand on la sent dans la neurobiologie supérieure elle est extatique, ressentie également comme un flot d'amour divin: le cœur qui fond.

Les mudras et les bandhas sont liés à l'éveil de la conductivité extatique dans tout le corps, et peuvent au début avoir une tonalité érotique due à la connexion mentionnée plus haut avec l'énergie sexuelle à travers l'entrepôt de prana de la région pelvienne.

Le pranayama, kumbhaka, les asanas, mudras, bandhas et les méthodes sexuelles tantriques (quand elles mettent en jeu les organes sexuels) ont pour but de cultiver une manifestation plus haute de l'énergie pranique (kundalini) venant de la région pelvienne. Aucune de ces pratiques ne se suffit à elle-même. La clé est une intégration pratique et efficace. Le total des causes et des effets résultant d'une telle intégration est bien supérieur à la somme des différentes parties. Avec des pratiques bien intégrées, nous voyons le vajroli naturel monter (l'absorption continue vers le haut des essences sexuelles), la mudra de tout le corps, et d'autres développements à travers le corps qui, mis tous ensembles, forment ce que nous appelons le « cycle du nectar » (voir leçon 304). C'est le point de vue d'AYP sur la neurobiologie extatique qui sous-tend l'évolution de l'énergie appelée kundalini. Cela conduit au rayonnement extatique continu, que nous appelons aussi: amour divin débordant, tranquillité en action, émergence de l'unité, non-dualité, etc.

Rien de tout cela, qui concerne l'aspect énergétique/extatique, ne pourra aller bien loin si l'on ne cultive pas en parallèle le silence intérieur immuable, et pour cela nous avons aussi des pratiques: la méditation profonde, le samyama, etc. Tout cet ensemble peut être intégré et condensé dans un programme de pratiques relativement court, deux fois par jour. A partir de là, nous pouvons aller de l'avant et vivre pleinement, de cette façon l'illumination fait peu à peu partie de notre vie.

Même si tout cela se tient conceptuellement et, plus important, expérimentalement, il n'est demandé à personne de le croire sur parole. Pratiquez et voyez par vous-même ce qu'il en est.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers