Leçon T42 - L'égalité des sexes dans le Tantra
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: dimanche 22 mai 2005

Il est recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Q1: J'ai découvert votre site et j'ai lu ce que vous avez écrit sur le yoga tantrique, yoga dont la pratique a toujours retenu mon intérêt. J'ai trouvé votre site tout à fait vrai. Je peux l'utiliser pour pratiquer. J'essaye de l'étudier autant que possible. J'ai trouvé votre enseignement plus en harmonie avec ce que je recherche que beaucoup d'autres.

Une grande partie de ce que vous dites de même que toutes les techniques font sens, néanmoins il y a un point que j'aimerais vous voir clarifier.

Vous mentionnez dans vos leçons que les femmes sont supérieures de bien des façons et tout particulièrement dans l'acte sexuel du fait que ce sont elles qui réclament le sperme. Suivant ce que vous écrivez ce sont elles qui l'appellent.

Toutefois, plus tard, quand vous en venez aux orgasmes multiples vous mentionnez qu'il est plus difficile pour les femmes d'atteindre des niveaux ou des royaumes d'extase plus élevés du fait qu'elles ont des orgasmes multiples. N'est-ce pas contradictoire? Cela m'a embrouillée, si les femmes sont très puissantes dans l'acte sexuel... comment les orgasmes multiples pourraient-ils être un obstacle? Les deux phrases semblent très contradictoires.

Personnellement, je n'ai pas de réponse, quant à savoir si les femmes ont ou non des orgasmes multiples de même que... je ne sais pas ce que c'est d'être un homme. Tout ce que je ressens est naturel pour moi, je ne peux donc pas comprendre la comparaison ni de quoi il s'agit.

Plus important, j'ignore si les orgasmes multiples sont vraiment une cause d'épuisement. Mais, même si c'était le cas, il ne pourrait être supérieur à la perte d'énergie pour les hommes. Dans ces conditions, comment peut-il être plus difficile pour les femmes d'atteindre des niveaux plus élevés? Il devrait y avoir égalité, tout votre enseignement va dans le sens de l'égalité entre les deux sexes... la perte devrait donc être identique. Et, si c'est difficile pour les femmes, cela devrait l'être également pour les hommes. C'est ainsi que je le comprends.

J'apprécierai votre assistance sur ce point.

R1: Merci d'avoir écrit pour partager.

Si dans les leçons il y a la plus petite indication d'une inégalité en matière d'énergie sexuelle entre les hommes et les femmes, elle n'est certainement pas intentionnelle. Les deux sexes ont des possibilités égales pour l'illumination. C'est notre destinée, à parts égales.

Cependant, il y a des différences dans les mécanismes biologiques. Un homme perdra beaucoup plus de force vitale (le prana) durant l'orgasme (l'éjaculation) qu'une femme. Une femme perdra moins dans l'orgasme. Certains disent même qu'en fait la femme retire un bénéfice de l'orgasme, pourtant il a été montré que les orgasmes multiples de la femme conduiront en définitive également à une baisse de la force vitale. Ce sont des mécanismes enracinés dans la biologie de la fonction reproductive. C'est de cette différence dont parlent les leçons. Ce n'est pas le signe d'une inégalité spirituelle. Seulement, d'une différence dans les rôles respectifs dans la fonction reproductive.

La clé du progrès spirituel du point de vue de la sexualité ne concerne pas tellement l'orgasme. Elle ne concerne pas non plus le sexe reproductif, si ce n'est en modifiant l'acte (s'il doit se produire) dans un but spirituel. La clé est de conserver et de cultiver l'énergie sexuelle (le brahmacharya tel que décrit dans la leçon #T9). Une fois cette approche entreprise avec les méthodes tantriques, les différences entre les sexes des mécanismes biologiques de l'orgasme et du courant de la force vitale deviennent transparentes, la possibilité de transformation intérieure est identique et les deux partenaires s'aident mutuellement. Le but à atteindre dans les relations spirituelles sexuelles est de cultiver l'état «préorgasmique».Pour cela les deux sexes sont sur le même terrain de jeu en utilisant les méthodes décrites dans les leçons. Les pulsions sexuelles reproductives (donner et recevoir la graine) sont abandonnées en faveur de l'entraînement préorgasmique qui sert également à la transformation spirituelle des deux sexes. Les deux sexes sont alors engagés dans un acte d'amour interne tout autant qu'externe. En transformant ainsi l'acte d'amour pendant un temps substantiel, les deux sexes s'engagent à égalité dans le processus de transformation se produisant en chaque personne individuellement.

C'est ce que les leçons de tantra veulent apporter, avec des moyens spécifiques, et j'espère que cela l'éclaire.

Comme mentionné dans les leçons, les aspects de la pratique concernant les relations sexuelles (appelés « tantra ») sont là pour aider l'éventail plus large des pratiques de yoga, la méditation profonde, la respiration spinale, etc. Les pratiques assises et le tantra se chevauchent quand nous abordons mulabandha, sambhavi, siddhasana et kechari, pratiques qui agissent également sur l'énergie sexuelle. Dans le yoga, il est inévitable de faire face à l'énergie sexuelle qui est l'énergie primordiale de l'aspect extatique de l'équation de l'illumination, la kundalini. L'autre aspect est le silence intérieur, conscience de pure félicité, cultivé avant tout dans la méditation profonde et le samyama. Ensemble, le silence intérieur et la conductivité extatique (la kundalini) unissent les polarités internes dans le système nerveux représentées symboliquement par l'union de Shiva et Shakti. La destination finale est le silence intérieur inébranlable, la félicité extatique, et l'amour divin qui déborde. La destination est la même pour l'homme et la femme.

Q2: Vous avez éclairé la question. Oui, bien sûr vous avez raison, il n'y a pas de doute que les deux sexes perdent de l'énergie. Après tout, il s'agit de canaliser l'énergie vers le haut plutôt que de la gaspiller en la laissant partir.

J'ai lu quelque part que quand l'énergie sexuelle monte à la couronne et sort du corps elle devient divine et que l'énergie sexuelle n'est rien d'autre que de l'énergie divine, sous une forme beaucoup plus grossière. Ai-je raison?

Je suppose que ce qui m'a induite en erreur est le fait que vous mentionnez quelque part dans les leçons qu'une femme n'est pas capable d'atteindre des royaumes plus élevés du fait de ses orgasmes multiples, et je suis sûr que vous le dites également des hommes. Je suppose que je n'ai lu que la partie concernant les femmes et je vous ai demandé de clarifier parce qu'au début je n'avais pas lu ce qui concernait les hommes. Maintenant, je comprends bien que vous voulez dire que les deux de la façon qui leur est propre perdent de l'énergie.

Les orgasmes multiples sont-ils naturels ou yogiques par essence? Vous avez posé la question en disant qu'elle fait débat depuis des années. Pouvez-vous expliquer davantage cette question? Vous avez mentionné que pour les femmes c'est naturel. Si l'on considère que c'est naturel cela le rend il yogique, ou bien est-ce la façon dont la nature désire que cela soit? En ce sens, si je comprends bien, tout en nous fait partie d'un plan.

La question est, comment peut-on utiliser les orgasmes multiples au bénéfice de la pratique yogique, et les orgasmes sont-ils un plus en eux-mêmes?

J'aimerais en apprendre davantage, car c'est la partie qui m'intéresse le plus. Je ne sais même pas si j'ai des orgasmes multiples ou bien un seul. J'aimerais bien connaître la différence.

R2: Oui, à la fois l'homme et la femme perdent de l'énergie dans le sexe reproductif et les orgasmes. C'est plus souvent l'homme, car d'habitude il atteint le paroxysme le premier avant que la femme ne soit épuisée. Pour la femme être épuisée signifierait plusieurs orgasmes supplémentaires, ou peut-être un seul qui durerait très longtemps. Cette possibilité pour la femme de durer plus longtemps est nécessaire à la reproduction, le but étant que les spermatozoïdes soient attirés dans la matrice. Pour cette raison j'ai écrit que la femme était « supérieure » dans l'acte sexuel reproductif, voulant dire qu'elle attirera la semence de l'homme. « Supérieur » est seulement un terme relatif, appliqué à la capacité à durer longtemps dans l'acte sexuel. La femme a cet avantage naturel, car la plantation de la graine en dépend. Notre mère, la Terre, ne s'arrêtera pas tant que la graine ne sera pas plantée. La survie de l'espèce en dépend, n'est-ce pas?

Une fois que l'homme a le contrôle de son éjaculation, il peut prendre l'initiative en prolongeant l'acte sexuel. La femme sera alors excitée plus longtemps avec la possibilité d'orgasmes multiples, ou de tout ce qui peut arriver sur le plan orgasmique dans une telle situation. Toutefois, de même que pour l'homme il n'est pas tantrique d'être épuisé rapidement, de même pour la femme il n'est pas tantrique de se dépenser en orgasmes. Le scénario type pour développer le tantra au fil du temps est le suivant:

  1. L'homme maîtrise son éjaculation et peut en définitive retarder l'orgasme indéfiniment.
  2. La femme est l'objet d'une stimulation plus longue ce qui peut lui donner des orgasmes prolongés ou multiples.
  3. L'homme et la femme naviguent de concert pour rester tous les deux avant l'orgasme pendant de longues périodes.
Tel est le sexe tantrique.

Le but est de rester préorgasmique pendant une longue période, ce qui veut dire que les deux partenaires font l'amour de manière à rester en deçà de l'orgasme. C'est le principe fondamental derrière les méthodes sexuelles tantriques. C'est également le principe derrière la masturbation tantrique, siddhasana et toutes les méthodes utilisées pour cultiver l'énergie sexuelle. En conséquence, les orgasmes multiples pour les femmes ne sont pas yogiques, de même que de trop nombreuses éjaculations pour les hommes.

Cela ne veut pas dire que l'orgasme soit tabou et que l'on ne puisse jamais en jouir. Cela veut simplement dire que plus nous passons de temps à cultiver l'énergie sans aller jusqu'à l'orgasme, le meilleur c'est pour le développement spirituel, en lien avec nos pratiques assises régulières de yoga, la méditation, la respiration spinale, etc. Il n'y a aucune raison pour que la femme ne puisse pas cultiver avec son amant (ou seule avec la masturbation) pendant une longue période cet état préorgasmique, et également explorer pleinement ses orgasmes multiples. Agir ainsi serait pour la joie de connaître ce que l'on peut expérimenter, mais non pour une bonne stratégie de yoga sur le long terme, car ce serait dégénératif sur le plan énergétique, au même titre que les éjaculations excessives pour les hommes. Inversement, une longue stimulation sexuelle préorgasmique est énergétiquement régénératrice et souhaitable.

Les pratiquants avancés en tantra peuvent avoir très peu ou même pas du tout besoin d'aller jusqu'à l'orgasme, y renoncer complètement, même en faisant l'amour, car l'extase spirituelle et la plénitude qui montent deviennent beaucoup plus intenses. Le sexe se spiritualise intérieurement et surpasse de loin l'orgasme génital dans son ampleur et sa durée, devenant finalement un aspect permanent de la vie quotidienne. Cet état permanent de félicité extatique inébranlable est le but à la fois du yoga et des pratiques sexuelles tantriques. Pourtant le sexe reproductif n'est jamais perdu et reste toujours une option. Il devient une question de choix plutôt qu'une nécessité. C'est une libération aussi bien pour l'homme que pour la femme.

Une fois que l'énergie monte au-dessus du pelvis, elle n'est plus dans le domaine sexuel. Elle devient spirituelle dans la partie moyenne et supérieure du corps, même si, en même temps, elle peut être encore ressentie comme sexuelle dans la région pelvienne, ce qui sera usuel pendant les pratiques tantriques, y compris siddhasana qui est utilisé pendant les pratiques assises par les yogis et les yoginis avancés. L'énergie devient extatique bien avant d'atteindre la couronne. Tout le concept et la pratique de la stimulation sexuelle par n'importe quel moyen devient sacré avec cette façon de faire (préorgasmique) L'énergie spirituelle est de l'énergie sexuelle transformée pour un but plus élevé.

En fait, tant que l'on n'a pas avancé sur le chemin du yoga, il vaudrait mieux que l'énergie ne monte pas jusqu'à la couronne, en raison de l'instabilité pouvant résulter d'une ouverture prématurée, conduisant à des problèmes physiques ou/et émotionnels, à des déséquilibres énergétiques, à des visions non désirées, etc. Reportez-vous au topic index sous "Crown Opening (avoiding premature)" pour trouver les leçons correspondantes. La respiration spinale et d'autres méthodes sont là pour canaliser notre énergie interne d'une façon progressive et sans danger entre la racine et le troisième œil, plutôt que vers la couronne. La couronne vient beaucoup plus tard dans l'approche d'AYP, après que toute une série de purifications préalables ait été faite. Ceci permet d'éviter les déséquilibres de la kundalini et les difficultés qui en résultent pour nombre de pratiquants.

Je vous souhaite le meilleur sur le chemin spirituel que vous avez choisi. Bon courage!

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers