Leçon T40 - Amaroli - quelques observations intéressantes
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: jeudi 3 mars 2005

Il est recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Q1: Je suis content que vous ayez mis des explications concernant amaroli (l'urinothérapie) dans le livre AYP1. Sans cela, je ne l'aurais peut-être jamais découvert. Je suggère que dans de prochaines éditions (si vous avez l'intention d'en faire) vous consacriez davantage de place à ce sujet.

Quant à la stigmatisation d'amaroli, heureusement la plupart de ceux qui lisent votre livre n'ont plus vis-à-vis du corps une mentalité d'école primaire. Il faut, toutefois, reconnaître que beaucoup devront vaincre leurs réactions instinctives pour bénéficier d'amaroli.

Je suis étonné des effets d'amaroli, en tout cas en ce qui me concerne. Je n'aurais jamais imaginé que ce soit aussi efficace.

Si vous êtes curieux scientifiquement, j'aurais quelques observations et hypothèses à formuler.

Mon hypothèse principale est que l'action essentielle d'amaroli (ou, du moins son premier effet) n'est pas « nutritionnelle » au sens usuel (son mode d'action n'est pas d'amener la chimie du corps à un bon niveau de réserve), mais bien catalytique (en démarrant un processus dans le corps). La raison, à mon avis, pour laquelle il y a un profond effet non nutritionnel est qu'une très petite quantité (de ce qui a déjà été éliminé par le corps) suffit à enclencher un processus profond. Ce qui semblerait contredire l'idée que l'effet résulterait d'un changement dans le niveau des réserves dans le corps.

L'effet catalytique peut être « hormesis »2 (vous l'avez suggéré dans votre livre en utilisant un autre mot); il est possible que les toxines dans l'urine fassent démarrer le processus.

J'ai constaté qu'en ce moment, une seule cuillerée à café par jour était déjà trop pour moi (cette quantité me fait sentir fiévreux et désireux de rester au lit la plus grande partie de la journée). Je peux seulement prendre quelques gouttes. Même à ce niveau, l'effet est profond, et cela fait seulement trois semaines que j'ai commencé. Je me sens plus fort à la fois psychiquement et physiquement. Je suis moins enclin à rester assis, la position debout pendant plus longtemps me convient mieux.Il semble que ma vision s'améliore. Mon humeur est meilleure. Ma méditation plus calme et plus forte. Je me réveille moins fatigué et d'une manière générale j'ai davantage d'énergie. Je me concentre plus longtemps et je soupire moins après la fin de mon travail journalier, j'ai moins envie de chocolat, en fait je l'oublie plus ou moins. Je suis moins sujet aux regrets.

Puisque quelques gouttes correspondent à ce que mon corps élimine en quelques minutes, il est impossible qu'elles aient un effet nutritif. Un processus très profond doit donc s'enclencher quand on pratique amaroli.

Avez-vous des réflexions ou des commentaires?

R1: L'évaluation scientifique des relations de cause à effet de toutes les pratiques yogiques, amaroli compris, m'intéresse énormément. C'est une des raisons d'être d'AYP, rechercher un équilibre entre la connaissance traditionnelle et les applications actuelles pour ajuster la pratique afin d'arriver au progrès le plus efficace en toute sécurité. AYP n'est pas la création d'une personne. Les apports de centaines de pratiquants l'ont enrichi à l'infini. Je vous remercie de vos observations sur amaroli.

J'ai remarqué la même chose avec amaroli sur une longue période. Même si les anciennes écritures (spécialement le Damar Tantra3) recommandent « une tasse par jour », j'ai constaté, comme vous, qu'en prendre moins peut avoir plus d'effet. La clé est d'être souple dans la pratique d'amaroli en recherchant le bon dosage soit plus, soit moins. Parfois, le corps a besoin de plus, parfois de moins. Nous pouvons l'évaluer par la façon dont nous nous sentons, exactement ce que vous avez fait. Bien qu'il soit important d'avoir un point de référence pour la routine journalière, il semble qu'amaroli demande plus souvent des ajustements que les autres pratiques yogiques. Peut-être parce que ses effets se font sentir assez rapidement. Si nous en faisons trop, nous le saurons rapidement. Si nous n'en faisons pas assez notre corps va rapidement en réclamer davantage. Faire d'autres pratiques de yoga (la méditation, la respiration spinale, etc.) nous rendra plus sensibles à la pratique d'amaroli. La limitation des quantités augmentant simultanément les effets confirme votre hypothèse d'un effet hormétique (homéopathique) d'amaroli. Moins peut être plus. C'est une bonne nouvelle pour les débutants, il n'est pas nécessaire d'en prendre beaucoup pour ressentir quelques bons bénéfices d'amaroli.

Il y a une synergie notable entre amaroli et les autres pratiques de yoga, avec la montée du silence intérieur et de l'énergie extatique. L'intégration des pratiques est un élément important. C'est sans doute également un facteur important dans votre expérience. De même que les mudras et les bandhas ne sont pas très utiles au progrès spirituel (et parfois dangereux) si l'on n'a pas établi d'abord la méditation profonde et la respiration spinale de même sans les autres pratiques amaroli n'est pas aussi efficace dans le domaine spirituel. Il semble qu'aucune pratique de yoga ne puisse se suffire à elle seule dans le tableau d'ensemble de la transformation spirituelle de l'être humain. Cela se comprend, à partir du moment où le système nerveux est une entité intégrée, un tout avec de nombreuses parties connectées entre elles. Le Yoga, avec ses approches variées, en est le miroir.

Dans tous les cas, l'observation que vous faite qu'amaroli est un catalyseur possible dans le corps autant qu'un complément chimique est intéressante. On peut le comprendre. En gérant bien sa pratique, chacun peut trouver son propre équilibre. J'espère que nous aurons à ce sujet d'autres commentaires de pratiquants.

Vous avez apporté une perspective importante. Merci!

Q2: Merci pour votre réponse. J'apprécie votre avis sur ce que nous pouvons attendre sur le long terme.

Une remarque sur «hormesis » opposé à « homéopathie »: Je ne parle pas d'homéopathie, car l'homéopathie est un peu différente même si l'on a tendance à parler, au sens vague, d'homéopathie alors que le mot hormesis serait plus juste. Hormesis est la réponse positive du corps à une quantité petite, mais réelle et mesurable d'une toxine. Une certaine quantité de toxine doit être présente et quand elle devient trop minime hormesis finit par être sans effet. Cela est prévu et les graphiques établis par des études scientifiques en témoignent.

Le traitement homéopathique met en jeu des doses si petites qu'il ne reste aucune molécule de la toxine. D'un côté, hormesis est un phénomène scientifiquement documenté et reproductible en laboratoire. Il n'est pas l'objet de controverses scientifiques. D'un autre côté, l'homéopathie est controversée scientifiquement, car ses effets ne sont pas reproductibles dans des études en double aveugle.

R2: Merci pour cette clarification d' «hormesis » opposé à « homéopathie ». D'autres commentaires d'autres personnes sur leurs expériences avec amaroli ajouteront à notre compréhension de la façon dont cela fonctionne avec différentes quantités, particulièrement en combinaison avec les pratiques avancées de yoga.

Bien que les bénéfices pour la santé commencent à être mieux connus, la recherche reste à faire à l'époque actuelle sur la relation d'amaroli avec le processus de la transformation spirituelle. Il ne fait pas de doute qu'avec le temps, nous y répondrons avec davantage de détails. Manifestement, amaroli ajoute quelque chose d'important au processus de l'illumination, nombreux sont ceux qui l'expérimentent. Pour aller de l'avant avec amaroli, une bonne gestion de sa pratique est d'une grande aide. Quand la gestion des pratiques se marie avec notre bhakti (le désir du divin), nous savons à tout moment la quantité qu'il nous faut.

Le gourou est en vous


N.d.T.:
  • 1. Il est fait allusion à amaroli dans la leçon T32. Dans la version imprimée, Yogani a ajouté tout un commentaire qui ne figure pas dans la leçon postée sur internet. C'est à ce commentaire que fait allusion ce correspondant.
    Amaroli sera traité en détail dans la leçon 319 qui devrait être traduite prochainement.
  • 2. Sur internet on trouve la définition suivante:
    « L'hormesis est défini comme la stimulation de certains phénomènes biologiques par des doses faibles de toxiques dont les effets altèrent ces mêmes mécanismes à doses plus élevées » (Traité de toxicologie générale, page 305)
  • 3. Le Damar Tantra est un texte sanscrit vieux de 5'000 ans ou le Dieu Shiva explique à sa compagne la Déesse Parvati les principes de l'urinothérapie.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers