Leçon T11 - Q&R - Bloquer et l'évolution de la biologie spirituelle
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Dimanche 22 Février 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Il est aussi recommandé de lire les leçons de tantra depuis le début. La première leçon s'intitule « Le tantra yoga » et porte le numéro 1.

Q: J'ai une question sur la technique que vous avez décrite: l'éjaculation bloquée avec le doigt produira une éjaculation rétrograde ; le sperme va dans la vessie ; lorsque l'on urine on constatera que l'urine est blanchâtre, trouble, ayant été mélangée avec le sperme. Si le sperme doit être perdu (quand on urine), il vaudrait mieux ne pas pratiquer cette technique, sauf en dernier ressort.

R: Merci, c'est une très bonne question. La réponse a plusieurs aspects dans la mesure où l'élévation de la sexualité masculine (et aussi féminine) est un processus évolutif qui fonctionne de façon différente aux différentes étapes du chemin.

Oui, vous avez raison, au début, pendant le blocage une grande partie du sperme va dans la vessie ce qui peut être observé au moment de la miction, comme vous le mentionnez. Mais ce n'est que le commencement, au tout début du changement dans le fonctionnement sexuel.

Quand il s'ajoute à la bhakti (la soif du divin), le fait de bloquer produit une incitation à rester en deçà de l'orgasme. Au fur et à mesure des progrès, bloquer deviendra de moins en moins nécessaire, de même que les roues supplémentaires du vélo. Cela diminue avec le temps de façon naturelle. Contrairement aux roues de secours que nous enlevons un beau jour, bloquer restera toujours une bonne mesure de dernier recours que nous garderons dans notre boîte à outils une fois apprise et raffinée.

Par « raffinée » je fais allusion à des étapes plus avancées du fonctionnement sexuel, où la plus grande partie sinon la totalité du sperme est conservé sans qu'il soit nécessaire de bloquer, même pendant un orgasme génital. Quand nous bloquons dans cette situation, il n'y aura pas beaucoup de sperme dans la vessie. La plus grande partie restera dans les vésicules séminales, remontant dans le corps par d'autres chemins. Mais notre but n'est pas d'avoir un orgasme génital sans éjaculation. C'est extrêmement difficile à atteindre, et d'avoir cet objectif en tête conduirait en chemin à une trop grande perte de semence. Cela n'aiderait en tout cas pas notre évolution spirituelle. Contrairement à une longue stimulation préorgasmique et c'est cela que nous voulons. Nous voulons grimper cet escalier vers le ciel et non pas observer combien d'orgasmes nous pouvons avoir sans éjaculer.

Et maintenant, voilà le plus beau. Une des routes que le sperme prend naturellement pour monter dans le corps passe par la vessie. Ce qui ne veut pas dire que nous allons bloquer pour faire passer volontairement la semence dans notre vessie. Cela ne nous aiderait pas, car la vessie doit d'abord s'habituer à fonctionner à un niveau spiritualisé plus élevé. Au fur et à mesure que cela se produit, graduellement avec le temps, le sperme monte automatiquement dans la vessie, sans qu'il soit nécessaire de bloquer, et même sans avoir à cultiver délibérément l'énergie sexuelle. Est-ce que vous voyez combien le changement biologique est difficile? Les yogis avancés ont continuellement le sperme qui s'élève à travers leurs corps, et il monte continuellement à travers la vessie, quoique pas dans les quantités auxquelles vous vous référez qui se produisent dans les premières étapes du blocage.

Heureusement, nous n'avons pas besoin de nous en soucier dans la pratique, du fait que la biologie changera automatiquement à mesure que nous ferons les pratiques de yoga avancées, y compris le sexe tantrique si nous avons des relations sexuelles.

En conséquence, le blocage commence de façon plutôt maladroite (vous m'avez déjà entendu utiliser cette expression pour d'autres pratiques, n'est-ce pas?) et se raffine avec le temps. Le raffinement a deux aspects: premièrement, à mesure que nous augmentons notre capacité à rester en deçà de l'orgasme, le besoin de bloquer se fait de moins en moins sentir. Deuxièmement, quand nous bloquons, avec le temps, il y aura de moins en moins à bloquer car nous contrôlerons l'éjaculation de mieux en mieux à mesure que notre fonctionnement sexuel évolue.

Il est intéressant de noter qu'un processus analogue se produit chez la femme, quoique jusqu'à maintenant il n'ait pas été aussi évident que chez l'homme. Une femme a l'équivalent de la prostate situé à l'avant, à l'intérieur de son yoni. Il est stimulé à travers le soi-disant point G. En cas d'excitation extrême, cette glande dégage une substance laiteuse semblable au sperme qui peut être éjaculée par l'urètre. « L'éjaculation féminine » est devenue un sujet à la mode ces dernières années, un rite de passage pour de nombreuses femmes revendiquant leur liberté sexuelle. Il est difficile de dire quel peut bien être son rôle dans la reproduction. La raison pour laquelle nous le mentionnons ici est parce qu'il semble que la femme aurait, comme l'homme une biologie spirituelle passant par la vessie. Et, quoiqu'il soit peut probable que la femme doive s'engager dans le même genre de blocage que l'homme, les mêmes composants biologiques sont là. Bien sûr, la femme a aussi d'autres composants sexuels faisant partie du fonctionnement spirituel de la sexualité, il n'est donc pas possible de poursuivre la comparaison beaucoup plus loin. Vive la différence! 1

Pour les deux sexes, une évolution spirituelle accélérée va de pair avec les pratiques de yoga avancées, avec des étapes variées le long de la route.

Le gourou est en vous


N.d.T.:
  • 1. en français dans le texte

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers