Leçon 341 - Gérer au mieux sa bhakti (self-pacing)
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 23 juin 2009

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Dans la dernière leçon, nous avons mentionné que le pouvoir du cosmos se concentre chez celui qui cultive systématiquement sa bhakti. Que cela soit vrai dans l'absolu, on peut en discuter. Cependant, il n'y a aucun doute que des forces extraordinaires se développent en nous lorsque nous cheminons sur la voie de l'ouverture et de la purification spirituelle. Cela peut s'observer dans notre système nerveux et notre neurobiologie, aussi bien que dans notre environnement physique. C'est le processus de la transformation spirituelle humaine.

L'incitation à progresser devient particulièrement forte quand notre bhakti nous pousse à faire des pratiques spirituelles puissantes comme la méditation profonde, le pranayama de la respiration spinale et les autres méthodes présentées en détail dans les écrits AYP. Mais, même avec la seule bhakti, nous pouvons nous trouver submergés par les ouvertures qui arrivent spontanément. Parfois nous obtenons plus que ce que nous espérions et il est important de comprendre que nous avons toujours le choix dans ce que nous souhaitons suivre et dans ce que nous pouvons abandonner. La bhakti et les autres pratiques de yoga amènent de puissantes modifications intérieures et nous avons intérêt à considérer les causes et les effets de nos pratiques pour maintenir une bonne progression avec confort et sécurité. C'est ce qu'on appelle gérer au mieux sa pratique (self-pacing).

Comment gérer notre bhakti? C'est vraiment simple. Tout ce que nous avons à faire est de mettre notre attention sur d'autres choses. Faire cela peut être considéré comme un enracinement, nous ramenons nos énergies vers la terre en nous concentrant sur des choses banales plutôt que sur notre idéal choisi qui nous pousse à aller toujours plus haut. Plutôt que de porter notre passion du divin à un point d'ébullition tel que nous soyons complètement déséquilibrés, nous pouvons aller faire une promenade ou nous adonner à des activités qui nous ramèneront sur terre comme de jardiner.

Une autre manière de gérer son rythme avec notre bhakti est de rendre service aux autres, comme d'aider un ami dans le besoin en faisant ses courses ou en l'aidant à faire le ménage, ou n'importe quoi d'autre. Rien d'extraordinaire, pas de dévotion spectaculaire, seulement des petites choses de tous les jours.

Nous pouvons toujours revenir à notre bhakti dévorante dès que nous le décidons. Nous voulons simplement éviter de nous laisser emporter jusqu'à perdre pied dans nos activités quotidiennes et peut-être compromettre notre santé. Sinon, cela pourrait ralentir nos progrès en épuisant notre neurobiologie et entraver notre capacité à suivre nos pratiques spirituelles quotidiennes. Quand les expériences deviennent trop intenses, il est sage de les voir comme un spectacle et de continuer à vivre au quotidien. Les énergies libérées grâce à la bhakti sont extrêmement puissantes, d'autant plus si vous faites toute la batterie des pratiques spirituelles quotidiennes.

Considérez la bhakti combinée à de puissantes pratiques spirituelles comme une voiture de sport très rapide sur une longue route parfois sinueuse. Dans les lignes droites, nous serons enclins à appuyer sur le champignon pour accélérer. Mais que ferons-nous quand la route commencera à tourner dans les lacets serrés de la montagne? Si nous gardions le pied sur l'accélérateur, nous pourrions finir dans le ravin. La bhakti et les pratiques de yoga sont très similaires à cette route. Quand la purification et l'ouverture arrivent sans perturbation, nous pouvons garder un bon rythme, confortablement et avec sécurité. Mais quand la purification et l'ouverture atteignent un niveau qui met en péril notre neurobiologie, c'est le moment de ralentir, de gérer nos pratiques, en freinant notre désir d'aller toujours plus loin avec le yoga. Il est souvent préférable de suivre notre bhakti sans forcer plutôt que d'aller jusqu'à une overdose de purification intérieure et d'ouverture qui nous ferait reculer pendant des semaines et des mois pour nous remettre de ces excès.

Les temps ont changé. Nous ne sommes plus des mendiants spirituels, quémandant le moindre petit morceau d'enseignement, de méthode, de purification interne et d'ouverture que nous pourrions trouver. Un peu de bhakti fait son chemin dans ces temps d'ouvertures rapides. Un peu de désir suffit pour qu'un merveilleux trésor de connaissances et de pratiques vienne à nous. Plus que nous ne pourrions en accueillir si nous disions "oui" à tout ce que vient. Nous sommes affamés depuis si longtemps, et peut-être nous mangerons trop et trop vite au début. Alors nous apprendrons à trouver notre rythme pour obtenir les meilleurs résultats.

Une des leçons majeures à apprendre est d'équilibrer notre bhakti avec bon sens. La vaste force de l'évolution cosmique, lorsqu'elle travaille à notre transformation n'a pas toujours en tête notre confort et notre santé. Elle veut tout, tout de suite et ce n'est pas possible. Le système nerveux a besoin de temps pour passer par la purification intérieure indispensable et l'ouverture. Nous devons trouver notre rythme ou alors faire face à des difficultés et des retards dans notre progression. Si une marathonienne va trop vite au début et se froisse un muscle, elle devra s'arrêter le temps qu'il faut pour se soigner avant de pouvoir terminer la course. Si elle trouve son rythme, elle terminera la course bien plus tôt. Il en va de même sur le chemin spirituel.

Il faut aussi tenir compte de nos responsabilités dans la vie. A mesure que notre bhakti progresse, elle nous ouvre tout le champ des possibles. Certaines possibilités conviendront à notre mode de vie, seront compatibles avec les responsabilités que nous avons vis-à-vis de notre famille, de notre carrière et de notre communauté. D'autres peuvent ne pas convenir à notre mode de vie actuel en exigeant un changement radical aux dépens de ceux qui dépendent de nous. Si nous sommes celui qui gagne le pain de la famille et que nous ayons l'envie soudaine de tout quitter pour nous isoler définitivement sur le sommet d'une montagne, nous serons sage de laisser passer cette impulsion. A la place, faites quelques retraites spirituelles pendant les vacances, sans abandonner votre famille pour votre propre salut. Il fut un temps où ce genre de comportement était considéré comme noble. Ce n'est plus le cas. Il y a plus de ressources que nécessaire pour que chacun puisse avancer rapidement sur la voie spirituelle, sans qu'il ne soit besoin pour autant d'abandonner ses responsabilités.

En fait, avoir des responsabilités dans la vie quotidienne apporte un grand avantage à ceux qui développent leur bhakti: les nombreuses opportunités d'étendre notre idéal choisi s'exprimeront dans un champ d'action beaucoup plus large. Les pratiques assises peuvent être ajoutées à la routine quotidienne et cela accélèrera incroyablement notre bhakti. Nos activités et relations s'élèveront pour devenir un service désintéressé, ce qui est l'évolution naturelle du karma yoga, conduisant à la liberté et à l'accomplissement dans la vie quotidienne. Les responsabilités ne sont pas en contradiction avec notre développement spirituel. Si nous cheminons sur notre voie spirituelle en vivant une vie normale, nos responsabilités nous permettront de réaliser notre développement spirituel et notre influence sur l'évolution positive du monde sera beaucoup plus forte.

Il est donc sage d'équilibrer notre bhakti avec bon sens. Avec les pratiques spirituelles puissantes à la disposition de tous aujourd'hui, nous n'avons plus besoin de courir désespérément après toutes les ouvertures qui se présentent. Cela arrivera de temps en temps et nous apprendrons. Nous aurons plus d'ouvertures que ce que nous pourrons suivre avec des résultats satisfaisants et en sécurité. Nous pouvons choisir le mélange de bhakti et de pratiques le plus compatible avec nos inclinations et la vie que nous menons. C'est une pratique spirituelle autodirigée. Il y aura bien assez de changements positifs dans la vie que nous vivons déjà. L'illumination survient ici et maintenant, et nous pouvons y accéder. Rien ne sert de la chercher ailleurs sous quelque autre forme. Elle est là!

Méditez cela et transformez votre approche afin de rendre votre idéal choisi vivant et compatible avec la vie que vous menez.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers