Leçon 339 - Votre idéal choisi
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 18 juin 2009

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Traditionnellement, on considère la bhakti comme l'amour de Dieu, ce qui la situe dans le domaine de la religion. C'est très bien, mais elle a un autre aspect qui n'est pas forcément religieux. La bhakti peut faire partie de la spiritualité en dehors de toute référence religieuse.

La bhakti a bien des formes, autant que nous pouvons imaginer d'idéaux avec leurs attributs. C'est illimité! Ici, nous ne traiterons pas de la bhakti dans sa définition traditionnelle et bien connue. C'est le champ des religions. Pour ceux qui aiment rendre grâce dans leur propre tradition religieuse, pas de problème. Pour ceux qui n'ont pas cette croyance, ce n'est pas la fin de la bhakti. Le yoga et le développement spirituel peuvent très bien progresser avec ou sans les modes traditionnels de dévotion. Cela fonctionne avec l'une ou l'autre manière, ou avec les deux.

Un désir dirigé vers un but est l'ingrédient essentiel de toute pratique spirituelle. C'est la bhakti qui nous amène chaque jour à notre siège de méditation. Ensuite, nous suivons sans effort la procédure de notre pratique. Les pratiques quotidiennes du yoga sont conçues pour nous ouvrir régulièrement, au fil du temps. Nous avons alors une purification et une ouverture constante du système nerveux, un désir grandissant de vérité et d'illumination et nous aspirons toujours plus à accéder au niveau suivant de notre épanouissement.

C'est notre idéal choisi, en perpétuelle évolution qui permet au processus d'aller toujours plus haut.

Nous savons que le désir mène à l'action, nous savons aussi que le désir laissé à lui-même sans le bénéfice d'une vision sous-jacente nous poussera dans toutes sortes de directions en même temps. Notre émotion est un puissant carburant, mais si on ne lui fournit pas un canal fiable pour qu'elle s'exprime sous la forme d'un désir, il n'en sortira rien de bon. Le mental est aussi de la partie, parce que ce sont nos émotions s'exprimant sous la forme de désirs qui vont le renseigner. A partir de là, l'action s'enclenche. Donc, tout commence avec la manière dont nous dirigeons nos émotions, de ce que nous privilégions pour notre énergie émotionnelle. Le désir cherche toujours plus, et il nous appartient de donner à ce "plus" la forme d'une vision inspirée, la forme de notre idéal choisi.

Nous avons utilisé le mot "vision" pour représenter le canal utilisé par le désir pour passer à l'action. Cela implique que le désir soit focalisé comme à travers une lentille fixe. Si cela se vérifie en théorie, en particulier pour les efforts terrestres, il s'agit d'une simplification excessive au regard du spectre plus large de la transformation spirituelle humaine. Dans ce cas, nous ne recherchons pas un bien matériel précis, mais la purification et l'ouverture du système nerveux humain pour qu'il puisse exprimer son plein potentiel.

Pour une approche systématique de la bhakti, pour cultiver une soif inextinguible de la réalisation spirituelle, le concept "d'idéal choisi" procure la souplesse nécessaire. Le mot sanskrit "ishta" signifie idéal choisi et offre la gamme d'expressions dont nous avons besoin pour parcourir le continuum de la bhakti, depuis l'endroit où nous sommes aujourd'hui jusqu'aux plus hautes cimes de la dévotion et au débordement d'amour divin qui en résulte, nous conduisant à la libération dans tous les aspects de la vie.

Que voulons-nous dire par "idéal choisi"? Nos institutions religieuses bien intentionnées peuvent l'interpréter comme le Dieu ou l'idéal de notre religion: Jésus, Krishna, Bouddha, Allah, etc. Ce sera le cas si c'est ce qui résonne dans notre cœur. Mais l'idéal choisi peut prendre aussi d'autres formes.

Cela peut être une recherche personnelle telle que: "Qui suis-je et qu'est-ce que je fais ici?". Ou une simple question: "Y-a-t-il autre chose que ma vie actuelle?"

Cela peut être une affirmation: "Je connaîtrai la vérité et cette vérité me rendra libre".

Cela peut être un idéal de discrimination: "Cela est vrai et ceci est faux"

Et ainsi de suite...

C'est nous qui choisissons notre idéal et personne d'autre. Il est entièrement personnel. Il peut être un mélange d'idéaux, comme de mélanger les icônes et les idéaux de notre religion à une recherche, une affirmation et une discrimination. Et nous apportons tout cela dans notre vie, en même temps que notre idéal s'amplifie à mesure que nous avançons dans la purification intérieure et l'ouverture associées au processus en cours de la transformation spirituelle humaine.

La personnalité va jouer un rôle dans l'idéal choisi par chacun. Ceux qui sont extravertis dans leur dévotion pourront être attirés par des formes extérieures comme une conduite dévotionnelle, le chant, la danse spirituelle, etc. D'autres, plus introvertis pourront être attirés par l'introspection en silence, la recherche du Soi ou d'autres actes de dévotion moins démonstratifs.

Quelque soit notre ishta, la dévotion sera au rendez-vous quand nous nous engagerons dans la voie que nous aurons choisie. A mesure que notre engagement s'intensifie, notre idéal choisi évolue et change avec le temps en fonction de notre compréhension toujours plus grande de la vérité. Plus nous voyons clairement ce qui émerge en nous, plus notre idéal se concrétise et plus il continue d'évoluer vers des niveaux plus élevés.

Avant que les ouvertures ne se produisent, on peut avoir tendance à une conception plus rigide de notre idéal choisi. C'est certainement le cas dans la plupart des religions, où l'idéal est souvent choisi pour nous plutôt que par nous. Même un individu peut avoir une certaine étroitesse d'esprit dans sa relation avec l'idéal choisi. C'est la différence entre une icône représentant une image figée et la même icône facilitant l'expansion régulière de l'expérience intérieure. Des pratiques spirituelles telles que la méditation profonde et le pranayama de la respiration spinale vont assouplir la rigidité initiale de notre relation à l'idéal choisi. De cette façon, cette relation peut changer graduellement, elle peut s'harmoniser à nos besoins à mesure que notre conscience interne se déploie avec davantage de silence intérieur imprégnant les aspects extérieurs de notre vie.

A mesure que le silence intérieur se développe, notre relation avec notre ishta se renforce, comme si de l'intérieur il nous poussait du coude doucement. C'est comme les vêtements que nous portons pendant notre croissance. Plus nous grandissons, plus nos vêtements deviennent grands. Notre ishta est ainsi, extensible à l'infini. Plus notre regard s'étend, plus nous pourrons percevoir au-delà des limites que nous connaissions. Même si nous avons commencé avec une icône empruntée à notre religion ou ailleurs, nous comblant intérieurement, à la fin nous pouvons voir notre ishta embrasser toute l'humanité et plus loin encore l'univers tout entier. Plus notre esprit grandit, plus nous sommes comblés et plus grand devient notre ishta, même s'il est toujours représenté par la même petite icône sur l'autel de notre dévotion que ce soit une icône physique ou immatérielle dans notre cœur. Il peut être tout cela.

Notre ishta n'a pas besoin d'être figé une fois pour toutes. En réalité, il est bien de nous autoriser la souplesse de voir notre idéal comme étant toujours en expansion, même s'il est représenté par un objet ou une idée relativement fixe. L'expansion est naturelle quand nous marchons sur notre chemin spirituel. L'évolution de notre ishta est facilitée en favorisant sans effort notre idéal choisi et les pratiques que nous sentons nous convenir, plutôt qu'en nous concentrant avec rigidité sur l'ishta ou sur les moyens qui vont avec. C'est en favorisant et en lâchant-prise que nous aurons les progrès les plus grands, en favorisant et en lâchant-prise.

Il y a là un paradoxe: à la fin le yoga est un chemin d'abandon, de lâcher-prise. Faire dans le yoga est un "ne pas faire". Quand laisser aller dans le flot divin devient l'idéal, l'idéal lui-même se dissout. Alors, nous sommes devenus la chose elle-même. C'est l'étape du silence intérieur permanent, de la félicité extatique, et du débordement de l'amour divin dans l'unité. C'est l'illumination. Nous arrivons à ce stade avec le temps grâce aux pratiques et en vivant pleinement notre vie. Il y a donc beaucoup de faire dans ce laisser faire. On l'appelle aussi un "abandon actif".

Voici quelques étapes qu'on peut généralement observer lorsque notre idéal choisi évolue au fil du temps avec la bahkti et les pratiques de yoga:

  • Inspiration et questions - formation de notre idéal.
  • Redirection de nos énergies d'attraction et d'aversion.
  • Ajout de pratiques pour la purification et l'ouverture.
  • Augmentation de la tranquillité et émergence de l'extase.
  • Perception plus subtile des expériences divines.
  • Abandon à la transformation neurologique (kundalini).
  • Le processus interne lui-même devient l'idéal.
  • L'idéal s'extériorise et s'étend aux autres.
  • Le service aux autres devient l'idéal - le débordement de l'amour divin (l'abandon actif).
  • Tout est ishta - unité-tranquillité en action dans le champ de l'Un.

Ces étapes peuvent se chevaucher et il est possible de ne pas toutes les traverser clairement. L'évolution de notre idéal choisi est un processus qui découle de notre purification et de notre ouverture intérieure, processus différent pour chacun en fonction de notre bhakti et de nos pratiques. Néanmoins, les étapes seront plus ou moins celles décrites ci-dessus, depuis un idéal issu de ce qui nous inspire, jusqu'à l'apparition d'expériences toujours plus palpables en nous et autour de nous et qui amènent la certitude que de grandes forces d'évolution sont à l'œuvre en nous. A mesure que nous grandissons intérieurement, notre idéal grandit, devenant plus réel chaque jour.

Donc, une icône qui nous inspire, ou une simple question comme "qui suis-je?", posée avec émotion, peuvent nous conduire à une dévotion à un idéal hautement spirituel, à beaucoup de pratiques de yoga, à une vie plus paisible et créative et finalement à une perception directe du flot divin circulant en nous et autour de nous. Tout cela conduit au divin vu comme notre propre Soi dans tous ceux que nous pouvons rencontrer. Alors cela devient la vie du soi individuel en service sacré du Soi divin. C'est une romance sans fin, en nous et autour de nous!

A partir d'une simple inspiration et de notre recherche de vérité, notre ishta évolue vers une expression pleine et entière de la vérité réalisée dans la vie quotidienne. L'idéal continue de grandir quand nous grandissons. Nous pouvons avoir le même ishta depuis le début qui va continuer à grandir en même temps que notre expansion intérieure sans fin. C'est le voyage de l'amour et du désir: de la séparation à l'union. A travers notre évolution et l'expansion de notre regard, nous dépassons les chaînes des tourbillons des opposés pour aller vers l'union de la tranquillité et de l'action. Alors notre ishta et notre voyage ne font plus qu'Un.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers