Leçon 326 - Les différentes méthodes d'enquête sur le Soi et comment franchir le fossé
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: 30 avril 2009

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

C'est un paradoxe de parler des méthodes de l'enquête sur le Soi, quand à la racine de tout cela, il n'y a qu'une raison fondamentale, l'identification de notre conscience inconditionnelle innée avec les objets de l'expérience, pensées, émotions et perceptions du monde en nous et autour de nous. Néanmoins, il y a autant de méthodes que de façons pour notre mental de nous empêtrer dans les représentations que donne le personnage que nous jouons, l'égo.

Enquêter sur le Soi peut être aussi simple que de se poser la question, « Qui suis-je? », pour ensuite la laisser aller dans la tranquillité. Si nous le faisons sincèrement, la vérité viendra en son temps. C'est simple. D'un autre côté, elle peut être aussi complexe que de continuellement disséquer les productions sans fin du mental dans notre vie quotidienne, en observant l'irréalité des histoires qui tourbillonnent sans arrêt afin de nous créer une identité dans l'espace et dans le temps. Est-ce vraiment ce que nous sommes réellement?

Que nous choisissions une approche simple ou complexe, on en revient toujours au même point: sommes-nous conscients? Sommes-nous conscients, sommes-nous présents à tout ce qui se passe derrière et au-delà des structures crées en ce moment par notre mental? Si tel est bien le cas, ne serait-ce qu'un tout petit peu, alors nous sommes bien dans le moment présent rayonnant un bonheur naturel et non plus perdu dans un passé ou un futur imaginaire. Si ce n'est pas le cas, alors la course du rat continuera aussi longtemps que nous nous identifierons avec les constructions du mental, négligeant la paix qui est toujours là pour nous dans le moment présent.

Vivre dans le présent, c'est n'être personne et tout le monde. Le mental ne sait pas ce qu'il faut en faire, si ce n'est construire tout autour encore davantage de constructions et d'histoires pour nous perdre à nouveau dans l'illusion du temps. Mais on peut dépasser le mental pour en faire un serviteur et non plus un maître. La vérité prévaudra. Gardant cela à l'esprit, examinons plusieurs méthodes d'enquête pour voir si l'une ou l'autre peut nous aider à démêler les choses pour que se révèle de façon permanente ce que nous sommes dans le moment présent:

1. Enquêtes:

  • Enquêtes ultimes: Qui suis-je? Qu'est-ce que je fais ici?
  • Enquêtes pratiques: Mon histoire est-elle vraie? Ma façon habituelle de réagir est-elle vraie?

2. Affirmations:

  • Affirmations ultimes: Je suis Cela. Vous êtes Cela. Tout ce qui est, est Cela.
  • Affirmations pratiques: Dieu est avec moi. Je survivrai à cette crise.

3. Discriminations:

  • Discriminations ultimes: Rien n'est réel. Le sens de l'égo est faux. Tout est conscience sans objets.
  • Discriminations pratiques: Cet événement ou cette chose n'est pas réel. Ni ceci, ni cela (neti, neti)

4. Acceptations:

  • Accepter un malaise ultime: Ressentir sans jugement la peine du monde
  • Accepter un malaise localisé: Ressentir la peine dans mon corps/dans mon mental sans jugement.

5. Appréciations (sans attachement):

  • Appréciation ultime: Sentir l'unité de toutes choses. Lâcher prise dans cette unité.
  • Appréciation localisée: Sentir la félicité extatique du corps, le cœur qui déborde.

Nous pourrions continuer avec davantage d'exemples et de variations dans les méthodes, mais vous avez saisi le principe. Bien des volumes ont été écrits sur les méthodes d'enquête sur le Soi. Il y a bien des approches, autant qu'il y a d'enseignants spirituels et de pratiquants. Certainement, vous avez déjà entendu parler de l'une ou l'autre de ces méthodes et peut-être en avez vous pratiqué certaines. Une fois passé l'enthousiasme initial, ne vous ont-elles pas conduit à une certaine frustration? Peut-être, êtes-vous encore en train de jouer avec? Vont-elles marcher maintenant ou le mental va-t-il, à nouveau, continuer à jouer avec lui-même?

La question à se poser est la suivante: qui cherche? Si c'est quelqu'un qui s'appelle Jean ou Marie, nous serons en présence d'une enquête non relationnelle (non établie dans le témoin) qui conduira à cette sensation d'être coincé, le mental enquêtant sur le mental. Si c'est cet homme, cette femme, un boucher, un boulanger ou un fabricant de bougies, ils iront tous vers la frustration. Il y aura un fossé...

Qui peut, dans ces conditions, se dévouer à une telle quête et avoir des résultats pratiques? Le témoin, la conscience inconditionnelle au-delà de toutes les étiquettes. Cela qui expérimente, qui est au-delà de toutes les définitions de ce que nous sommes. La conscience inconditionnelle. Le silence intérieur immuable. Le témoin.

On a fait valoir que le fait même d'enquêter révélera le témoin. Le simple acte d'observer que l'identification de notre conscience au mental est à l'origine de notre conception erronée du soi fera émerger le témoin. Peut-être, mais si c'était aussi simple, verrions nous aujourd'hui autant d'ignorance et de souffrance dans le monde? Il y en a tant qui voudraient dépasser tout cela. Il est clair que le fossé est toujours là, quelque chose est là entre l'enquête non relationnelle et relationnelle. La tendance cachée du mental à créer une séparation dans tout ce qu'il fait, y compris dans notre propre recherche, est une habitude, une habitude profondément enracinée, sans que nous en soyons conscients. On a aussi rapproché ce fossé des obstructions/des impuretés enfouies dans notre système nerveux. Comment ne plus être bloqués dans nos enquêtes? Comment ne plus être bloqués dans nos affirmations? Comment ne plus être bloqués dans nos discriminations, nos acceptations et nos appréciations? Comment ne plus être coincés dans les habitudes dysfonctionnelles de notre mental subconscient?

Si vous pensez que c'est une réclame de plus en faveur de la méditation profonde journalière, vous avez raison. Mais nous avons déjà suffisamment battu le tambour dans les leçons précédentes, nous pouvons donc supposer que vous avez les choses bien en main et que vous cultivez tous les jours le silence intérieur immuable (le témoin). Quelle est l'étape suivante? Comment saurons-nous que nous sommes prêts pour une recherche vraiment efficace? Comment, pouvons-nous commencer à franchir le fossé?

La façon dont nous percevons l'enquête sur le Soi indique l'importance du travail à faire pour cultiver le silence intérieur par d'autres moyens. Une fois acquise, ne serait-ce qu'un peu, la qualité permanente du témoin, nous serons attirés davantage par tous les domaines de la recherche du Soi. La quête deviendra plus facile et la vie meilleure. Quant à la méthode ou aux méthodes que nous utiliserons, c'est une question de choix personnel qui dépendra de notre style de vie. C'est notre expérience journalière, quelle qu'elle soit, qui va déterminer quelles seront nos interrogations, affirmations, discriminations, etc. Les possibilités sont infinies, mais les principes de base restent les mêmes. Assurez-vous des bases et le reste suivra.

Notre capacité à enquêter efficacement se remarque d'abord dans la façon dont nous prenons contact avec les sensations qui s'élèvent dans notre corps. Du fait de la connexion du corps et du mental, toutes les pensées et les émotions ont une correspondance dans notre corps que nous pouvons ressentir directement. Dans certains cas, c'est tout à fait évident. N'avez-vous jamais connu de personnes qui se sont rendues malades à force de se faire du souci?

Les malaises émotionnels et physiques cachés que nous ressentons tous les jours du fait de notre façon de penser égocentrique et dysfonctionnelle, sont moins évidents pour les autres. Si nous sommes capables d'être avec ces sensations physiques, en tant que témoin, sans mettre aucune étiquette, sans aucun jugement, alors nous pourrons constater qu'elles se défont et nous sentirons un soulagement. Non seulement les symptômes disparaîtront, mais également les dysfonctionnements qui se cachent derrière se dissiperont graduellement à travers les multiples occasions où nous appliquerons cette méthode. C'est la méthode d'enquête sur le Soi basée sur « l'acceptation ». De nos jours, elle est populaire, car elle devient de plus en plus efficace à mesure que la conscience mondiale s'élève avec une capacité innée de chacun à être plus conscient. C'est une des façons les plus faciles de tirer systématiquement avantage de l'émergence du témoin dans la vie quotidienne.

En fait, c'est une forme d'enquête que nous avons déjà utilisée dans nos premiers jours d'AYP quand nous avons appris la méditation profonde. C'est une méthode que nous pouvons utiliser pendant la méditation profonde si nous sommes tellement submergés de pensées, d'émotions ou de sensations physiques qu'il nous devient difficile de revenir au mantra. Reportez-vous à la leçon 15 pour les instructions initiales à ce sujet.

De même, dans l'activité journalière, quand nous avons une sensation mentale, émotionnelle ou un malaise physique, nous pouvons facilement permettre à notre attention de l'accompagner, sans analyse ni étiquette. Cette sensation est forcément localisée dans le corps et nous pouvons sans effort être avec elle. Nous découvrirons qu'en faisant cela nous sentirons quelque chose se dissoudre et ensuite un sentiment de détente et de joie. Ainsi, sans trop nous investir dans l'analyse de tout ce que le mental peut faire apparaître sans que cela soit vraiment dans notre intérêt, nous avons un outil permettant de normaliser les effets à long terme d'un fonctionnement mental défectueux.

En cultivant le témoin par la méditation profonde et en commençant à nous autoriser à suivre sans jugement nos pensées, émotions et sensations physiques dans notre activité journalière, nous avons les débuts d'une approche pratique de l'enquête sur le Soi. C'est un résultat naturel de notre pratique. De cette façon, nous pouvons commencer à combler le fossé entre enquête relationnelle et non relationnelle. A partir de là, nous pouvons ajouter des éléments additionnels d'enquête correspondant à nos besoins. Une fois commencée, cette recherche se développera naturellement et le mental ira vers un fonctionnement plus élevé permettant d'aider à la montée de notre illumination. C'est ce que nous examinerons dans la prochaine leçon.

En attendant, c'est à nous de décider comment commencer l'enquête sur le Soi. Il ne fait pas de doute que nous serons attirés par cette étude et qu'en temps voulu, nous trouverons notre propre chemin d'enquête compatible avec nos inclinations et notre style de vie. Personne ne peut nous dire, à l'avance, ce qu'il sera et nous serons bien avisés de ne pas imiter les déclarations des autres. Quand il s'agit de la recherche du Soi, cela ne marche pas. C'est bien pour cette raison que vous ne trouverez pas dans ces leçons beaucoup de déclarations sur la façon dont nous devons voir le monde. Vous le découvrirez par vous-même par votre expérience directe. Notre recherche est aussi une forme d'enquête sur le Soi, le voyage de notre épanouissement. Si nous sommes persévérants, nous franchirons le fossé et connaîtrons la vérité de tout ce que nous faisons, la joie rayonnante, éternelle, de vivre dans le moment présent.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers