Leçon 288 - Le pranayama yoni respiration spinale (Yoni Spinal Breathing Pranayama) - Equilibrer l'énergie dans la tête
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Lundi 6 novembre 2006

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Vous vous souvenez que dans la leçon #281 nous avons combiné la fermeture du nez utilisée avec yoni mudra kumbhaka avec la technique de la pompe cervicale, le jalandhara dynamique, pour créer "yoni pompe cervicale", une pratique hybride dense et puissante. Avant de continuer, il serait bien de revoir cette leçon.

Maintenant, nous allons offrir la possibilité de prendre un autre élément de yoni mudra pour l'ajouter à notre pratique du pranayama de la respiration spinale.

L'élément de la pratique que nous utiliserons est la poussée modérée des yeux avec les index depuis les coins en bas sur le côté externe des orbites vers l'intérieur et vers le haut en direction du point entre les sourcils, ou du centre du front, ainsi que nous le désignons quelquefois. Reportez-vous à la leçon #91 pour les détails de cette pratique. Dans le cas présent, nous ne bloquons pas les narines, nous n'utilisons pas non plus les autres éléments de la pratique de yoni mudra. Nous utilisons seulement la manœuvre doigt/œil et nous continuons notre respiration spinale telle qu'expliquée dans la leçon #41. Nous pouvons continuer les autres pratiques (siddhasana, mudras & bandhas) que nous avons l'habitude de faire avec la respiration spinale.

Quant à savoir ce qu'il faut faire avec les bras en pratiquant la manœuvre doigt/œil pendant la respiration spinale, l'important est d'être confortable. Certains aimeront garder les coudes en l'air, ou les reposer sur un support. D'autres peuvent préférer laisser les coudes pendre sur les côtés du torse, ou reposer aisément contre le torse. Nous devons faire de ce qui marche le mieux pour nous. Le seul critère est d'être à l'aise afin de ne pas être distrait inutilement de notre pratique de la respiration spinale. Comme avec les autres pratiques que nous intégrons à la respiration spinale et nous en avons ajouté un certain nombre, il y aura sans doute une période maladroite où les choses sembleront un peu bizarres, une nouvelle position, de nouvelles énergies en mouvement, etc. Nous commençons en douceur sans rien forcer, revenant en arrière si c'est trop, et reprenant cette nouvelle adjonction à la pratique si et quand nous avons l'inspiration de le faire. Nous la gardons aussi légère et facile que possible. Avec le temps et une douce persuasion, nous développerons l'habitude d'une application efficace des additions dans notre respiration spinale aussi bien que dans toutes les autres pratiques.

Qu'avons-nous gagné en ajoutant cette pression sur les yeux pendant le pranayama de la respiration spinale? Eh bien, plusieurs choses.

Premièrement, nous pouvons choisir la durée pendant laquelle nous allons utiliser cette partie de yoni mudra. Si nous sommes à l'aise, nous pouvons l'utiliser pendant toute la durée de notre pratique de la respiration spinale, 5,10 minutes ou même davantage en fonction de la pratique habituelle que nous avons construite avec le temps. Si, utiliser cette manœuvre doigt/œil sur toute la durée de notre respiration spinale n'est pas confortable, nous pouvons l'arrêter à n'importe quel moment et continuer notre respiration spinale toute seule. Nous ne forçons pas, nous agissons ainsi avec l'addition de n'importe quelle pratique à notre respiration spinale.

Deuxièmement, s'il y a déjà un peu de conductivité extatique qui monte dans le système nerveux, la manœuvre doigt/œil tendra à l'accentuer, parfois de façon spectaculaire. En effet, pousser légèrement les yeux de cette façon, en ajoutant un léger froncement de sourcil au centre du front avec sambhavi mudra, augmente fortement la stimulation de la zone du cerveau correspondant à ajna, le troisième œil. Cela correspond à la neurobiologie qui s'étend du centre du front, en face de la glande pituitaire, jusqu'en arrière vers le centre du cerveau, la glande pinéale, et jusqu'en bas vers le bulbe rachidien, le tronc cérébral. Comme nous le savons, la position physique des yeux peut avoir un effet spectaculaire sur le courant énergétique dans la tête. La manœuvre doigt/œil augmente cet effet.

Troisièmement, s'il y a eu des obstructions énergétiques dans la tête que la respiration spinale seule n'a pas réussi à dissoudre en un temps raisonnable, ajouter la manœuvre doigt/œil peut aider à dissoudre de telles obstructions et à améliorer l'équilibre du courant d'énergie dans la tête. Des symptômes énergétiques courants comme une pression au front, à l'arrière de la tête, ou ailleurs dans la tête, peuvent être soulagés en ajoutant, avec modération, la manœuvre doigt/œil.

Comme avec les autres pratiques que nous discutons, le "self-pacing" est très important quand vous envisagez d'ajouter la manœuvre doigt/œil à votre respiration spinale. Nous devrions être confortable dans notre routine de respiration spinale et dans la pratique de la méditation profonde, de même que nous devrions être à l'aise avec yoni mudra kumbhaka et les autres mudras et bandhas. En d'autres mots, cette nouvelle pratique hybride est pour ceux qui ont déjà une bonne expérience de toutes les pratiques déjà abordées dans ces leçons. Nous cherchons maintenant à perfectionner notre pratique pour être plus efficaces et efficients. De même qu'avec toutes nos pratiques, notre confort et notre sécurité avec cette nouvelle addition dépendront en tout premier lieu de notre capacité à gérer ce que nous faisons en fonction des expériences qui en résultent. Si nos pratiques habituelles ne sont ni calmes ni stables, nous ne devrions pas en ajouter de nouvelles. S'il y a de l'agitation dans nos pratiques ou dans notre vie de tous les jours, nous devrions gérer le problème en réduisant nos pratiques jusqu'à ce que notre routine soit redevenue stable et notre vie journalière raisonnablement tranquille.

Une question peut se poser, si nous faisons déjà yoni pompe cervicale et que maintenant nous améliorons notre respiration spinale avec la manœuvre doigt/œil, est-il encore nécessaire de faire yoni mudra kumbhaka en tant que pratique séparée? En fait, c'est à l'appréciation du pratiquant. Yoni mudra kumbhaka peut être poursuivie durant le temps usuel dans le cadre de l'ensemble de la routine de pratiques. Ou bien, elle peut être abandonnée si yoni pompe cervicale et yoni respiration spinale sont pratiquées toutes les deux. Avec ces deux pratiques hybrides, tous les éléments de yoni mudra sont couverts, la manœuvre doigt/œil avec la respiration spinale et le kumbhaka, la rétention du souffle, avec la pompe cervicale, le tout intégré avec siddhasana et le reste des mudras et bandhas. C'est vraiment à vous de choisir. Pour ceux qui sont pressés, faire les deux pratiques hybrides sans faire yoni mudra kumbhaka en tant que pratique séparée peut leur permettre de gagner du temps. Si nous choisissons de gagner du temps en renonçant à faire yoni mudra kumbhaka, nous avons quand même les éléments de yoni mudra pendant le temps imparti en les utilisant dans la pompe cervicale et dans la respiration spinale. En fait, nous pouvons ainsi augmenter le temps de la manœuvre doigt/œil en l'utilisant dans la respiration spinale puisque pour la plupart d'entre nous la respiration spinale dure plus longtemps dans notre routine que yoni mudra kumbhaka.

D'un autre côté, ceux qui sont très attachés à la pratique de yoni mudra kumbhaka ne doivent pas se sentir obligés de rationaliser leurs pratiques avec les méthodes hybrides. En fait, les deux sortes de pratiques peuvent être faites dans la même routine. Assurez-vous simplement de revenir en arrière si nécessaire (self-pace). Ajouter les pratiques hybrides tout en continuant yoni mudra kumbhaka comme avant revient à multiplier par deux la pratique de yoni mudra. Même si nous voulons tous aller aussi vite que possible sur la route de l'illumination, quelquefois dans notre routine en faire moins revient à en faire plus. Tous ceux qui pratiquent depuis un certain temps le savent bien par expérience directe. Une bonne gestion des pratiques ("Self-pacing") est très importante pour maintenir une progression confortable.

En définitive, yoni pompe cervicale et le pranayama yoni respiration spinale ne sont pas présentées comme des pratiques de base d'AYP et, si nécessaire, peuvent être complètement omises. En fait, c'est vrai de tout ce qu'il y a dans les leçons. AYP est une approche que chacun doit gérer lui-même, et c'est toujours le pratiquant qui est dans le siège du conducteur. De même que pour tout le contenu de ces leçons, les pratiques hybrides sont des améliorations optionnelles que nous pouvons utiliser si notre propre bhakti, notre désir spirituel, nous l'inspire.

Davantage de perfectionnements et d'additions aux pratiques seront proposés à mesure que nous continuerons d'avancer sur la route de la science du yoga et de ses applications.

En vous souhaitant le meilleur sur le chemin que vous avez choisi. Bon courage!

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers