Leçon 269 - Aller vers la pratique du samyama, mouvoir le silence intérieur vers l'extérieur
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Dimanche 3 juillet 2005

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: La dernière fois où je vous ai écrit, j'avais éveillé ma kundalini et ma méditation était une relation passionnée, turbulente et dramatique avec la shakti.Je me plaignais de la distraction provoquée par la béatitude qui me frappait. C'est seulement maintenant que je récupère d'en avoir un peu trop fait.

Vous avez expliqué (dans la leçon #258) que je devais travailler davantage sur l'autre moitié de l'équation, l'aspect shiva. En conséquence, je me suis consacré plusieurs mois à la méditation et au pranayama, cherchant l'équilibre, mais restant davantage sur l'aspect shakti des choses. J'ai obtenu quelque tranquillité, mais la sensation du sacré qui en a résulté a mis le feu à ma shakti, le résultat étant une tranquillité paisible... qui à nouveau a remis le feu à ma shakti et ainsi de suite. Je me sens comme une lampe à lave spirituelle.

Ensuite, j'ai abandonné ma pratique pendant un mois. Même si pendant cet intervalle j'étais vraiment au plus bas, il subsistait un fil d'argent: quand j'ai repris, ma kundalini s'était endormie, de sorte que j'ai pu travailler dans le calme, sans feux d'artifice. Pour la première fois, j'ai pu obtenir une tranquillité si profonde que mon métabolisme s'est ralenti; respirant à peine, le cœur battant tout doucement. Pendant une séance, j'ai réussi vraiment à entrer en samadhi, après j'ai eu la sensation étrange de quelqu'un très vivant et très proche touchant mon front, non pas pour donner shaktipat, mais pour donner encore plus de tranquillité. Je n'ai pas vraiment compris ce qui s'était passé, mais j'ai aimé le résultat.

Depuis j'ai réveillé ma kundalini. Certaines séances de méditation sont tout à fait calmes (quoique toujours avec un courant souterrain qui crépite), d'autres sont plus wagnériennes (quoique toujours avec un courant souterrain de calme). La tranquillité est là dans ma vie, je deviens inébranlable. Hier, j'ai marché trempée, sans parapluie, à travers une énorme averse et je me sentais comme d'habitude, les précipitations frénétiques autour de moi ne pouvaient pas me toucher. Comme cela. Rien n'avait vraiment d'importance.

Toutefois, ce calme sous-jacent a ralenti ma bhakti. Je me soucie comme d'une guigne d'obtenir ou non l'illumination. J'ai perdu ma soif spirituelle d'aller de l'avant. Tout m'est devenu égal. Je deviens comme un gros nounours bayant aux corneilles.

J'ai deux questions:

  1. Ai-je été trop loin de l'autre côté, trop de shiva et trop peu de shakti? Mon sentiment est que la réponse est non; la kundalini et la shakti sont vivantes, je sens que le couple shiva/shakti est en train d'atteindre un équilibre et quoi qu'il en soit, la shakti reste encore un peu plus forte. En conséquence... le fait d'être blasée (mais pas apathique) envers davantage de pratiques n'est-il qu'un palier?
  2. Comme précédemment, j'en avais trop fait, je suis restée très simple dans ma pratique: 10 minutes de pranayama standard (avec mulabandha et sambhavi) et 20 minutes de méditation standard (avec simplement les jambes croisées). J'avais choisi de ne pas ajouter siddhasana, pensant plus sage de ne pas cultiver encore davantage d'énergie à la racine. J'ai l'impression d'avoir tendance à me laisser aller dans ma gestion des pratiques (je parierai que vous ne voyez pas souvent le cas) et qu'il me faudrait en ajouter de nouvelles pour redémarrer. Cela vous paraît-il juste?

Si oui, qu'ajouter? J'ai envie d'élargir le mantra et le samyama (bien sûr, avec quelques semaines d'intervalle) mais ce serait en faire trop. Bastrika serait bien (j'aimerais raffiner un peu plus la purification), mais d'abord je devrais faire yoni mudra kumbhaka et la pompe cervicale. Devrais-je plutôt m'en tenir à siddhasana qui est, après tout le pas suivant avec AYP? J'hésite, car je ne suis pas sûre d'avoir besoin maintenant de plus d'énergie sauvage dans la pratique; j'aimerais travailler à élargir et raffiner, et ajouter siddhasana quand l'énergie que je mets en mouvement dans le pranayama commence à être inadéquate. Si aucun avis définitif ne vous vient à l'esprit, pas de problème, je m'en tiendrai à ce qui vient naturellement!

R: Il semble que vous faites tout à fait bien. Gardez à l'esprit que la routine intégrée de base que vous avez maintenant surpasse ce que font bien des kriya, mantra ou hatha yogis. Quel que soit le palier où vous en êtes il enlève des pelletées d'éons de karma sous-jacents. Même si nous n'avons pas l'impression d'avancer, nous le faisons... ce qui veut dire que le sentiment d'être « blasé » n'est qu'une phase temporaire. C'est le silence intérieur qui vient et se tient en quelque sorte en retrait des activités extérieures, y compris des pensées et des sentiments. En temps voulu, le silence intérieur (le Soi) est perçu comme étant l'activité elle-même. Pas de quoi être blasé. Par contre totalement en paix et totalement libre en même temps. Comme dit l'adage « vivre dans le monde, sans être du monde ». Et, en même temps, nous sommes le monde.

Quant à ce que vous devez faire ensuite, si vous voulez mettre l'accent sur le côté shiva (le silence intérieur) pendant un certain temps, c'est très bien de mettre la pédale douce sur les techniques du hatha-yoga (siddhasana, yoni mudra kumbhaka, kechari, pompe cervicale, bastrika, etc.). Quand vous reprendrez à nouveau les méthodes de hatha yoga, je vous suggère de les prendre dans l'ordre. Vous pouvez faire siddhasana très légèrement, ce n'est pas tout ou rien. Il peut être essayé en douceur sur plusieurs mois ce qui ne devrait pas être un problème quand on a des compétences en hatha yoga. Vous saurez ce que vous devez faire.

Quant à ce qu'il faut faire maintenant, je pense qu'il est encore trop tôt pour enrichir le mantra. Vous venez juste de reprendre la méditation. Donnez-lui 3 à 6 mois avant d'aller plus loin. Un changement de mantra est un ajustement important prenant au moins tout ce temps pour s'établir, quand vous commencez un enrichissement du mantra donnez-lui au moins autant de temps avant de commencer une autre pratique.

En ce qui concerne le samyama, ainsi qu'expliqué dans la leçon #150, il est possible de commencer dès que monte un peu de silence intérieur, pour autant que la routine de méditation soit bien stable. C'est la condition essentielle requise. Vous l'avez maintenant, considérez en conséquence que le samyama pourrait être la prochaine étape. Donnez au samyama 3 à 6 mois avant de prendre également un enrichissement du mantra. Avant, vous pouvez prendre davantage de méthodes de hatha si cela reste confortable, mais donner au samyama au moins un ou deux mois avant de jouer avec quoi que ce soit de nouveau.

Le samyama commencera à mouvoir le silence intérieur vers les manifestations externes de l'énergie dans les pensées, les sentiments et l'environnement physique. La sensation d'être blasée commencera à se détendre partout, mais, en règle générale, pas à la façon d'une kundalini sauvage. Plutôt à la manière de davantage de silence intérieur en action. Un nouveau pas du silence intérieur tout à fait unique et merveilleux. Il peut se manifester aussi physiquement (vous pouvez être un peu « secoué » ou « sautiller »), mais en règle générale pas comme dans une expérience de kundalini sauvage, mais plutôt de façon plus profonde et plus épurée. Le samyama cultive en même temps les trois étapes de l'illumination, le silence intérieur, la conductivité extatique et l'unité.

En conséquence, essayez peut-être de passer au samyama. Ensuite, un peu plus tard, examinez la possibilité des étapes suivantes de hatha. Ensuite, une fois le samyama stable et le hatha raisonnablement bien cadré, vous pouvez envisager un enrichissement du mantra. Ce sont des suggestions. Cela peut être fait dans n'importe quel ordre raisonnable qui marche bien pour vous. C'est simplement une perspective sur un chemin possible pour avancer tenant compte de là où vous en êtes maintenant.

Par-dessus tout, allez toujours à votre propre rythme, dans la joie!

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers