Leçon 231 - Q&R - Des pièces poussiéreuses
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 24 août 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Je médite depuis environ cinq mois et ces jours-ci une chose bizarre arrive dans ma vie. Jusqu'à maintenant j'étais plutôt un bon gars rencontrant les autres, cherchant à les aider, heureux d'être en groupe, etc. J'avais apparemment de bonnes relations avec tout le monde et j'étais connu pour être quelqu'un de sympathique. Dernièrement je suis devenu trop introverti, avec une sorte de désintérêt des autres, restant avec moi-même, évitant les autres. En fait, ma relation avec ma famille n'est non plus pas très bonne. Il y a en quelque sorte une tristesse non dite qui rode autour. Je suis heureux d'être avec moi-même mais avoir des gens autour de moi n'est pas très confortable. Les gens ne me comprennent plus. Cela paraît étrange mais c'est ce qui arrive. Je suis vraiment dans de sales draps. Est-ce la méditation? Ou, quelque émotion profonde? Ayez la gentillesse de m'aider. Je veux redevenir le même bon gars que j'étais avant.

En ce qui concerne l'aspect technique de la méditation dès que je pose le bout de ma langue sur le palais j'ai un goût de sel et très vite j'ai la sensation très forte d'avoir à vomir quelque chose et cela continue jusqu'à ce que j'enlève ma langue du palais. S'il vous plait, dites-moi ce que je dois faire. Puisse Dieu vous bénir.

R: Merci d'avoir écrit pour partager.
Vous êtes toujours la même personne aimante et sympathique, et même davantage. Ce qui se passe est une purification de vôtre système nerveux résultant des pratiques, un peu trop de purification pour que cela reste confortable. C'est une perturbation temporaire qui peut être corrigée. Elle indique une sensitivité à la méditation et à vos autres pratiques. La sensitivité est une bonne chose. Elle montre que votre système nerveux veut vraiment s'ouvrir. D'un autre côté cela montre aussi que vous devez gérer vos pratiques de manière à éviter d'avoir chaque jour autant de purification. Cela peut causer le genre de symptômes que vous décrivez: solitude, irritabilité, humeur sombre, etc. Il peut également se produire des symptômes physiques comme vous le constatez avec kechari. Imaginez que vous vivez dans une grande maison et que vous venez tout juste de découvrir plusieurs pièces nouvelles. Elles sont pleines de poussière et vous voulez les nettoyer. Si vous y allez en agitant un balai dans toutes les directions, la poussière s'envolera en grandes quantités et vous vous précipiterez au-dehors en éternuant. Mieux vaut faire un petit balayage à la fois, ramasser la poussière et l'enlever petit à petit. Les pièces peuvent alors être nettoyées sans provoquer quantité de perturbations dans la maison. Le système nerveux est semblable à cette maison. Quand nous commençons la méditation nous entrons dans des secteurs nouveaux qui n'ont pas été très actifs jusqu'à maintenant. Si nous faisons trop de pratiques il est possible de faire s'envoler une grande quantité de poussières. C'est cela qui peut provoquer les symptômes inconfortables, les variations d'humeur, etc. C'est étrange, car les mêmes pratiques de méditation et de pranayama faites en équilibre avec l'activité nous rendrons plus joyeux qu'avant.

Dans votre cas, la solution est de réduire les pratiques en sorte d'avoir un bon nettoyage sans pour autant perturber votre vie. Tout d'abord, assurez-vous d'avoir un repos suffisant en sortant de chaque méditation. Au moins cinq à dix minutes. Il est bien d'être allongé pendant cette période. Cela permet à la « poussière » des impuretés sortie pendant les pratiques de se dissiper avant la reprise de nos activités. Si nous nous levons trop tôt, il peut y avoir de l'irritabilité ou une humeur maussade dans l'activité. Si sortir des pratiques plus lentement ne vous aide pas, diminuez votre temps de méditation de cinq minutes. Si, après quelques jours, cela ne marche toujours pas, essayez d'enlever encore cinq minutes et ainsi de suite. Ce processus est discuté dans les leçons #160 et #200. Si vous recherchez dans le topic index1 sous « self pacing » vous trouverez davantage de références sur ce sujet. C'est une capacité très importante à développer surtout pour ceux qui ont une grande sensibilité aux pratiques. Nous aurons tous cette sensibilité à un moment ou l'autre sur notre chemin vers l'illumination. Personne ne peut faire le voyage sans adapter sa pratique de temps à autre. Purifier le système nerveux avec les pratiques est comme de conduire une voiture à travers un paysage varié. Nous devons être attentifs aux changements de la route et ajuster notre conduite en conséquence. Le confort est le tout premier voyant à surveiller. Si de l'inconfort apparaît c'est le signal d'avoir à ajuster nos pratiques. Il vaut également la peine d'envisager la respiration spinale. Vous n'en parlez pas. Si vous ne la pratiquez pas, vous pourriez essayer de faire cinq minutes avant la méditation à chaque session et voir si cela aide vos émotions pendant la journée. Cela aidera souvent en cas de déséquilibre énergétique dans le système nerveux. En fait, la respiration spinale est un des meilleurs remèdes pour les déséquilibres énergétiques dans notre boîte à outils yogique. Pensez-y aussi. En ce qui concerne l'inconfort que vous ressentez dans kechari (la langue partant vers l'arrière), c'est aussi une sensibilité à la pratique, kechari faisant sortir beaucoup d'impuretés. C'est une bonne chose, mais de nouveau nous voulons que cela se produise d'une façon mesurée qui ne déséquilibre pas notre vie. Avec le temps tout s'éclaircit et la pure conscience de félicité et l'extase divine brillent largement à travers nous. Au long du chemin nous en aurons de nombreux aperçus à mesure que cela s'élève graduellement pour devenir une réalité permanente dans notre vie. Vous êtes cette merveilleuse personne aimante que vous avez toujours été. Vous le serez encore davantage car c'est votre vraie nature. Appliquez une bonne gestion de vos pratiques et vous trouverez un rythme plus doux. N'ayez pas peur d'expérimenter avec votre routine pour obtenir l'équilibre exact entre les pratiques et votre expérience dans la vie de tous les jours. Le voyage doit être à la fois progressif et agréable. Cherchez cela... Je vous souhaite tout le succès sur le chemin spirituel que vous avez choisi.

Le gourou est en vous


N.d.T.:

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers