Leçon 210 - Q&R - Gérer le yoga automatique et les siddhis
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mercredi 16 juin 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: J'ai besoin d'une petite clarification. En faisant la méditation profonde, je me mets automatiquement en jalandhara (le menton pressé sur la poitrine). Si j'essaie de corriger la posture, le sentiment d'être "bien dedans", qui s'installe depuis que j'ai commencé à méditer, disparaît. Si je ne sors pas de jalandhara, je ne suis pas distrait, mais me demande si cela ne m'éloigne pas de la "façon juste" de méditer. Je vous prie de me conseiller.

R: Les manifestations physiques de yoga automatique sont courantes pendant la méditation et le samyama. La raison en est que puisque nous somme plongés dans notre conscience de pure félicité, le système nerveux ressent la nécessité de faciliter le processus de purification. Votre approche qui consiste à favoriser votre méditation au moyen de l'attention est la bonne. Si notre corps va dans une certaine direction, nous ne luttons pas contre cela, mais nous ne nous y attachons pas, non plus. C'est exactement comme la façon dont nous traitons les pensées ou quoi que ce soit d'autre qui se produit pendant notre méditation. Nous n'avons pas à nous soucier du jalandhara, qu'il soit là ou pas. Il s'occupera de lui-même tout seul pendant que nous nous occuperons de la méditation.

Je peux vous dire avec certitude que le yoga automatique changera avec la poursuite de nos pratiques jour après jour. Nous prenons les choses comme elles viennent sans nous en préoccuper. C'est de la purification. Le jalandhara laissera la place à d'autres manifestations de l'énergie. D'autres personnes ont écrit pour dire que leur tête partait en arrière, leur poitrine en avant, qu'elles avaient des secousses, de la respiration rapide (le bastrika automatique), des sanglots et tout ce que vous voulez. Avec samyama cela peut devenir encore plus spectaculaire, comme de faire des bonds sur son lit ou de rugir comme un lion. Nous traitons tout cela de la même façon en favorisant sans effort la pratique que nous sommes en train de faire. Les siddhis (pouvoirs) se produisant dans les premières étapes, ce qui est inévitable avec la pratique de samyama, devront être traités de la même manière: quand ils se produisent nous revenons sans effort à notre pratique. C'est de la purification qui se produit dans le système nerveux.

Le yoga automatique est un symptôme de la pratique, pas la pratique elle-même. Le mieux que nous ayons à faire est de revenir aux causes premières, la méditation, le pranayama, le samyama et les autres pratiques. Le yoga automatique est un indicateur de progrès sur le chemin qui mène à l'illumination et devrait s'atténuer à mesure que notre système nerveux se purifie davantage. Moins il y aura de frictions (d'obstructions) dans le système nerveux, moins il y aura de mouvements physiques et plus ce sera agréable intérieurement.

A la fin nous serons assis là, l'air tout à fait ordinaire, emplis de vagues océaniques de félicité extatique. Seul le rayonnement de l'amour divin nous trahira.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers