Leçon 199 - Réussir l'ouverture du sommet de la tête
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 25 mai 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Une fois sur le chemin du yoga, il n'est pas difficile d'ouvrir le sommet de la tête. L'astuce est de l'ouvrir de façon à faciliter un voyage doux et progressif sur la voie du yoga. Si nous le faisons trop tôt, avant d'avoir une purification adéquate de notre système nerveux, nous risquons de nous retrouver confrontés à bon nombre de difficultés dues aux excès de la kundalini du fait que tout notre être s'épuise à s'accorder avec cet énorme appel d'énergie montant à travers la couronne. Il est très important de comprendre la dynamique de la couronne en relation avec la purification qui a lieu dans le reste du corps, et de s'engager dans les pratiques de manière à purifier le système nerveux tout entier tout en ouvrant en même temps le sommet de la tête. Ce n'est pas aussi difficile qu'on pourrait le penser une fois que l'on utilise une bonne intégration des pratiques. En fait, si vous utilisez les pratiques avancées de yoga telles qu'elles ont été expliquées dans les leçons, c'est ce que vous faites depuis déjà quelque temps. C'est le meilleur moyen d'ouvrir le sommet de la tête, mais de façon indirecte, sans se focaliser dessus, ce qui ne se fera que beaucoup plus tard.

La couronne est aussi appelé "sahasrar", le lotus aux mille pétales situé au sommet de la tête. Physiquement cela correspond à la corona radiata (couronne rayonnante), un amas de nerfs situé près du sommet de la tête, au dessus des deux principaux ventricules du cerveau. Quand elle est inactive, l'énergie repose là, comme une "calotte" que l'on ne peut pas percevoir. Quand elle est éveillée par l'attention, la calotte se tourne vers le haut pour former une coupe, ou une corolle de fleur, le lotus aux mille pétales. Lorsqu'elle est ainsi tournée vers le haut, on dit qu'elle est éveillée ou bien ouverte. On ne peut pas le manquer parce que quand la couronne fonctionne à plein régime, elle nous tire vers le haut, de l'intérieur, comme un aspirateur spirituel. Ce tirage vers le haut, peut être ressenti profondément dans les reins. La kundalini ne peut résister à la tentation d'un sommet de la tête ouvert et se précipite vers lui. Le problème c'est que si notre système nerveux, entre la racine et le sommet de la tête n'est pas suffisamment purifié, l'énergie de la kundalini va commencer à tout déchirer sur son passage en cherchant à monter vers la couronne. C'est ce qui donne ce que l'on appelle les symptômes excessifs de kundalini qui peuvent également comprendre une contrepartie de difficultés émotionnelles.

Nombre de traditions encourage les pratiques pour aller vers le sommet de la tête très tôt dans le yoga. Quelques unes commencent même par là. Les résultats sont prévisibles: des pratiquants avec des problèmes de kundalini. Un certain nombre de personnes dans cette situation sont venues chercher un soulagement dans ces leçons. D'autres font l'expérience de ce que l'on appelle un "éveil spontané" de la kundalini. Bien que je ne puisse le prouver, je pense que ces éveils spontanés sont aussi le résultat de pratiques de yoga qui se sont portées sur la couronne de façon prématurée, mais dans une vie passée plutôt que dans cette vie-ci. De telles personnes naissent dans cette vie « programmées" pour un éveil spontané en raison de ces pratiques antérieures oubliées depuis longtemps et des déséquilibres emmagasinés en profondeur dans le système nerveux. L'éveil prématuré de la couronne est la cause numéro un des symptômes excessifs de kundalini. Peut-être même la seule cause.

Heureusement, de bonnes pratiques pour éveiller le sommet de la tête, en tandem avec la purification du reste du système nerveux aident également à aplanir les déséquilibres énergétiques hérités du passé. Pour nous tous c'est une bonne nouvelle, pour ceux qui ont une énergie stable et qui veulent finir le voyage, et pour ceux qui sont tombés du train en raison de difficultés avec la kundalini et qui veulent rétablir la situation pour poursuivre et finir eux aussi le voyage.

Expliquons la dynamique de la couronne en relation avec le reste du système nerveux. Dans une leçon récente sur la formation du mantra, j'ai mentionné le fait que la sushumna fait comme une fourche au milieu de la tête. Une branche part vers l'avant vers le point entre les sourcils et l'autre monte jusqu'au centre de la couronne. Dans la respiration spinale, notre attention se porte sur la branche qui va vers l'avant et nous parcourons le nerf spinal de manière répétée avec notre souffle, entre la racine et le point entre les sourcils. En agissant ainsi, nous cultivons et nous purifions le nerf spinal sur ce trajet. Il en résulte un rayonnement de force de vie purifiante (prana) qui va dans toutes les directions dans le système nerveux depuis le nerf spinal.

Ce rayonnement d'énergie émanant du nerf spinal monte également dans l'autre branche de la fourche vers le sommet de la tête. Nous n'y pensons même pas. Nous ne portons pas notre attention sur la couronne. Néanmoins, la respiration de la colonne vertébrale entre la racine et le point entre les sourcils purifie la couronne de cette façon là, de même qu'elle purifie tout le reste du système nerveux. Un effet semblable a lieu avec la méditation profonde. Avec le mantra I AM, le sommet de la tête est naturellement imprégné par le silence intérieur et graduellement purifié avec tout le reste du système nerveux. Avec les perfectionnements du mantra, nous élargissons graduellement le champ d'action du mantra ce qui sert plusieurs buts. L'un de ces buts est d'amener davantage d'influence de purification au sommet de la tête sans y focaliser l'attention directement. Cela se fait par la résonance de la vibration du mantra en profondeur. Samyama amplifie l'influence du silence intérieur dans le système nerveux en mettant en mouvement la conscience silencieuse de l'intérieur vers l'extérieur dans différentes directions à travers le système nerveux, et la couronne reçoit sa part de ce silence du siddhi en mouvement.

Avec le temps nous ajoutons de nombreuses autres pratiques pour stimuler la purification du nerf spinal, les mudras, les bandhas, siddhasana, yoni mudra, kechari, la pompe cervicale, le bastrika spinal et ainsi de suite. Toutes ces pratiques ouvrent la couronne par des influences indirectes. En éveillant le nerf spinal entre le troisième œil et la racine, nous éveillons automatiquement le sommet de la tête.

Un point de repère dans notre parcours est l'éveil de la conductivité extatique. C'est un éveil en douceur, progressif et extatique de la kundalini. On le reconnaît facilement par la connexion directe qui se met en place entre sambhavi et les sensations agréables stimulées à la racine. A partir de là, la conductivité extatique se poursuit de manière progressive avec notre pratique quotidienne continue. Une fois que la conductivité extatique se produit, nous sommes capables d'observer clairement, pour nous-même, en quoi consiste la connexion entre la couronne qui s'éveille graduellement et le reste de notre système nerveux. Si nous plaçons notre attention tout en haut dans la corolle de la fleur qui s'ouvre au sommet de la tête, nous ressentirons qu'elle nous tire de façon extatique vers le haut, intérieurement, depuis la racine jusque tout en haut. N'en faites pas une pratique prolongée, même avec la conductivité extatique éveillée, il est possible de dépasser le seuil acceptable et de faire l'expérience de courants énergétiques trop puissants et d'en ressentir les conséquences sur le plan émotionnel. En d'autres termes, la conductivité extatique n'est pas un permis nous autorisant à aller directement au sommet de la tête. Mais nous pouvons expérimenter un peu de temps en temps et nous habituer à sentir ce qui est stable et ce qui ne l'est pas. Habituellement, tout excès léger au sommet de la tête expérimenté de cette façon passera en quelques heures, ou en une journée, avant que l'énergie ne retrouve son équilibre.

Nous pouvons toucher aussi le sommet de la tête avec notre attention pour de courtes périodes une fois la conductivité extatique éveillée, parce que nous avons aussi éveillé le troisième œil. Avoir la sushumna éveillée entre le troisième œil et la racine, nous donne une stabilité que nous n'avions pas auparavant, ainsi qu'un équilibre énergétique intérieur naturel que nous pouvons retrouver à tout moment en laissant la conductivité se mettre en place entre le troisième œil et la racine. C'est le pouvoir d'un éveil du troisième œil. Il y a très peu de chose qui puisse le déstabiliser une fois que la conductivité extatique parcourt le nerf spinal de la racine au troisième œil. C'est la raison pour laquelle le troisième œil (ajna), veut dire "commande". Avec la conductivité extatique qui s'élève dans la sushumna, entre le troisième œil et la racine, nous sommes maîtres du processus de la kundalini, et nous en retirons également une jouissance extatique.

Comme cela a été dit, cela ne veut pas dire que nous pouvons nous précipiter vers le sommet de la tête. Même un petit dérapage au sommet de la tête pourrait se révéler peu agréable, alors pourquoi s'y risquer. Certains m'ont demandé "pourquoi ne pourrais-je pas passer de la respiration de la colonne vertébrale du troisième œil à la racine à une respiration de la racine à la couronne?" Il y a deux raisons à cela. La première c'est que ça court-circuite l'activation continue de l'éveil du troisième œil à la racine. La deuxième c'est que ça fait porter principalement l'attention au sommet de la tête, ce qui augmentera l'instabilité des courants d'énergie. Donc ne changez pas votre pratique de la respiration de la colonne vertébrale. Ce ne serait pas stable, même pour des yogis et des yoginis avancés. Continuez simplement la respiration de la colonne vertébrale entre le troisième œil et la racine, la méditation profonde et tout ce qui a été vu, et toutes les ouvertures continueront à se faire rapidement et sans heurt, y compris au sommet de la tête.

Si l'on "teste" de temps en temps le fait de porter l'attention sur le sommet de la tête, finalement ces tests deviendront plus stables. Mettre sa conscience de façon brève et occasionnelle sur la couronne ne sera pas la cause de cette stabilité. Cela servira simplement à savoir jusqu'à quel point la purification s'est faite au sommet de la tête en même temps que dans le reste du système nerveux. Toute la stabilité qui s'installe provient de nos pratiques intégrées de yoga avancé. Une fois qu'une certaine stabilité se met en place, nous serons capables de placer notre attention sur la couronne pendant quelques minutes sans souffrir de difficultés énergétiques ou d'un contrecoup émotionnel par la suite. C'est à ce moment là, et seulement à ce moment là que nous aurons la possibilité en toute sécurité de décider de laisser notre attention reposer au sommet de la tête pendant un certain temps à la fin de nos pratiques avant notre période de repos. Nous pourrons avoir une position inclinée ou allongée selon notre choix, et utiliser sambhavi à mesure que nous laissons notre attention pénétrer la splendide corolle tournée vers le haut tout en contemplant la sushumna radieuse et lumineuse montant à travers le milieu de notre corps. Sambhavi ajoute davantage de félicité extatique et de stabilité en activant le troisième œil en même temps que le sommet de la tête est stimulé par l'attention. Il est possible que nous percevions la couronne comme une fleur, ou bien comme une coupe, rouge ou bien argentée ou encore blanche. Ou encore violette. Elle peut se présenter sous de nombreuses couleurs. Certains peuvent la percevoir comme un cobra qui s'élève avec un grand capuchon déployé. Quelque soit la façon dont nous la voyons, c'est la manière dont nous ressentons qu'elle nous tire vers le haut qui sera l'expérience commune. A mesure que l'ouverture de la couronne et que notre système nerveux pratiquement purifié parviennent à maturité, nous sommes tirés vers le haut sans subir le chaos et les désagréments qui sont si communs aux éveils prématurés. Nous sommes tirés vers une pure félicité extatique. Alors nous pouvons nous abandonner...

Nous pouvons être partis et ne pas savoir ou nous étions. Ou nous pouvons avoir des visions célestes. Mais lorsque nous revenons en tout cas, c'est comme si nous étions nouveau, illuminé, radieux comme jamais auparavant. C'est le début de l'expérience d'un sommet de la tête éveillé.

Une fois devenus stables dans nos visites au sommet de la tête, nous pouvons y jouer un rôle plus actif. Néanmoins nous conservons inchangées toutes nos pratiques avancées de yoga. Mais nous pouvons ajouter quelque chose. J'en ai parlé dans la dernière leçon sur le bastrika ciblé. Une fois que le système nerveux a été suffisamment purifié pour pouvoir véhiculer le flot d'énergie stimulé par une couronne ouverte et active, nous pouvons y rajouter un travail plus ciblé. Une des façons les plus efficaces de le faire est d'utiliser le bastrika ciblé entre la couronne et la racine. Nous pouvons le faire que notre couronne soit tournée vers le haut, ouverte ou bien fermée. Dans le premier cas c'est plus intense. Nous pouvons utiliser sambhavi et les autres mudras et bandhas pendant que nous faisons le bastrika ciblé entre la couronne et la racine. Il y a une chose que nous ne faisons pas, c'est de le pratiquer tant que tous les prérequis nécessaires au bastrika ciblé n'ont pas été établis ou bien encore si nous n'avons pas fait les tests du développement progressif de la couronne de la façon indiquée plus haut. Si, nous portons prématurément l'attention sur la couronne, nous le saurons dans les quelques heures qui suivent. Ceci concerne plus particulièrement le bastrika ciblé, qui est une stimulation directe et puissante du sommet de la tête. Donc lorsque le bastrika ciblé est entrepris au sommet de la tête, cela doit être fait en quantité très modérée d'abord, pas plus d'une minute à la fois au début. Si le résultat est stable et bon dans l'activité, alors on pourra augmenter minute par minute. Cette pratique est faite aux mêmes moments que les autres formes de bastrika ciblé, à la fin des pratiques assises, avant le repos. L'effet de cette pratique est d'amener l'environnement de la couronne dans notre vie de tous les jours. A quoi cela ressemble-t-il? Au "paradis sur terre" est la réponse qui vient à l'esprit.

Poursuivez vos pratiques et soyez attentifs à ne pas aller trop vite de l'avant pour quoi que ce soit. Si vous le faites, vous ne tarderez pas à le savoir car les choses deviendront inconfortables. Dans ce cas, il faut revenir en arrière immédiatement pour retrouver une plateforme de pratiques qui soit stable. Parfois on avance plus vite en revenant un peu en arrière.

Il est bon d'être obstiné en ce qui concerne le fait de pratiquer notre séance de yoga deux fois par jour. Il n'est pas aussi bon d'être obstiné à vouloir en faire trop. Cela est particulièrement vrai pour tout ce que nous faisons à la couronne.

Continuez d'avancer à un rythme égal et régulier et vous arriverez en temps voulu à votre destination, la félicité extatique sans fin et un déversement ininterrompu d'amour divin!

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers