Leçon 197 - Q&R - Sensations dans la pratique de kechari
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Lundi 24 mai 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Encore merci pour vos leçons. Il est intéressant de noter que plusieurs fois j'étais sur le point de poser une question et à chaque fois vous avez traité de cette question avant même que je n'aie pu vous la poser. J'ai une question concernant kechari mudra. Chaque fois que j'ai essayé de le faire dans le passé, au bout d'un petit moment j'ai eu une sensation de brûlure dans la langue et dans le palais. Comme si j'avais touché une prise de courant avec ma langue. Quand cela se produit, je dois arrêter de faire le mudra car la sensation est trop forte.

Avez-vous une idée de ce qui se passe?

R: Il est intéressant de voir comme les réponses nous viennent lorsque nous sommes prêts à les entendre. Elles peuvent venir de ces leçons où bien encore d'ailleurs. C'est notre désir qui attire la connaissance spirituelle. Notre désir spirituel est accru par la pratique du yoga, de la sorte il y a une incitation à continuer à vouloir accéder à des pratiques plus élevées.

Une telle sensation de brûlure dans kechari est une purification transitoire des nerfs et de toute la biochimie impliquée et ne durera pas. Je suppose que vous parlez du niveau un de kechari, lorsque la langue est levée et retournée confortablement contre le palais.

Dans le niveau deux de kechari, lorsque la langue est derrière et au dessus du voile du palais il peut aussi y avoir au début des sensations de brûlure ou de picotement. Même bien plus tard on peut avoir parfois cette sensation de picotement. C'est quelque chose de cyclique en rapport avec le processus de purification en cours. La plupart du temps le pharynx nasal est favorable au niveau deux de kechari. Parfois ce n'est pas le cas. Donc nous faisons ce qui marche bien, au stade où l'on est. Cela vaut autant pour le niveau un de kechari que pour le niveau deux et pour toutes les autres pratiques de yoga. Nous ne forçons pas les choses.

Lorsque vous vous arrêtez à cause de l'intensité de l'expérience, vous faites exactement ce qu'il convient de faire. Vous serez incité à recommencer bien assez tôt.

Tous ces symptômes et toutes ces perturbations disparaissent à mesure que la purification du système nerveux progresse. Nous appliquons toujours une douce pression dans nos pratiques de yoga, en avançant lorsque nous le pouvons et en nous retenant lorsqu'un symptôme gênant se manifeste. De cette manière, nous continuons d'avancer confortablement sur la route qui nous conduit à la félicité extatique et à l'illumination.

Dans ce processus la pratique de kechari est une partie importante de l'évolution. C'est un pas vers la conductivité extatique de tout le corps et se produit automatiquement quand le système nerveux est prêt. Notre bhakti nous tire vers le haut.

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers