Leçon 188 - Q&R - Le mantra, structure 101
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Jeudi 13 mai 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Note préliminaire du traducteur: nous avons conservé l'orthographe anglaise du mantra SHREE, mais sa prononciation est [shri].

Q: Vous déclarez que "I AM" peut se prononcer comme AYAM, c'est très proche, si ce n'est la même chose, du bija-mantra tantrique AYEIM. Les deux sont-ils identiques?

Sur quoi se basent le premier et le deuxième perfectionnement du mantra? Je veux dire que vous les avez probablement élaborés sur la base de nombreuses années d'expérience, et dans de nombreux cas la connaissance qui nous vient de notre expérience est difficile à expliquer intellectuellement. Néanmoins, j'aimerais quand même savoir comment vous êtes parvenu à ce mantra car je n'ai jamais vu ce mantra, ou quoi que ce soit de semblable dans aucun des textes tantriques classiques du mantra shastra. Comment se fait il que le mantra soit SHREE OM SHREE OM I AM I AM NAMAH et non pas quelque chose du genre SHREE OM I AM I AM NAMAH? Pourquoi y a-t il deux SHREE suivis de OM?

Pourquoi SHREE ne se termine-t il pas avec M, c'est-à-dire SHREEM, comme on le voit habituellement dans les mantras.

R: Merci d'avoir écrit, en particulier pour poser des questions sur ce sujet. Je cherchais justement l'inspiration pour poster une leçon sur la structure des mantras. Nous pourrions l'appeler la "structure 101 du mantra". Comme pour de nombreuses choses présentées dans ces leçons, les approches traditionnelles sont respectées, mais nous n'y adhérons pas forcément de façon stricte si l'expérience directe nous propose une solution plus optimale pour notre yoga.

Si la prononciation est la même que celle de I AM, alors AYAM ou AYEIM ne sont pas différents du point de vue du mantra. Il peut y avoir différentes significations en sanskrit selon comment on les écrit, mais cela n'a pas d'importance. C'est la vibration que nous utilisons. Si vous faites une recherche sur internet en tapant "sanskrit ayam" et "sanskrit ayeim", vous verrez que l'on trouve les deux utilisés dans de nombreux mantras. Il y a aussi une version musulmane qui s'épelle AYYAM.

Par contre, si AYEIM se prononce AYEEM (ayim) alors, ce ne sont plus les mêmes mantras. AM et EEM (im) vont dans des directions opposées dans le système nerveux. Quiconque ressent un peu de conductivité extatique peut facilement s'en rendre compte. Cette "sensation" est la base de la façon dont les mantras sont construits dans ces leçons. Ils ne sont pas basés uniquement sur les écritures. En fait nous ne nous réclamons d'aucune écriture. Bien sûr, rien n'est tiré de rien. Les syllabes sont familières et on les rencontre dans des textes vénérables, bien que l'ordre dans lequel on les trouve ici puisse être un peu différent.

Les syllabes des mantras sont comme des diapasons dans le système nerveux. Chaque vibration résonne dans une partie différente de notre circuit intérieur. Ceci est vrai, que l'on ait éveillé ou non la conductivité extatique. La différence réside dans le fait que lorsque l'on a éveillé la conductivité extatique dans notre système nerveux, les effets peuvent être observés dans le corps, il s'agit alors d'expérience. Nos sens intérieurs nous permettent cette expérience avec une tonalité extatique. L'effet de résonance d'une syllabe, dans la profondeur du silence intérieur du mental, déloge les obstructions d'une manière particulière qui est unique et propre à cette syllabe. Avec ce feedback basé sur l'expérience, et en connaissant l'ordre le plus sûr et le plus efficace dans lequel notre système nerveux doit s'éveiller, en particulier le nerf spinal, alors les mantras peuvent être assemblés de la façon qui convient. Soyons un peu plus précis.

I AM (peu importe comment on l'écrit) résonne sur toute la longueur du nerf spinal, du troisième œil à la racine.

Cela n'a pas été mentionné précédemment dans les leçons, on y a seulement fait allusion. Cela n'a pas été dit car je ne veux pas encourager qui que ce soit à penser le mantra dans une région particulière du corps. Le mantra résonne naturellement dans la région particulière du système nerveux avec laquelle il est accordé. Nous n'avons pas besoin de l'aider en le dirigeant ici ou là. En fait, en agissant ainsi nous interférons avec la résonance naturelle. Donc ne localisez pas le mantra, d'accord? Simplement amenez-le à l'esprit sans faire d'effort où qu'il se trouve, comme toujours, et laissez le se raffiner. Si I AM se fait sentir dans le pied, ou bien n'importe où ailleurs, il résonnera quand même du troisième œil à la racine. Tout comme un diapason fera vibrer la corde correspondante d'un instrument si on l'en approche.

Cela étant dit, vous pouvez maintenant, si vous le souhaitez, faire une petite expérience en observant bien. Si vous pensez le son "I" (prononcez AY), peut être pourrez-vous percevoir la sensation subtile dans la tête sortant à travers le centre des sourcils. Si ce n'est pas le cas, cela n'a pas d'importance. C'est à cet endroit qu'elle vibre naturellement. Pas besoin de l'aider ou d'essayer de la ressentir. C'est là qu'elle se trouve. Maintenant, si vous pensez au son "AM", peut être le sentirez vous descendre naturellement dans le centre du corps. Si ce n'est pas le cas, ça n'a pas d'importance. Quand la conductivité extatique s'élèvera en vous, vous le ressentirez. Qu'on le ressente ou pas n'a aucune influence sur l'efficacité du mantra. Le fait de le ressentir traduit uniquement le degré de purification de notre système nerveux et le degré de conductivité extatique qui s'élève en nous (kundalini). Nous en ferons tous l'expérience si nous persévérons dans notre pratique quotidienne. Quand nous ressentons le mantra de manière extatique comme nous venons de le décrire, et que nous remarquons que notre attention a dérivé vers l'observation des sensations, de la localisation de celles-ci dans le corps etc., nous traitons cela comme nous le ferions pour toutes les autres expériences qui se présentent à nous, et nous revenons sans effort à notre mantra. Rien ne change dans notre façon de méditer. Seules les expériences changent pour devenir plus extatiques, plus divines. Nous devons donc veiller à ne pas être accaparés par elles pendant la méditation et nos autres pratiques.

Comme il a été dit dans des leçons précédentes, I AM est un mantra "bipolaire". La raison en est sa résonance dans le nerf spinal. "I" est lié à Shiva et "AM" à Shakti. Avec ce mantra nous amenons le mental à l'immobilité de telle façon que le nerf spinal soit purifié sur toute sa longueur. En utilisant un mantra qui résonne entre le troisième œil et la racine, nous suivons la voie d'éveil la plus sûre et la plus équilibrée, tout comme nous le faisons dans le pranayama de la respiration de la colonne vertébrale. Les deux pratiques sont des méthodes parallèles, toutes deux, chacune de son coté, travaillent à purifier le nerf spinal dans le système nerveux. Les deux pratiques, faites à la suite, (la respiration de la colonne vertébrale et ensuite la méditation), éveillent et stabilisent nos énergies extatiques ainsi que notre silence intérieur qui ensemble émanent naturellement du nerf spinal.

Avec le premier perfectionnement du mantra, SHREE SHREE I AM I AM, nous faisons deux nouvelles choses. Tout d'abord nous augmentons le nombre de syllabes du mantra, ce qui élargit notre balayage du subconscient en purifiant un chemin plus large à travers notre système nerveux. Cela ralenti également notre descente dans la conscience de pure félicité, et nous permet quand nous en ressortons d'en ramener davantage avec nous. Plus de syllabes font plus de purification et stabilisent davantage de silence intérieur dans le système nerveux. Pourquoi pas un seul SHREE ou pourquoi pas trois? Nous aurions pu progresser plus lentement, en commençant avec un seul SHREE, puis nous en aurions ajouté un deuxième plus tard. De cette manière nous aurions eu deux perfectionnements au lieu d'un seul. Je n'ai pas pensé qu'il était nécessaire de faire de si petits pas. Aurons-nous trois SHREE par la suite? Ce n'est pas prévu pour le moment. Avec le deuxième perfectionnement que nous avons ajouté aux deux SHREE, cela fait déjà un mantra tout à fait correct et bien assez long. Plus qu'il n'en faut pour faire le travail.

La raison de l'utilisation de SHREE est de donner une nouvelle direction à la purification de notre système nerveux en élargissant pour la première fois le champ d'action du mantra au-delà de la résonance qui nous est familière et qui va du troisième œil à la racine en suivant le nerf spinal. De quelle direction s'agit-il? La direction vers le sommet de la tête. SHREE nous mène tout droit, par le nerf spinal, au sommet de la tête. Au centre de la tête, le nerf spinal (sushumna) se partage en deux. A partir de là, il va dans deux directions. D'abord en direction du troisième œil, le point entre les sourcils. Ensuite en direction du sommet de la tête, tout droit au milieu de la corona radiata, au dessus de la glande pinéale et des ventricules du cerveau, tout droit directement. Avec la résonance de SHREE au sommet de la tête, nous commençons à purifier cette zone en relation avec le nerf spinal tout entier. SHREE est la transcription phonétique de SRI, donc ce n'est pas la même chose que SHREEM, pour répondre à votre question.

Voilà pour le premier perfectionnement du mantra.

Un mot concernant le sommet de la tête. Au début lorsque nous avons commencé à parler de la kundalini, nous avons dit qu'aller au sommet de la tête de façon prématurée pouvait créer toutes sortes de problèmes dans le système nerveux. Nous avons à cette occasion cité l'exemple de Gopi Krishna et de son voyage cauchemardesque, bien documenté, vers l'illumination. L'ouverture du nerf spinal du troisième œil à la racine est la voie la plus sure et la plus agréable pour purifier et ouvrir le système nerveux, c'est également un chemin rapide. Ceci est reconnu dans certaines traditions mais pas vraiment dans d'autres. Comme nous sommes des voyageurs avisés, nous utilisons le chemin qui va du troisième œil à la racine, à la fois dans la respiration de la colonne vertébrale et dans la méditation. Et pour la plupart d'entre nous le cheminement est très progressif et tout en douceur. Lorsque nous ouvrons le nerf spinal du troisième œil à la racine, nous touchons aussi au sommet de la tête. C'est inévitable car les deux sont reliés au milieu du cerveau. Quiconque fait l'expérience de la conductivité extatique dans le chemin qui mène au troisième œil fera également l'expérience d'une ouverture extatique de la couronne. La différence est que comme c'est le troisième œil qui mène, le processus ne risque pas de s'emballer sous forme de symptômes de kundalini excessifs, comme cela risque de se produire lorsque c'est le sommet de la tête qui dirige la progression. Donc nous suivons cette voie-là, nous ouvrons le troisième œil sans retenue et nous laissons le sommet de la tête suivre en toute sécurité. Ensuite, il vient un moment où le sommet de la tête est suffisamment purifié "par osmose" de l'ouverture du troisième œil et donc, nous pouvons adopter une approche plus directe du sommet de la tête. C'est pour cette raison que nous ajoutons SHREE (et aussi OM) dans notre mantra, et nous aborderons également une approche plus directe du sommet de la tête avec le pranayama dans quelques leçons prochainement. Donc, vous le voyez, nous nous dirigeons vers le sommet de la tête, mais à notre vitesse et à notre façon, en évitant prudemment les conséquences à long terme que peut produire une ouverture prématurée de la couronne.

Le troisième œil est comme notre fenêtre sur le divin et nous pouvons accomplir beaucoup de choses en entrant ou en sortant par là. Il est contrôlé (ajna signifie "contrôle"), sûr, très extatique et il doit être ouvert. Le sommet de la tête, sahasrara-chakra (le lotus aux mille pétales) est comme notre toit, une fois que nous l'ouvrons, nous nous dissolvons facilement dans le divin. On peut le contrôler un tant soit peu, mais on ne peut pas avoir le contrôle que l'on obtient lorsque nous fonctionnons à travers le troisième œil. Lorsque nous arriverons au moment où nous aurons purifié le sommet de la tête, à la fois indirectement par le troisième œil, puis plus tard directement en montant tout droit, nous serons prêt à nous abandonner sur l'autel de notre couronne, et alors, à ce moment là, nous partirons dans la félicité extatique. Quand nous reviendrons, nous ne travaillerons plus pour nous-même. Nous travaillerons alors pour le Soi en tout, nous serons devenus Cela. Il ne s'agit pas d'une transition instantanée. Cela se fait sur des années, voire même des dizaines d'années. C'est la transformation spirituelle humaine. Donc, je voulais qu'il soit clair que nous n'avons jamais eu l'intention de toujours éviter le sommet de la tête. Seulement d'attendre que le moment soit venu. Vous saurez dans votre cœur quand ce sera le moment, et ces pratiques ont pour but de vous donner les grandes lignes à ce sujet et de vous fournir les outils nécessaires.

Le deuxième perfectionnement du mantra (SHREE OM SHREE OM I AM I AM NAMAH) ajoute davantage de syllabes pour la même raison que mentionnée précédemment, c'est-à-dire un balayage beaucoup plus large du subconscient et introduit ce composant puissant qu'est OM. OM résonne naturellement dans la medulla oblongata, le bulbe rachidien, pour se répandre partout dans le système nerveux et au-delà. N'oubliez pas que nous n'essayons pas de localiser le mantra dans une région particulière de notre corps. L'effet de diapason marchera d'autant mieux que nous prendrons le mantra sans effort, en suivant la méthode de méditation que nous avons donnée au départ dans les premières leçons. Le système nerveux sait déjà comment réagir au mantra de manière appropriée. Tout ce que nous avons à faire, c'est d'utiliser le mantra correctement et tout ira bien.

OM mérite bien sa réputation d'être "la mère de tous les mantras". C'est le son primordial profondément extatique de ce que nous sommes, qui se manifeste depuis la conscience de pure félicité. Comme nous l'avons expliqué dans la leçon sur le deuxième perfectionnement, nous devons nous y préparer avant de l'utiliser dans la méditation profonde. Sinon il risque de tout mettre sens dessus dessous. Dans le meilleur des cas, OM est "une extase dévastatrice" dans la méditation profonde, en particulier lorsque la conductivité extatique commence à se manifester. Ce serait trop pour quelqu'un qui adopte le deuxième perfectionnement du mantra de façon prématurée. Alors, pas de précipitation. Vous saurez lorsque vous serez prêt. Pour savoir quand "passer à la vitesse supérieure", utilisez les conseils donnés dans cette leçon.

OM est associé à SHREE pour une raison et se place en deuxième position pour une autre raison. Il est associé pour maintenir la polarité entre la couronne (SHREE) et le reste du système nerveux qui résonne avec OM. C'est une autre dimension de la relation d'équilibre entre Shiva et Shakti, dans le cas présent entre le sommet de la tête et la medulla oblongata. C'est une manifestation de l'association Shiva Shakti qui est beaucoup plus dynamique et va beaucoup plus loin que I AM, qui continue son chemin également. D'autre part, OM est placé après SHREE pour une plus longue durée de sa vibration. SHREE OM pénètre dans le corps et OM SHREE en sort. C'est une distinction qui crée une différence positive dont on peut remarquer les effets si on la perçoit à travers les sensations internes de la conductivité extatique. Pour terminer, NAMAH est ajouté pour ses syllabes et en tant que transition traditionnelle dans la répétition du mantra. Il résonne de façon extatique dans le cœur, cultive la bhakti et a un effet purifiant dans tout le système nerveux.

Je me rends bien compte que nous avons tous dû faire confiance lorsque nous avons reçu nos mantras enseignés par d'autres qui étaient sensés savoir, qui les tenaient des écritures. Mais vous voyez, je pense que cela va changer avec ce nouvel âge qui voit le jour à mesure que la conductivité extatique se manifeste chez de plus en plus de personnes. Nous avons déjà dans ce groupe des gens dont la kundalini est éveillée et qui peuvent sans doute juger par eux-mêmes de la façon dont les syllabes du mantra résonnent dans leur système nerveux. En d'autres termes, si maintenant, vous me croyez sur parole, moi ou bien quelqu'un d'autre, dans le futur vous ne serez pas obligé de le faire. Tout ce dont vous avez besoin c'est d'éveiller la conductivité extatique au moyen de la pratique. Quiconque le fait "verra" les effets des mantras intérieurement et pourra savoir par lui-même ce qu'il en est. Alors la preuve découlera de la pratique et vous n'aurez nul besoin de croire qui que ce soit sur parole.

Bon, ça fait beaucoup de choses d'un seul coup. J'espère sincèrement que cela ne distraira pas qui que ce soit de la pratique simple qui consiste à favoriser le mantra et à laisser les choses se faire de façon naturelle pendant la méditation. Rien de ce qui a été écrit ici n'est nécessaire pour pratiquer la méditation de façon correcte, et en effet cela peut détourner notre attention. Donc rangez tout cela dans le tiroir "nourriture pour la bhakti" et continuez à apprécier votre voyage vers l'illumination en utilisant la pratique aisée de la méditation profonde.

Le gourou est en vous

Addition (12 novembre 2009), reprise de "AYP Easy Lessons book": http://www.aypsite.org/books.html#ayp1

Méditation - Troisième perfectionnement du mantra

Un troisième perfectionnement du mantra est offert dans ce supplément à la leçon 188. Il ne devrait pas être essayé avant que le deuxième perfectionnement ne soit bien assimilé et que la méditation se passe en douceur. Ce perfectionnement est simple, il s'agit d'ajouter deux syllabes supplémentaires sous la forme d'un autre NAMAH, de sorte que le troisième perfectionnement du mantra est le suivant:

...SHREE OM SHREE OM I AM I AM NAMAH NAMAH...

Quand nous utilisons le mantra pour faciliter la marche naturelle du mental vers l'immobilité, cela élargit l'empreinte du mantra dans notre conscience d'un pas supplémentaire, produisant un coup de balai plus large à travers le mental et le système nerveux. Avec ce mantra, une fois atteinte l'immobilité, nous aurons avec nous davantage de silence intérieur quand nous retournerons à nos activités journalières. Tel est le but de la méditation, infuser notre système nerveux et toutes nos activités de la qualité du silence intérieur de pure conscience de félicité. Alors nous saurons que nous sommes en relation avec tout ce qui existe dans le temps et dans l'espace. Nous sommes Cela...

Le gourou est en vous

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers