Leçon 160 - Q&R - Une extrême sensibilité à la méditation. Que faire?
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Vendredi 9 avril 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Après 5 - 7 minutes de méditation, des couleurs comme l'orange, le jaune, le vert et le bleu foncé sous forme de lumière brillante apparaissent devant mes yeux. Cela reste une minute ou deux et je commence à avoir mal à la tête et je ne peux plus méditer. Je sors de méditation et je dors car j'ai la tête très lourde. Le soir, quand je dors après avoir médité, j'ai des rêves très violents comme une femme qui se fait violer et d'autres actions très destructrices. La sensation est si réelle que cela fait peur. Ce genre de choses ne m'est jamais arrivé auparavant. Les jours où je ne médite pas, je n'ai pas ces rêves. J'ai très envie de continuer à méditer, mais ces expériences deviennent un obstacle. J'aimerais beaucoup votre avis.

R: Merci d'avoir écrit pour nous faire partager votre expérience.

Vous faites partie de ces personnes peu nombreuses qui sont très sensibles à la méditation et pour qui grand nombre d'obstructions sont dissoutes en même temps et très rapidement avec juste un petit peu de pratique.

La chose à faire, c'est de trouver le juste équilibre dans la pratique pour que vous puissiez permettre aux obstructions d'être dissoutes pendant la méditation sans que cela ne continue après. Cela nécessite d'essayer différentes possibilités pour trouver l'équilibre. Si vous êtes déterminé, vous pourrez y arriver. Voici quelques suggestions. Expérimentez-les jusqu'à ce que vous trouviez une routine stable.

D'abord, essayez de méditer dix minutes seulement, le matin avant le petit déjeuner pendant quelques jours. Après, allongez-vous pendant cinq à dix minutes, ou plus longtemps si vous avez un sentiment d'inconfort. Prendre un temps suffisant pour "sortir" de la méditation est très important, en particulier si vous éliminez beaucoup de choses pendant la méditation. Voyez si vous pouvez établir une routine confortable en ne faisant le matin que dix minutes de méditation plus le repos. Si vous le pouvez, alors essayez d'ajouter une deuxième séance de dix minutes en fin d'après midi, avant le dîner, assez éloignée du coucher.

Si des sensations fortes ou des maux de tête se produisent pendant la méditation, arrêtez le mantra et restez simplement assis, laissez l'attention se porter sans effort sur la sensation. Ce sont des obstructions qui se dissolvent, et le fait de porter l'attention dessus sans effort et sans le mantra aidera à les dissoudre. Si c'est trop, comme ce que vous avez décrit, alors allongez vous et continuez à laisser l'attention aller sans effort vers la sensation. Ne forcez pas du tout l'attention. Utilisez-la sans effort. Essayez de ne pas vous lever avant que la sensation ne soit dissipée. A ce moment là vous saurez que le processus de dissolution est terminé. Ne méditez pas au-delà du temps que vous vous êtes fixé, ce qui inclus le temps passé dans les pensées, les sensations etc. Tout ce qui se produit dans le temps fixé (dix minutes dans ce cas) est considéré comme faisant partie de la méditation.

Assurez vous d'avoir une activité suffisante pendant la journée et le soir après la méditation. C'est important pour stabiliser la purification qui se produit dans le système nerveux pendant la méditation. Soyez avec des gens, ayez des activités familiales, marchez, faites des activités créatrices ou rendez service, quel que soit ce que votre cœur vous dicte.

Ne méditez pas immédiatement avant de vous coucher. Méditez toujours avant d'avoir une activité.

Si vous parvenez à une bonne stabilité deux fois par jour avec dix minutes et que vous vous sentez bien dans l'activité pendant la journée et le soir (et dans le sommeil aussi), alors essayez deux fois quinze minutes par jour. Si tout va bien, après quelques semaines ou quelques mois, essayez vingt minutes. Si vous ressentez de l'inconfort et si vous avez l'impression que vous méditez trop longtemps, alors revenez au niveau précédent où vous étiez à l'aise et restez-y pendant un certain temps.

Ajustez votre pratique en fonction de votre expérience. C'est la clé pour le succès sur le long terme pour toutes les pratiques, trouver une pratique quotidienne que l'on garde pendant des mois et des années.

Une autre chose que vous pouvez essayer, c'est un peu de respiration de la colonne vertébrale avant la méditation (cinq minutes environ), comme elle a été décrite dans les leçons. Cela peut aider à rendre la méditation plus douce. La respiration de la colonne vertébrale est très bonne pour équilibrer les énergies agitées dans le système nerveux, ce qui inclus le mental et les émotions. Finalement, vous pouvez aussi essayer quelques asanas simples, des étirements et des flexions (cinq à dix minutes) avant la respiration de la colonne vertébrale et la méditation. Il est possible que la respiration de la colonne vertébrale vous aide à ce stade. Ou peut-être seulement les asanas. Ou bien les deux. Ou aucun des deux. Vous ne pouvez le savoir qu'en essayant.

Peut-être trouverez vous que seuls les asanas une ou deux fois par jour, avec ou sans respiration de la colonne vertébrale, et sans la méditation, sont ce qu'il vous faut pendant un certain temps, jusqu'à ce que les obstructions soient suffisamment éliminées de votre système nerveux. Par la suite, vous pourrez essayer d'ajouter la méditation. Là où il y a une volonté, là il y a un chemin.

Ce sont là quelques options à envisager pour trouver une routine stable. Je vous souhaite de réussir.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers