Leçon 99 - Q&R - Les pratiques, en amont et en aval
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mercredi 28 janvier 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Je désire vous donner un retour, et chercher des conseils supplémentaires pour me guider.

Premièrement:
le pranayama a eu un effet calmant presque immédiat, réduisant l'intensité du déchaînement des tempêtes émotionnelles dont je faisais l'expérience. Je suis actuellement, et jusqu'à présent, à l'aise dans les pratiques jusqu'à yoni mudra kumbhaka non inclus. A l'aise dans le sens où, quoi que je me sente toujours un peu maladroit dans les pratiques, je n'ai pas eu de montées d'énergie et de déséquilibre.

J'ai bien essayé yoni mudra kumbhaka un jour, mais trois jours plus tard après des hauts et des bas émotionnels de grande amplitude, j'avais l'impression que mon système nerveux avait été passé à la friteuse, j'étais totalement épuisé. Donc j'ai très rapidement fait marche arrière en ce qui concerne cette pratique pour le moment.

Deuxièmement, les questions:

  • bien que j'ai eu ce que je pourrais décrire comme deux expériences culminantes (dont une avant même d'avoir jamais médité), je ne ressens pas la sensation de félicité ou quoi que ce soit de semblable. La plupart du temps, la méditation est juste une " méditation". Si je me laisse aller à une forme ou une autre d'attente, cela devient très vite frustant. Des suggestions, des commentaires?
  • je suis en général capable de diriger l'énergie à volonté, y compris la kundalini, pourtant mon "corps" semble incapable de faire face à l'énergie si j'agis ainsi. C'est un peu comme d'avoir une voiture de course sans huile dans le moteur. Si vous le démarrez, il explose. A nouveau, les suggestions ou les commentaires que vous pourrez faire seront les bienvenus.

R: Je suis content que la respiration de la colonne vertébrale ait pu vous aider. C'est une pratique merveilleuse, non seulement pour équilibrer, mais aussi pour éveiller de manière sûre et progressive, l'union de Shiva et de Shakti dans la sushumna et partout ailleurs, sous la forme d'expérience de la montée de la conductivité extatique. De plus, cette pratique renforce l'effet de la méditation ce qui est la raison première pour la pratiquer. Si vous avez ajouté mulabandha, sambhavi et siddhasana dans une période aussi courte sans avoir de surcharge, alors tout marche de façon fantastique. Yoni mudra kumbhaka est une autre grande étape. Elle monte le volume de tout le reste. Même seulement quelques minutes de pratique a beaucoup d'effet. Lorsque vous aurez envie de l'essayer à nouveau, ne faites qu'une répétition, et voyez ce qui se passe. Il peut y avoir une action à retardement avec le kumbhaka, comme le confirme votre expérience. Il faut que vous ressentiez comment les choses vont avec elle de façon très prudente. Pour l'instant vous faites la pause qui permet de souffler. Rien ne presse. Vous saurez lorsque vous serez prêt à nouveau pour essayer.

En ce qui concerne le fait de "diriger l'énergie" où vous voulez, c'est une lame à double tranchant. Cela peut amener de l'extase, ou nous faire frire intérieurement. C'est vraiment prématuré de le faire si cela conduit aux difficultés que vous décrivez. Et c'est peu recommandé si vous le faites en dehors de la structure des pratiques, bien que nous soyons tous curieux de voir ce que nous sommes capables de faire intérieurement.

Que vous fassiez bouger l'énergie vous-même ou dans des pratiques structurées (telles que les bandhas, les mudras, siddhasana et kumbhaka), ce qu'il faut c'est bien davantage de "purification globale" du système nerveux. Ceci s'obtient par la méditation et la respiration de la colonne vertébrale. Si la méditation est difficile (ennuyeuse, frustrante, inconfortable, etc.) parfois, cela veut dire que beaucoup de nettoyage s'effectue, cela même qui est nécessaire pour ôter la source des blocages que vous avez trouvés dans votre chemin. L'inconfort peut être minimisé en suivant les conseils qui ont été donnés. Revoyez les leçons du début pour savoir comment faire face aux différents problémes qui peuvent se présenter pendant la méditation. Rappelez-vous que les attentes sont considérées comme toutes les autres pensées qui apparaissent pendant la méditation, et nous revenons sans effort au mantra. Prenez toujours suffisamment de temps lorsque vous sortez de la méditation. Si vous ne le faites pas, vous risquez de ressentir de l'irritabilité et de l'inconfort pendant la journée.

C'est dans la méditation que vous pouvez faire le plus pour pouvoir en faire plus dans la partie finale des pratiques (yoni mudra, etc.). Il vous faut faire davantage de pratiques en amont pour que cela vous aide en aval.

Vous pouvez faire beaucoup pour accroître la profondeur, la puissance et la douceur de votre méditation. La longueur de la méditation convient maintenant. Vingt minutes est une durée optimale pour la plupart des gens. Si vous faites des asanas avant le pranayama, cela sera pour vous un pas supplémentaire vers l'intériorisation, et cela aidera à ce que les choses se passent en douceur. Ensuite, si le pranayama se passe en douceur, vous pouvez l'allonger très progressivement dans le temps, et cela vous permettra d'aller plus profondément avant de vous plonger dans la méditation. Essayez d'ajouter cinq minutes de pranayama. Si tout se passe bien pendant quelques semaines, alors essayez d'ajouter encore cinq minutes. La respiration de la colonne vertébrale n'aidera pas seulement votre méditation, mais elle "dirigera votre énergie" d'une manière plus équilibrée pour votre éveil. Dirigez votre énergie, vers le haut et vers le bas dans la sushumna, entre le troisième oeil et la racine, dans la respiration de la colonne vertébrale, ainsi vous accomplirez le maximum avec le moins de risque possible d'avoir des problèmes.

Si vous arrivez à faire dix minutes d'asanas, vingt minutes de pranayama et vingt minutes de méditation, ce sera par camions entiers que vous ferez votre nettoyage global. Si tout cela se passe en douceur, cela mettra quantité d'huile dans votre voiture de course, vous nettoierez et lubrifierez votre système nerveux pour permettre à davantage de prana de s'écouler. Vous saurez que cela fonctionne lorsque vous pourrez faire yoni mudra kumbhaka sans déclenchement émotionnel, mais avec de l'extase à la place. Vous retirerez également davantage de plaisir des autres pratiques. Il se peut que cela prenne du temps pour arriver à ce niveau, mais vous serez sur la bonne voie si vous vous focalisez davantage sur les pratiques en amont. Vous semblez avoir pris un peu d'avance sur votre système nerveux avec votre flot d'énergie. Il vous faut revenir un peu en arrière et prendre soin de bien nettoyer votre véhicule. Il n'y a vraiment pas d'autre moyen, à moins que vous ne vouliez suivre la voie de Gopi Krishna en ayant trop d'énergie circulant à l'intérieur, et passer des années dans les difficultés, jusqu'à ce que finalement le système nerveux ait été nettoyé par le feu intérieur et que la fumée se dissipe. Ce n'est pas un très bon raccourci. Ce peut être plus amusant que ça.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers