Leçon 68 - Q&R- La relation entre la bhakti et les traumatismes
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Lundi 5 janvier 2004

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Il y a quatre ans, mon frère et moi nous avons eu un accident de voiture. J'ai survécu, mais pas mon frère. Après cela ma vie est devenue un enfer, j'étais emplie de chagrin, de culpabilité, de colère et de désespoir. Puis quelque chose c'est produit. Je n'en pouvais plus. J'espérais désespérément une réponse, et quelque chose a lâché en moi. Immédiatement, la connaissance spirituelle a commencé à couler dans ma vie. Et j'ai su ce que je ferai le restant de mes jours. Votre leçon sur la bhakti a une résonance en moi, bien que mon expérience n'ait pas été graduelle. Elle est apparue de façon soudaine dans mon état de traumatisme, et mon état émotionnel continue de me faire avancer rapidement. Qu'en pensez vous?

R: Les expériences traumatisantes peuvent souvent conduire à un éveil. Bien que la perte soudaine d'un être cher ne puisse jamais être compensée complètement par quoi que ce soit, si nous sommes capables de nous ouvrir, le processus de bhakti essaiera sans aucun doute de le faire. Les émotions sont telles, que le plus petit lâcher prise, la plus petite réorientation de l'énergie émotionnelle aura des résultats spectaculaires. Aucun d'entre nous ne se porterait volontaire pour pareille mission, mais cela se produit dans la vie.

Lorsque nous subissons un traumatisme, que ce soit la perte de quelqu'un que l'on aime, la perte de la santé, ou toute autre dislocation de notre vie, un cycle de chagrin se met en route. Cela commence par l'incrédulité, puis cela peut passer par le refus, ensuite la colère pour descendre enfin la longue pente émotionnelle qui conduit au désespoir. Pour la plupart d'entre nous, nous avons très peu de contrôle de ce processus lorsque cela se produit. Puis, à un moment donné, il y a comme un lâcher prise. Cela peut être des mois plus tard, des années plus tard ou des décennies plus tard. Peut-être même ce lâcher prise ne se produit jamais chez certaines personnes. Chacun est différent. Quand cela se produit, c'est un moment crucial dans le processus. Crucial dans le sens ou nous pouvons, émotionnellement, revenir vers un état ressemblant à celui que nous connaissions avant l'événement traumatisant. C'est normal d'essayer de retrouver cet état. Ou bien nous pouvons nous laisser plonger dans un espace divin, comme vous l'avez fait. Ce point dans le processus du chagrin est une sorte de carrefour.

Là encore, on retrouve la première impulsion de bhakti, la question: « Y a-t-il quelque chose de plus? » Si cette question est présente sous une forme ou sous une autre, l'énergie émotionnelle se précipitera dedans. Cette question est un lâcher prise, et le début de la manifestation de notre ishta, en nous, notre idéal le plus élevé. C'est aussi le début de la manifestation du gourou, et les réponses sont stimulées dans notre environnement extérieur par ça.

C'est une ouverture, une réceptivité, un lâcher prise qui permet l'effet bhakti. Dès que nous abandonnons nos émotions à un but plus élevé, elles deviennent énergie divine qui se précipite pour entrer. Les expériences traumatiques nous mettent dans une position dans laquelle nous n'avons guère d'autre choix que de nous abandonner ou de faire face à de nombreuses années de malheur. C'est un choix à faire qui est beaucoup plus tranché que celui de s'engager dans la quête divine lorsque nous ne sommes confrontés qu'à des hauts et des bas de peu d'amplitude dans la vie ordinaire. La vérité est que, chaque émotion est une occasion pour la bhakti, les toutes petites, les très grandes, et toutes les émotions intermédiaires. Nous aurons des émotions. Nous lâcherons prise ou nous ne lâcherons pas. Cela dépend de nous. C'est nous qui choisissons.

Du fait que vous vous soyez embarquée dans la voie spirituelle avec une vague de bhakti si forte et si persistante, vous avez trouvé quelque chose de sacré dans votre tragédie. Gardez à l'esprit que la bhakti est une pratique spirituelle puissante. Veillez bien à équilibrer vos pratiques pour avoir la meilleure chance d'un déploiement en douceur de la conscience de pure félicité et de l'extase divine.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers