Leçon 48 - Pranayama Q&R - Le pranayama et la santé
 Leçons principales:  Leçons de Tantra:  Leçons clés:
De: Yogani
Date: Mardi 16 décembre 2003

Aux nouveaux membres: il vous est recommandé de commencer les leçons au début, les leçons précédentes étant nécessaires à la compréhension de celle-ci. La première leçon s'intitule « le but de ces leçons » et porte le numéro 10.

Q: Est-ce que faire du pranayama a des effets bénéfiques pour la santé? On dirait que c'est le cas.

R: Oui. Tout comme la méditation, le pranayama favorise la purification du système nerveux. Etant donné que c'est un processus physique, il a aussi un effet direct sur le corps et nous pouvons le remarquer nettement avec la progression de notre pratique. Il présente des effets positifs pour les poumons, le cerveau, le système digestif, le cœur et les organes génitaux, pour n'en nommer que quelques uns. Il stabilise aussi le mental et les émotions. Avec l'accroissement de l'écoulement du prana dans le corps, une énergie palpable, brillante, irradie de la peau, créant une « aura » de santé et de force qui peut être bénéfique pour les autres.

Mais tout cela ne se produit pas du jour au lendemain, ni si la pratique du pranayama est irrégulière. Ca ne se produit pas non plus par une pratique sporadique, on ne pratique rien pendant des jours ou des semaines, et d'un coup, une quantité excessive de pranayama est faite, sous le coup d'une impulsion, pour essayer de faire un grand pas en avant en une seule fois. Cela ne fonctionne pas comme ça. De ce point de vue, le pranayama est comme tout autre type de culture physique. Un peu de pratique deux fois par jour est de beaucoup supérieur à beaucoup de pratique à quelques jours, ou quelques semaines, d'intervalle. Cette dernière façon de faire n'a rien à voir avec la culture physique et risque d'être dommageable pour la santé.

Si vous décidiez de devenir coureur de fond, est-ce que vous vous mettriez à courir une fois par semaine, ou bien quand vous en avez envie, en essayant de courir cinq ou dix kilomètres d'emblée? Si c'était le cas, votre carrière de coureur ne ferait pas long feu. Pour avoir de meilleures chances de réussir, vous commenceriez à courir sur de petites distances tous les jours, en augmentant progressivement la distance sur quelques mois pour vous rapprocher de votre but. La culture physique requiert une pratique régulière et mesurée. C'est ainsi que les athlètes sérieux s'entraînent.

La pratique spirituelle est comme l'athlétisme en ce sens que nous entraînons progressivement notre corps et notre système nerveux à conduire et à irradier un niveau grandement accru de conscience de pure félicité. C'est une vaste entreprise qui peut s'accomplir par de petites étapes quotidiennes sur une longue durée. Les bénéfices d'une telle approche sont cumulatifs et se remarquent le long du chemin. Les pratiques avancées de yoga favorisent la purification et l'équilibre en profondeur du système nerveux, et un certain nombre de résultats se remarquent pratiquement aussitôt après que l'on ait commencé la pratique. L'un des bénéfices facilement reconnaissables est l'amélioration de la santé. Alors, oui, le pranayama accentue la tendance à aller vers une bonne santé que nous avons commencée lorsque nous nous sommes mis à la méditation.

Il faut insister sur le fait que le pranayama n'est pas une cure miraculeuse qui fera disparaître instantanément les résultats d'années de vie déséquilibrée. En fait, si un mode de vie déséquilibré a sérieusement compromis la santé, il est possible que l'on ne puisse pas se mettre au pranayama tout de suite. Un certain niveau de santé, en particulier du système respiratoire, est nécessaire pour entreprendre le pranayama. Nous ne devons jamais aller au-delà de nos capacités dans le pranayama. Notre pratique doit être adaptée à notre niveau de capacité. Si nous sommes faibles, le pranayama devrait être minimum, ou bien nous ne devrions pas en faire du tout. Si nous sommes vigoureux, nous pouvons en faire davantage. Réfléchissez toujours soigneusement avant de vous lancer à un certain niveau de pratique du pranayama. La méditation peut être pratiquée par quasiment tout le monde quelle que soit sa santé sans que cela n'ajoute un fardeau pour le corps. Le pranayama est différent. Il nécessite un minimum de santé pour être effectué sans danger et efficacement. Gardez cela à l'esprit et mesurez toujours votre pratique de pranayama à l'aune de votre condition physique actuelle pour ne pas faire porter un fardeau inapproprié à votre corps. Par exemple, alors que la méditation peut être une aide lorsque l'on est malade, ce ne sera pas le cas du pranayama, en particulier s'il s'agit d'une maladie respiratoire. Quand les poumons souffrent, ne leur demandez pas d'effort. Pas plus que nous n'irions courir un mille mètres si nous étions malades.

Si vous combinez le bon vieux bon sens avec votre pratique du pranayama, vous en retirerez de nombreux bénéfices, y compris une meilleure santé.

Le gourou est en vous.

AYP Plus
voir newsletter no.37

Livres en français:

Leçons faciles Série pour
l'illumination spirituelle
Livres en anglais:

Easy Lessons: Spiritual Adventure Novel Enlightenment Series Questions & Answers